La position modérée des gens de la Sunna concernant les Compagnons (II)

La position modérée des gens de la Sunna concernant les Compagnons (II)
5984 1726

Ceux qui sont en même temps excessifs et négligents vis-à-vis des Compagnons du Prophète (), c'est-à-dire les Chiites :

 
Dans leur avis sur les Compagnons du Prophète (), les Chiites joignent deux mauvaises choses : l'excès et le laxisme ainsi que l'exagération et la négligence. Ils sont donc excessifs vis-à-vis de certains Compagnons et négligents vis-à-vis d’autres.
Quant à leur négligence vis-à-vis des Compagnons du Prophète (), elle est commune à toutes leurs sectes. Aucune secte ni aucun groupe n’a insulté les Compagnons du Prophète () comme les Chiites l'ont fait.
 
-Les manifestations de la négligence et du manquement des chiites vis-à-vis des Compagnons :
 
a)     Ils préfèrent 'Alî ibn abî Tâlib à tous les autres Compagnons.
b)     Ils insultent les meilleurs des Compagnons, par exemple, ils maudissent Abû Bakr et 'Umar (Radhia Allahou Anhouma) et les traitent de sorciers, de tyrans et disent qu’ils symbolisent deux idoles quraychites. Ils ont même forgé une invocation connue pour cette insulte : "Ô Seigneur, maudis les deux idoles de Qoraïch, les deux sorciers, les deux tyrans, les deux menteurs et leurs deux filles". Ils visent ici Abû Bakr et 'Umar et leurs deux filles 'Aicha et Hafsa, qu'Allah soit satisfait d'eux tous.
c)     Ils désavouent les meilleurs des Compagnons comme Abû Bakr et 'Umar et beaucoup d'autres.
d)     Ils accusent de mécréance la plupart des Compagnons (Radhia Allahou Anhoum) : les chiites ne se sont pas contentés d'avancer toutes sortes de diffamations, comme ils continuent de le faire de nos jours, mais ils sont encore descendus un peu plus dans le précipice de l'Enfer lorsqu'ils ont dit que les meilleurs de la Oumma, les Compagnons du Prophète (), étaient des mécréants, qu'ils ont apostasié après sa mort et que de son vivant ils étaient hypocrites. Ils ont mis ces allégations noir sur blanc en épargnant qu'un très petit nombre de Compagnons, comme par exemple dans le Kâfî : "Tous les gens ont apostasié après la mort du Prophète () sauf trois personnes : Al-Miqdâd ibn al-Usûd, Abou Dharr al-Ghaffârî et Salmân al-Fârisî".
L'un de leurs auteurs, al-Majlisî, a dit : "Tous les gens ont été damnés après la mort du Prophète () sauf trois : Abû Dharr, al-Miqdâd et Salmân".
 
-Les manifestations de leurs excès vis-à-vis de certains Compagnons :
 
a)     La première manifestation des excès des Chiites est la préférence qu’il donne à 'Alî ibn Abî Tâlib par rapport à 'Uthmân (Radhia Allahou Anhouma), puis par rapport au reste des Compagnons (Radhia Allahou Anhoum). Et ils ont en outre allégué qu'il aurait dû être le premier calife.
A propos de cela l'auteur du livre Haqq al-yaqîn dit : "Les Imamites pensent que l'imam après le Prophète () est 'Alî ibn Abî Tâlib (Radhia Allahou Anhou), et qu'après ce dernier se sont ses enfants purifiés".
 
b)     Parmi les autres manifestations de leurs excès on trouve : la prétention que leurs imams sont infaillibles, et notamment le premier d'entre eux 'Alî ainsi que ses enfants al-Hasan et al-Husayn (Radhia Allahou Anhoum). Al-Majlisî dit de leurs grands "guides" : "Nous sommes convaincus que les envoyés, les prophètes et les imams sont préservés de toute souillure. Ils ne commettent aucun péché, ni grand ni petit, et qu'ils ne désobéissent jamais à Allah, ils ne font strictement que ce qui leur ait ordonné".
 
c)     Parmi leurs excès et allégations ils disent que les imams connaissent l'inconnaissable (al-ghayb) :
Al-Kulaynî s'est singularisé en affirmant cela et tentant de le prouver dans un chapitre de son livre Al-Kâfî : "Chapitre sur le fait que les imams connaissent la science de ce qui a été et qui sera, et que rien ne leur échappe, qu'Allah leur fasse miséricorde".
 
d)     Ils prétendent en plus que les imams sont meilleurs que les envoyés et que les anges :
L'un de leurs auteurs a établi cette croyance dans le credo des gens, il dit : "Il faut croire que notre Prophète () et sa famille sont infaillibles, de même qu'ils sont meilleurs que les prophètes, les envoyés et les anges rapprochés, et il y a de nombreuses preuves qui appuient cela".
 
e)     Parmi les manifestations de leurs excès et allégations on trouve aussi l'affirmation que l'imam a des inspirations divines révélées par un ange :
Al-Kulaynî a écrit un chapitre dans son livre Al-Kâfî intitulé : "Chapitre sur la différence entre le prophète, l'envoyé et l'inspiré". Il rapporte dans ce chapitre des récits qui prouveraient que l'imam obtient des révélations de la part d'un ange à l'instar de l'envoyé et du prophète, avec cependant cette différence que l'imam entend les paroles de l'ange mais ne le voit pas, alors que le prophète et l'envoyé l'entendent et le voient.  
 
Ce sont là les plus importantes manifestations de l'excès des Chiites :
Certains groupes parmi eux sont allés beaucoup plus loin en prétendant que 'Alî ibn Abî Tâlib (Radhia Allahou Anhou) est de nature divine, c'est ce que dit notamment 'Abdallah ibn Saba`.
 
Les paroles des gens de la Sunna et de la Jamâ'a à propos des compagnons :
 
-Le credo des gens de la Sunna à propos des Compagnons :
 
Dans une explication du credo des gens de la Sunna, l'Imam Ahmad dit au sujet des Compagnons (Radhia Allahou Anhoum) : " Il fait partie de la Sunna de mentionner les qualités des Compagnons du Messager d'Allah () - tous sans exception - et de se retenir de parler des divergences qui sont survenues entre eux. Celui qui insulte les Compagnons du Messager d'Allah () ou simplement l'un d'entre eux est un innovateur et un râfidhî (l'une des branches du chiisme). Aimer les Compagnons est une sunna, faire des invocations pour eux est un moyen de se rapprocher d'Allah et suivre leur voie et prendre leur exemple est une vertu. 
Le meilleur de cette communauté après son Prophète () est Abû Bakr, et après ce dernier c'est 'Umar, puis 'Uthmân, puis 'Alî, qu'Allah soit satisfait d'eux, ce sont les Califes Bien-guidés.
Et après ces quatre califes les meilleurs sont les Compagnons de Muhammad ().
Il n'est permis à personne de mentionner le moindre de leurs défauts ni de les dénigrer. Quiconque fait cela, alors le gouverneur se verra dans l'obligation de le réprimander et de le punir. Et il ne devra pas lui pardonner, mais plutôt le punir et lui demander ensuite de se repentir. S'il se repent, le gouverneur devra accepter cela. Et s'il ne se repent pas, il devra réitérer la punition et l'enfermer en prison jusqu'à ce qu'il se repente et se rétracte."
 
-La modération des gens de la Sunna apparaît clairement dans leur position vis-à-vis des Compagnons :  
 
Ils sont modérés, car ils ne sortent de l'Islam aucun des Compagnons du Prophète ().
Ils sont modérés dans l'alliance et le désaveu : les deux clans, celui des extrémistes et celui des négligents, s'attachent de manière excessive à un groupe de Compagnons et désavouent les autres, comme nous l'avons vu précédemment. Quant aux gens de la Sunna, ils s'attachent à tous les Compagnons et n'en désavouent aucun.
Ils sont modérés, car ils demandent qu'Allah agrée tous les Compagnons, qu'Il leur fasse miséricorde et qu'Il leur pardonne, comme Il leur a ordonnés de le faire. Par ailleurs, ils n'insultent et n'injurient aucun d'entre eux.
Ils sont modérés, car ils sont convaincus et témoignent que les Compagnons du Prophète () sont les meilleurs des fils d'Adam après les prophètes.
Ils sont modérés dans leur position vis-à-vis de 'Alî ibn Abî Tâlib (Radhia Allahou Anhou), ils n'ont été  ni excessifs ni négligents à son sujet.  
Ils sont modérés, car ils ne croient pas à l'infaillibilité des Compagnons.

Articles en relation