Le martyr de Yamâma : Zayd ibn al-Khattâb

Le martyr de Yamâma : Zayd ibn al-Khattâb
9973 2630

Il s’agit de Zayd ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui, le frère consanguin de ‘Umar ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui. Il était plus âgé que ‘Umar, se convertit avant lui et mourut en martyr avant lui. Le Prophète () le fit fraterniser avec Ma’în ibn ‘Aday al-‘Adjlânî, en compagnie duquel il resta jusqu’à sa mort en martyr au cours de la bataille de Yamâma. Il avait une foi solide en Allah, exalté soit-Il, et en Son Prophète () et ne manqua aucune bataille. Il prit part à Badr, à Ohod, à la bataille du Fossé et fut témoin du serment d’allégeance d’ar-Ridwânprêté au Prophète () à Hudaybiya. A chaque bataille contre les ennemis de l’Islam, il cherchait à mourir en martyr.

 
Le jour de Ohod, son frère ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, s’aperçut que Zayd, qu’Allah soit satisfait de lui, avait perdu son bouclier et était proche de l’ennemi. Il l’appela en lui disant : « Zayd, prends mon bouclier ». Mais Zayd, qu’Allah soit satisfait de lui, lui répondit : « Je veux mourir en martyr comme toi, ‘Umar ». Et il continua à combattre vaillamment sans bouclier, mais Allah, exalté soit-Il, ne voulut pas qu’il trouve la mort en martyr dans cette bataille.
 
Après la mort du Prophète () beaucoup de tribus arabes apostasièrent, ce qui poussa le calife Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui, à déclarer la guerre aux apostats jusqu’à ce qu’ils reviennent à l’Islam. La bataille de Yamâma, parmi les plus terribles guerres menées contre les apostats, se déclencha entre les musulmans et les armées de Musaylama l’Imposteur. Les musulmans commencèrent à perdre du terrain après la mort en martyr d’un nombre considérable d’entre eux. Dès que Zayd, qu’Allah soit satisfait de lui, s’en aperçut, il monta sur une colline et se mit à haranguer les compagnons en leur disant : « Ô gens, serrez les dents, ruez-vous sur vos ennemis et allez de l’avant », puis il leva les yeux vers le ciel et dit : « Seigneur, je Te demande de pardonner à mes compagnons qui ont tourné les talons, et je désavoue ce qu’ont apporté Musaylama et les siens ». Ensuite, il fit vœu de ne plus parler à personne jusqu’à ce qu’Allah, exalté soit-Il, tranche la divergence qu’il y avait entre les musulmans et leurs ennemis et il dit : « Je ne parlerai aujourd’hui que lorsqu’Allah nous donnera la victoire ou lorsque je rencontrerai Allah, et que je Lui présenterai mes arguments ».
 
Ensuite, il prit son épée et se lança avec acharnement au combat. Il se dirigea vers ar-Radjâl ibn ‘Unfuwa, le commandant des armées de Musaylama et le tua. Souhaitant tuer aussi le renégat Musaylama, il continua à asséner des coups mortels aux ennemis d’Allah, exalté soit-Il, jusqu’à ce qu’il tombât en martyr.
 
Les musulmans s’affligèrent profondément du décès de Zayd, qu’Allah soit satisfait de lui, surtout son frère ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, qui dit quand il apprit la nouvelle de sa mort en martyr : « Qu’Allah fasse miséricorde à Zayd. Il m’a devancé dans les deux splendeurs : il a embrassé l’Islam avant moi et il a trouvé la mort en martyr avant moi ». Il répétait toujours : « A chaque fois que le vent d’Est souffle, j’y trouve l’odeur de Zayd ». Il dit à Mutammam ibn Nuwayra : « Si j’avais été capable de composer des vers, je l’aurais fait en faveur de mon frère Zayd comme tu l’as fait avec ton frère Mâlik ». En effet, Mutammam composa une longue élégie en l’honneur de son frère. Mais Mutammam lui répondit : « Si mon frère avait trouvé la mort en martyr comme ton frère, je ne l’aurais pas pleuré ». « Personne ne m’a consolé mieux que tu ne viens de le faire », lui dit ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui. 
 
Source : L’Encyclopédie de la famille islamique

Articles en relation