Vertu de la conciliation des personnes (1ère partie)

Vertu de la conciliation des personnes (1ère partie)
  • Date de publication:04/03/2012
  • Catégories:Ethique
  • Fréquence:
8495 2270

Faire prévaloir la concorde entre les membres de la société est un effort louable qui dénote des grandes qualités morales de celui qui l'entreprend. D'ailleurs, la Charia n'a cessé d'insister sur ce point comme en témoignent les versets et hadiths suivants :
"Craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes croyants. " (Coran : 8/1). Et parmi les hadiths on trouve celui-ci : "Pour chacune de vos phalanges, vous êtes redevable chaque jour d’une aumône (sadaqa). Réconcilier deux personnes est une sadaqa, aider un homme à monter sur sa monture ou à porter sur elle ses bagages est une sadaqa, une bonne parole est une sadaqa, chaque pas fait sur le chemin de la mosquée pour s'acquitter de la prière est une sadaqa, dégager les choses nuisibles de la route est une sadaqa également". [Boukhari et Mouslim (les termes sont ceux de Boukhari)].

Etant donné l'importance de cette grande vertu, l'Islam lui a consacré une partie de la Zakat qui doit être payée aux débiteurs qui s'endettent pour réconcilier des gens. Le Prophète () a dit : "La meilleure aumône (sadaqa) est celle dépensée pour la réconciliations des gens". Rapporté par Tabaranî dans Al-Mu’jam al-Kabîr.

Les poètes quant à eux ont fait l'éloge de la réconciliation :

Toutes les grandes vertus se résument à deux :
La magnification du commandement d'Allah le Tout Puissant et la poursuite des efforts visant à faire prévaloir la concorde.

En effet, le maintien de la concorde entre les personnes constitue une branche à part de la foi qui a pour objectif la dissipation des rancunes, la restauration de la lucidité des esprits et l'étouffement des feux de la tentation. Évoquant cette branche le Tout Puissant dit : "Il n'y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l'un d'eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l'agrément d'Allah, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme." (Coran 4/114).
Aussi l'Islam exhorte-il le croyant à faire du maintien de la concorde entre les individus une priorité dans cette vie, car sans elle la nation ne peut constituer une unité cohérente où chacun est soucieux de sauvegarder les intérêts de l'autre et de faire cause commune avec lui. Le but de l’Islam est de faire de la communauté musulmane un seul corps, qui, dès que l'un de ses membres est malade, tout le reste du corps souffre d'insomnie et de fièvre. Il est à noter que l'absence du climat de concorde présage du démantèlement de la nation et de la rupture des liens qui l'unissent.
C'est pourquoi l'Islam considère la réconciliation plus méritoire que de nombreux actes cultuels. Le Prophète () a dit : "Voulez-vous que je vous informe d’une action plus méritoire que la prière, le jeûne et l’aumône ?" "Oui", répondirent-ils. "C’est, dit- il, la réconciliation entre les gens, alors que la discorde est un comme un rasoir". Rapporté par Ahmed, Abou Dawoud et Tirmidhî qui le dit bon et authentique hadith.
Dans An-Nihaya, livre qui s’intéresse au vocabulaire du hadith, on trouve cette explication du mot
"rasoir" (al-hâliqa) : « La discorde s’apparente à un rasoir ; elle ne rase pas les cheveux mais détruit la religion. Effectivement, la discorde conduit à l’inimitié et lorsqu'un climat d'inimitié prévaut il s'ensuit inévitablement des destructions généralisées qui mènent à la corruption de la religion, la rupture des rapports entre proches parents, l'injustice, etc. » Fin de citation.
La réconciliation réussie est celle qui passe par le colmatage des brèches, la suppression des causes ayant conduit aux différends et aux conflits portant sur une affaire de ce bas monde.
Certains oulémas estiment que ce n'est pas la prière, le jeûne et les aumônes obligatoires qui sont voulus ici mais leurs équivalents surérogatoires. Al-Kary fait valoir qu'il pourrait s’agir, et Allah sait mieux, d’une réconciliation qui a porté sur un litige qui allait conduire à une effusion de sang, un pillage ou une violation de domicile. Dans ce cas, la réconciliation est meilleure que les cultes susmentionnés sous leurs formes obligatoires étant donné qu'il y a possibilité de les compenser au cas où ils sont négligés, car ils font partie des droits exclusifs d'Allah qui sont pour Lui plus aisés que ceux de Ses serviteurs.
Pour al-Tayyibi, ce hadith exhorte et encourage tout ce qui est de nature à favoriser la réconciliation et à faire éviter les inimitiés, car la réconciliation entraîne davantage d'attachement à la religion et plus d'unité entre les musulmans alors que les inimitiés provoquent une fissure dans la religion. Dès lors celui qui se dépense pour favoriser la réconciliation et dissiper les inimitiés recevra une récompense plus considérable et plus méritoire que celle reçue par le jeûneur assidu qui ne cherche que sa propre promotion spirituelle".

De tous ces hadiths il ressort que notre grande religion cherche à tout prix la réconciliation. D'ailleurs, comment peut-il en être autrement alors que le Tout Puissant indique que c'est la meilleure voie : "Ce n'est pas un péché pour les deux s'ils se réconcilient par un compromis quelconque, et la réconciliation est meilleure…" (Coran : 4/128).
A suivre …

Articles en relation

Les plus visités

Ethique

L’interdiction de maudire son prochain (ne vous maudissez pas)

Maudire consiste à invoquer Allah contre son prochain pour le chasser et l’éloigner de la miséricorde d’Allah. Il fait partie des dommages les plus durs causés par...Plus