La position modérée des gens de la Sunna concernant les Compagnons (I)

La position modérée des gens de la Sunna concernant les Compagnons (I)
5606 1559

Rangs et places des Compagnons dans le Coran et la Sunna :

Définition du terme "Compagnon" : C'est quelqu'un qui a rencontré le Prophète (), a cru en son message et est mort musulman.
Celui qui médite sur le Livre d'Allah, exalté soit-Il, et sur la Sunna de Son Prophète () constatera que les Compagnons du Prophète () ont un rang éminent et une position élevée.
Allah et Son Prophète les louent, de même que les textes du Coran et de la Sunna mettent en évidence les différents aspects de leurs mérites et l'importance de leur place.
L'évidence que les Compagnons sont les meilleures des fils d'Adam après les Prophètes :
Cette parole du Prophète () indique qu'ils sont les meilleurs de cette communauté : « Les meilleurs de ma communauté sont ceux de ma génération, puis de celle qui la suit, puis de celle qui suit cette dernière ».
L'évidence qu'Allah est satisfait d'eux et les récompense :
Allah, exalté soit-Il, dit : « Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre. » [Coran 48:16]
En plus de l'évidence de leurs mérites comme nous l'avons vu, des peuples se sont perdus pour les avoir déifiés, des groupes se sont égarés pour les avoir critiqués et ont dévié du droit chemin. Donc certains se sont perdus et ont échoué, d'autres ont été excessifs, or la vérité est certes entre l'excès des uns et l'égarement des autres.
Entre les paroles des Khawaridjs et celles des Mu’tazilas :
 1-Les paroles des Khawaridjs
 Les Khawaridjs ont considéré que le Calife Bien-guidé 'Ali ibn Abî Tâlib (Radhia Allahou Anhou) a commis un péché en acceptant l’arbitrage de deux juges dans le conflit qui l’opposa à Mu'âwiya (Radhia Allah Anhou).
Puis ils ont déclaré qu'il était mécréant et ont rendu licite le fait de se rebeller contre lui et de le tuer. Ils ont également prétendu que les deux juges étaient mécréants ainsi que tous ceux qui ont accepté leur jugement, soit un très grand nombre de Compagnons (Radhia Allahou Anhoum).
Les livres et les articles concernant les sectes sont presque tous d'accord sur le fait que les Khawaridjs ont prétendu que 'Alî et Mu'âwiya (Radhia Allahou Anhouma), les deux juges et tous ceux qui ont accepté leur jugement étaient mécréants.
 2-Les paroles des Mu’tazilas et leur credo concernant les Compagnons du Prophète ()
 
Des chefs spirituels et politiques Mu’tazilites se sont attaqués à certains Compagnons les qualifiant de pervers et refusant leur témoignage.
Comme exemple nous pouvons citer cette parole attribuée au chef et fondateur de cette secte Wâsil ibn 'Atâ` qui dit : "Les membres qui formaient l'une des deux armées qui se sont affrontées lors de la bataille du Chameau et de celle de Siffîn étaient des pervers et il en est de même pour 'Uthmân ainsi que pour ses assassins". Il a prétendu que les membres de l’une des deux armées était pervers sans préciser laquelle, mais son élève 'Amrû ibn 'Ubayd a poursuivi sur la même voie en affirmant : "Si 'Alî, 'Uthman, Talha et Zubayr témoignaient auprès de moi rien que sur le lacet d’une chaussure je rejetterais leur témoignage". Il a même été plus loin que son maître en disant que les membres des deux armées étaient tous des pervers.
 -Leur désaveu de certains Compagnons :
 Les Mu’tazilas ont affirmé qu'ils désavouaient Mu'âwiya et 'Amr ibn Al-'Âs (Radhia Allahou Anhouma) ainsi que ceux qui étaient de leur côté.
 -Leurs propos calomnieux, leurs insultes contre les Compagnons et leur accusation que ces derniers sont des menteurs et des ignorants :
 Adh-Dhahabî a rapporté d'Ibn Hibbân que 'Amrû ibn 'Ubayd, qui est connu comme étant l'un des grands chefs spirituels des Mu’tazilas insultait les Compagnons et disait à propos de 'Uthmân ibn 'Affân (Radhia Allahou Anhou) qu’il ne faisait pas partie des gens de la Sunna.
 (A suivre)

Articles en relation