An-Nu’mân ibn Muqrin : le martyr de Nahâwand

An-Nu’mân ibn Muqrin : le martyr de Nahâwand
8097 2498

Il s’agit du noble Compagnon an-Nu'mân ibn Muqrîn, qu’Allah soit satisfait de lui, qui se rendit à Médine auprès du Prophète () avec quatre cents personnes de son peuple Muzayna. A leur arrivée, la ville tressaillit de joie et les musulmans se réjouirent de leur venue. En fait, Allah, exalté soit-Il, guida an-Nu'mân ibn Muqrîn, qu’Allah soit satisfait de lui, sa famille et ses sept frères à l’Islam.

 
Les Banû Muqrîn étaient connus pour leur amour d'Allah, exalté soit-Il, et Son Prophète () ainsi que pour leurs dépenses généreuses dans le sentier d'Allah, exalté soit-Il, et leurs sacrifices pour la cause d’Allah, exalté soit-Il. C’est à leur propos qu’Allah, exalté soit-Il, révéla (sens du verset) :
 
« (Tel autre,) parmi les Bédouins, croit en Allah et au Jour dernier et prend ce qu’il dépense comme moyen de se rapprocher d’Allah et afin de bénéficier des invocations du Messager. C’est vraiment pour eux (un moyen) de se rapprocher (d’Allah) et Allah les admettra en Sa miséricorde. Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (Coran 9/99).
 
Dès sa conversion à l’Islam, an-Nu'mân ibn Muqrîn, qu’Allah soit satisfait de lui, lutta dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, brandissant l'étendard de son peuple dans toutes les contrées. Il prit part à la conquête de La Mecque, à la lutte contre les tribus de Hawâzin, de Tâ`if et de Thaqîf, ainsi que contre les apostats et les faux prophètes qui firent leur apparition au temps de Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui. Il brandit également l’étendard de son peuple à la bataille de Qâdisiya au cours de laquelle il fit de remarquables sacrifices et montra beaucoup de bravoure. En fait, an-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, dirigea son peuple au cours de ces démêlés espérant la récompense et l’agrément d’Allah, exalté soit-Il, et cherchant à mourir en martyr pour Sa cause.
An-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, était une personne sociable qui se détournait des plaisirs et des charmes de ce bas monde. Il n'aimait pas le luxe et la vie aisée des souverains, mais plutôt le travail et la lutte dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il. Lorsque le prince des croyants ‘Umar ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui, lui proposa de devenir chef de sa tribu, il refusa et s’excusa. Il poursuivit sa lutte dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, et fut le commandant en chef de l’armée qui réussit à conquérir Bassora, puis Koufa expulsant ainsi les Perses de la Péninsule Arabique. 
 
En riposte, Yazdgard III, roi des Perses à cette époque, rassembla une grande armée de plus de deux cent mille soldats. Il se cantonna lui et son armée à Nahawand, et se servit de cette ville comme base pour attaquer les musulmans. Il était déterminé à faire la guerre aux musulmans et à les exterminer. Percevant la gravité de la situation, ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, mobilisa les armées islamiques et voulut les commander lui-même. Mais 'Alî ibn Abî Tâlib, qu’Allah soit satisfait de lui, le convainquit que sa présence à Médine était préférable pour s'occuper des affaires de l'Etat islamique dont les frontières s'étaient étendues à l’Est et à l’Ouest. ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, fut persuadé du point de vue de Alî, qu’Allah soit satisfait de lui, et dit à son entourage :
- « Proposez-moi un homme que je mettrai à la tête de l’armée dans cette guerre, qu’il provienne de Mésopotamie et qu’il connaisse ses chemins et ses sentiers ».
- « Ô prince des croyants, répondirent ses compagnons, tu connais mieux tes soldats qui sont venus à toi ».
- « Par Allah, dit ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, je vais désigner un homme qui sera le premier à se lancer au combat dès qu’il rencontrera l’ennemi ».
- « Et qui est-ce ? ».
- « An-Nu'mân ibn Muqrîn al-Muzanî ».
- « Il est le meilleur homme pour accomplir cette tâche, ô prince des croyants ».
 
Aussitôt décidé, ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, ordonna à an-Nu'mân ibn Muqrîn, qu’Allah soit satisfait de lui, de conduire ses soldats vers Nahawand. Plus tard, ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, y envoya un autre escadron sous le commandement de Hudhayfa ibn al-Yamân, qu’Allah soit satisfait de lui, pour consolider l’armée islamique dont l’effectif s’éleva ainsi à trente mille soldats. Les deux armées, islamique et persane, s'affrontèrent violemment. Pendant les deux premiers jours de combat, aucune d'elles ne parvint à prendre le dessus. Le troisième jour, les musulmans réussirent à déloger les Perses de leurs positions, à les repousser dans leurs tranchées et à les encercler.
 
Le siège imposé par les musulmans se prolongea. An-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, et ses soldats pensèrent à une tactique pour pousser l’ennemi à sortir de ses bastions. Tulayha ibn Khuwaylid al-Asdî, qu’Allah soit satisfait de lui, eut l’idée de leurrer les Perses en leur faisant croire que les musulmans étaient vaincus et abandonnaient le champ de bataille, et ce, afin de les inciter à quitter leurs positions. Une fois qu'ils l'auraient fait, les musulmans se rueraient sur eux comme un seul homme et les vaincraient avec la volonté d’Allah, exalté soit-Il.
 
La tactique, mise en œuvre par al-Qa’qâ’ ibn 'Amr, qu’Allah soit satisfait de lui, et un groupe de soldats musulmans, réussit. Les Perses, croyant que l’armée musulmane était affaiblie, sortirent pour la décimer. C’est alors que les musulmans se ruèrent sur eux. An-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, fonça dans les rangs perses et se battit avec acharnement, dans l'espoir de remporter la victoire pour les musulmans et de mourir en martyr. Il implora Allah, exalté soit-Il, en disant : « Seigneur, je te demande de me réjouir par une victoire qui rende l’Islam plus puissant et par une mort en martyr ».
 
Le vœu d'an-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, fut exaucé et il mourut en martyr sur le champ de bataille. Avant que l’étendard ne tombe de sa main, son frère Nu’aym, qu’Allah soit satisfait de lui, s’empressa vers lui et prit l’étendard pour encourager les musulmans à poursuivre la lutte. Nu’aym, qu’Allah soit satisfait de lui, cacha la nouvelle de la mort du commandant de l'armée. Hudhayfa ibn al-Yamân, qu’Allah soit satisfait de lui, à qui an-Nu'mân, qu’Allah soit satisfait de lui, avait ordonné de commander l’armée après lui, prit la relève et conduit les musulmans à une grande victoire. Bondissant de joie après cette bataille triomphante, les soldats musulmans demandèrent où était leur vaillant commandant. C’est alors que Nu’aym, qu’Allah soit satisfait de lui, leur dit : « Allah, exalté soit-Il, a exaucé le vœu de votre commandant en chef et l'a réjoui par cette victoire et par sa mort en martyr ».
 
Dès que la nouvelle arriva à Médine, ‘Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, monta sur le minbar pour la transmettre aux musulmans et, les yeux débordant de larmes, il dit : « Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons ». Les musulmans se mirent à pleurer et, en larmes, ‘Abdallah ibn Mas’ûd, qu’Allah soit satisfait de lui, dit : « Certes, la foi habite des maisons. Certes, la maison d'Ibn Muqrîn est l’une des maisons de la foi ».
 
L’Histoire a tracé ainsi l'un des jours glorieux de l’Islam, celui de la bataille de Nahawand (en l’an 21 de l’hégire), le jour où mourut en martyr le prince de Nahawand et le commandant des musulmans à cette bataille, an-Nu'mân ibn Muqrîn, qu’Allah soit satisfait de lui. Il fut enterré le vendredi lui et les soldats qui moururent ave en martyr le même jour sur une plaine de Nahawand couverte de hauts arbres.
 
Source : L’Encyclopédie de la famille islamique
 

Articles en relation