L'adultère est l’un des plus grands péchés (3)

L
123802 4709

L’adultère est parmi les péchés les plus impurs

A part le Chirk (le polythéisme), l’adultère est le péché le plus impur et le plus monstrueux dans la mesure où il corrompt le cœur et entame considérablement sa croyance en l'unité d’Allah.
C’est pourquoi on trouve que les personnes qui s’adonnent le plus à cette impureté sont les plus exposées au Chirk. Selon l’imam Adh-Dhahabi : Regarder une femme ou un jeune imberbe avec désir est considéré comme un adultère. C’est pour cela que les vertueux ont beaucoup tenu à éviter de rencontrer les jeunes imberbes (adolescents dont la barbe n'a pas encore poussé), de les regarder, de les fréquenter et de s’asseoir avec eux. Ne dit-on pas qu’un homme ne doit pas passer la nuit dans un même endroit avec un jeune imberbe. C’est ainsi que, sur la base du hadith du Prophète (): « Toutes les fois qu’un homme est seul avec une femme alors Satan est leur troisième. », certains oulémas ont interdit d'être seul avec un jeune homme imberbe dans une maison ou un magasin ou un hammam par comparaison aux femmes. Il y a parmi les jeunes imberbes certains qui sont plus beaux que les femmes et qui, par conséquent, exercent plus de tentation...

Les anomalies dans ce domaine ne manquent pas. Elles sont devenues même si nombreuses et si répandues que l'insolence et l'effronterie se sont tellement développées chez certains qu’ils en sont venus à réclamer la légalisation de l'homosexualité et du lesbianisme. ‘Omar ibn ‘Abdul ‘Azîz ne disait-il pas qu’ « Aucun homme ne doit être seul avec une femme même si c’est pour lui enseigner le Coran ». Ici les bonnes intentions ne comptent pas. Tant la plupart des péchés qui font entrer en Enfer sont des péchés que l’on considère comme étant négligeables. Il est donc nécessaire dans ce cas comme dans les autres d’agir conformément à la Sunna. L'Islam a interdit toutes les formes d'adultère, qu’elles soient secrètes ou publiques, professionnelles ou tout simplement faisant suite à un caprice passager de la part d'une femme libre ou esclave, musulmane ou non musulmane. Il a également interdit les étapes qui le précèdent ou qui y conduisent tels le concubinage et les amitiés mixtes. Dans le même ordre d’idées, il a défendu aux femmes de parler aux étrangers d’une façon qui peut trahir leur soumission par la voix ou de voyager sans un Mahram, ainsi que d’autres restrictions prescrites par l'Islam pour sauvegarder et préserver l’honneur des individus et des communautés contre ce crime odieux.

L'abstinence est requise pour les hommes et pour les femmes
Si nous revenons au verset : « Si vous leur donnez leur Mahri, avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d'amantes » (Sourate 5), nous constatons qu’il appelle à la chasteté aussi bien les hommes que les femmes. Ibn Kathir a dit : « La chasteté est considérée comme étant une condition sine qua non pour les femmes ainsi que pour les hommes qui, eux aussi, doivent rester chastes en s’abstenant de l'adultère et en s’éloignant des péchés pour ne pas être de ceux qui ne refoulent aucune occasion d’en faire ou qui prennent des maîtresses comme épouses. »

L'adultère est un péché grave à degrés différents
 Les oulémas ont classé l’adultère en plusieurs degrés. Ainsi, il y a l’adultère avec une femme non mariée qui est grave mais plus grave que lui est l’adultère avec une femme mariée qui, lui aussi, est plus grave quand il prend la forme d’inceste. Aussi l’adultère d’un homme marié est pire que celui d’un homme qui n’a jamais connu le mariage comme on peut le déduire de la sanction infligée à chacun d’eux. De même que l’adultère commis par un vieil homme est, en raison de sa maturité et de sagesse, pire que celui commis par un jeune homme. Aussi l’adultère d'une personne libre ou faisant partie des oulémas (savants) est, en raison de leur statut, pire que celui de l’esclave ou de l'ignorant. Dans le hadith il est dit que : « Trois personnes seront privées de se voir sanctifiées ou adressées la parole par Allah et seront exposées à un châtiment douloureux le jour de la Résurrection : il s’agit d’un vieil homme adultère, d’un roi menteur et d’un pauvre arrogant. » (Rapporté par Mouslim).
Il est mentionné que : « Parmi les signes de l’arrivée de l’Heure, il y a la dispersion du savoir, la généralisation de l'ignorance, l’usage de l’alcool et l’apparition à grande échelle de l'adultère. » (Rapporté Boukhari et Mouslim).
Cependant, lorsqu’une femme est contrainte à l'adultère, elle garde tout de même le statut de vierge et sera épousée comme étant une femme libre et chaste. Le Tout-Puissant dit : « Ne contraignez pas vos femmes esclaves à la prostitution si elles veulent rester chastes. Si on les y contraint, Allah leur accorde après qu'elles aient été contraintes, Son pardon et Sa miséricorde. » (Coran: 25/33).

L'argent gagné à partir de la prostitution
Pour se repentir de l’argent gagné à partir la prostitution, la fornicatrice doit, selon Ibn Taïmiya, s’en débarrasser à moins qu’elle n’en ait besoin pour rembourser une dette ou pour faire des dépenses obligatoires.
De plus, il est permis de donner la charité à une fornicatrice en raison du hadith où il est question d’un homme qui, en faisant une charité, la mit dans la main d'une prostituée, déclenchant par son geste le déliement des langues pour dire qu’une prostituée a bénéficié, cette nuit, de la charité. « Louange à Allah. Il m’a permis de donner mon aumône à une fornicatrice ». Et dans le reste du hadith il est dit : « Quant à la femme fornicatrice, il se peut qu’en recevant de la charité elle redevienne chaste et abstinente» (Rapporté par Boukhari et Mouslim).
En outre, le fait de considérer l'adultère comme licite est un Koufr (mécréance). Ibn ‘Abbâs (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père) rapporte que, s’adressant aux jeunes, le Messager d'Allah () a dit : « Ô jeunes de Qoraïch, gardez votre chasteté et ne commettez point l'adultère, car quiconque restera chaste sera admis au Paradis » (Rapporté par Al-Bayhaqi et Al-Hakim qui le déclarent conforme aux critères d’authenticité appliqués par les deux imams Boukhari et Mouslim).
Quant à Jésus (Alaihi Sallam), il a dit : « Ni les oisifs ne seront des sages, ni les fornicateurs n’entreront au royaume des cieux ». Pour Abû Houreïra (qu'Allah soit satisfait de lui) : « Quiconque commet l'adultère ou boit de l'alcool verra sa foi en Allah ôtée comme on ôte ses habits par la tête ».
Ô Allah, purifie nos cœurs, fais que nous soyons chastes, montre-nous les voies de salut, épargne-nous du mal qu’il soit apparent ou caché.
Notre dernière prière est louange à Allah, Seigneur des Mondes.

 

Articles en relation