Ô vous les gens aisés !

Ô vous les gens aisés !
4823 3748

Louange à Allah, Seigneur de l’univers. Que le salut et la bénédiction d’Allah soient sur Son noble Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Les textes du Livre et de la Sunna encouragent le musulman à être généreux en dépensant dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il. Il, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et toute dépense que vous faites [dans le bien], Il la remplace, et c’est Lui le Meilleur des donateurs » (Coran 34/39). Et le Prophète () d’affirmer :

• « Il n’y a pas un jour qui se lève sur les serviteurs d’Allah sans que deux anges ne descendent. L’un des deux dit : 'Ô Allah ! Accorde quelque chose de meilleur à celui qui dépense son argent !'. Quant au second, il dit : 'Ô Allah ! Inflige une perte à l’avare !' » (Boukhari et Mouslim) ;

• « L’aumône ne diminue pas l’argent (de celui qui le dépense) » (Mouslim).

Alors que nous vivons l’ambiance du mois de l’abnégation, de la générosité et de la bienfaisance, voici un appel que nous adressons à tout musulman riche qu’Allah, exalté soit-Il, a comblé de Sa grâce, et à qui Il a accordé une large subsistance de par Sa générosité, en lui demandant d’être libéral et de faire don des biens qu’Allah, exalté soit-Il, lui a confiés, se souvenant du hadith, dans lequel le Prophète () a dit :

« Le Jour de la Résurrection, Allah s’adressera à chacun d’entre vous sans l’intermédiaire d’un interprète. L’homme regardera à sa droite et n’y verra que les œuvres qu’il a accomplies, et il regardera à sa gauche et n’y verra que les œuvres qu’il a accomplies. Il regardera devant lui et n’y verra que l’Enfer lui faisant face. Mettez-vous donc à l’abri de l'Enfer, ne serait-ce qu’en faisant l’aumône d’un morceau de datte ou d’une parole gentille » (Boukhari et Mouslim).

Ce hadith incite les gens à accomplir tout ce qui est susceptible de les mettre à l’abri du châtiment d’Allah, exalté soit-Il, dont les aumônes et les dépenses faites au profit des diverses œuvres pies. Le Prophète () a également dit :

« Nul ne donne une aumône à partie d’un bien licitement acquis – et Allah n'accepte que ce qui est licite –, ne serait-ce qu'une datte, sans qu'Allah ne la prenne dans Sa Main droite, puis elle se développe dans la Paume du Miséricordieux jusqu'à devenir plus grande que les montagnes » (Boukhari).

Que chaque musulman sache qu’il ne possède vraiment que l’argent qu’il aura dépensé sur le sentier d’Allah, exalté soit-Il, pour gagner l’au-delà. Le Prophète () demanda à ses Compagnons, qu’Allah soit satisfait de lui :
- « Lequel d’entre vous préfère les biens de ses héritiers à ses propres biens ? ».
- « Ô Messager d’Allah, ont répondu les Compagnons, il n’y a pas un homme parmi nous qui ne préfère ses propres biens ».
- « Certes, ses propres biens sont ceux qu’il aura dépensés en aumône avant sa mort, alors que ceux de ses héritiers sont ceux qu’il aura conservés » (Boukhari).

Accomplissez donc, cher coreligionnaire, le bien pour vous préparer à l’au-delà, faites l’aumône et soyez généreux et libéral, même si ce que vous donnez est peu, et soyez sincère vis-à-vis d’Allah ; car un dirham dépensé en aumônes peut être meilleur que mille autres dépensés à d’autres fins. D’après Mâlik ibn Nadlah, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit :

« Les mains sont de trois sortes : la Main d’Allah qui est la plus haute, suivie par la main du donateur, et enfin celle du quémandeur, qui est la plus basse. Donnez donc l’excédent qui vous reste, et ne manquez pas à l’entretien de votre propre personne et de ceux qui sont à votre charge » (Abou Daoud).

Notre Prophète () qui est notre modèle à suivre, était le plus généreux de tous les humains, et surtout au cours du mois de Ramadan. Ibn ‘Abbâs, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père, affirma : « De tous les hommes, le Prophète () était le plus généreux. Il était particulièrement généreux pendant le mois de Ramadan, quand Djîbrîl (l’Ange Gabriel) venait le voir chaque année durant ce mois pour lui faire réviser le Coran. C’est alors que le Prophète () était alors plus généreux qu’un vent qui souffle » (Boukhari).

Le Prophète () était tellement généreux qu’il faisait l’aumône à profusion, à la manière de celui qui ne craint pas la pauvreté. Un jour, alors qu’un homme était venu lui demander une aumône, il lui donna un troupeau de moutons remplissant l’espace qui séparait deux montagnes. Cet homme retourna parmi les siens et leur dit : « Ô mon peuple ! Embrassez l’Islam, car Muhammad donne à la manière de celui qui ne craint pas la pauvreté » (Mouslim).

Et d’après Abû Sa’îd al-Khudrî, qu’Allah soit satisfait de lui, un groupe d’Ansârs demandèrent l’aumône au Prophète () qui la leur fit. Puis ils lui en demandèrent de nouveau et la leur fit, jusqu’à l’épuisement de tout ce qu’il avait. Là, il dit : « Tant que je détiendrai quelque bien, je n’en serai jamais avare avec vous » (Boukhari et Mouslim).

Nos pieux prédécesseurs ont donné le meilleur exemple en matière d’imitation de la générosité et de l’abnégation du Prophète (). Lors de la compétition la plus grandiose de l’Histoire, voici 'Umar, qu’Allah soit satisfait de lui, qui dit un jour : « Aujourd’hui, je devancerai Abû Bakr ! », et il donna la moitié de ses biens en aumône. Le Prophète () lui demanda : « Qu’as-tu laissé à ta famille ? ». Il répondit : « Je lui ai laissé la moitié de mes biens ». Ensuite, Abû Bakr, qu’Allah soit satisfait de lui, se présenta avec la totalité de ce qu’il possédait et le Messager d’Allah lui demanda : « Qu’as-tu laissé à ta famille ? ». Il répondit : « Je lui ai laissé Allah et Son Messager » [Abou Daoud et Tirmidhî (al-Albânî : sahîh)].

Et voici ‘Alî ibn Abî Tâlib, qu’Allah soit satisfait de lui, qui a dit : « Que celui qu’Allah, exalté soit-Il, a comblé de biens les emploie pour préserver les liens de parenté, remplir dûment son devoir d’hospitalité, affranchir un esclave, libérer un prisonnier de guerre, assister les voyageurs, les malheureux, les pauvres et les combattants qui luttent pour la cause d’Allah, exalté soit-Il, et endurer une calamité. Car c’est par ces vertus que vous obtiendrez les bienfaits du bas monde et l’honneur dans l’au-delà ». Il dit également : « Consolidez votre foi par l’aumône, protégez vos biens par la zakât et repoussez les vagues du malheur par l’invocation d’Allah ». De son côté, Abû Hâtim témoigna : « L’avarice est un arbre qui pousse dans l’Enfer et dont les branches se trouvent dans le bas monde. Quiconque s’accroche à l’une de ses branches se verra tiré par elle vers l’Enfer. Et la générosité est un arbre qui pousse au Paradis et dont les branches se trouvent dans le bas monde. Quiconque s’accroche à l’une de ses branches, se verra tiré par elle vers le Paradis, car le Paradis est la demeure des généreux ».

Pour sa part, al-Fudayl ibn ‘Ayyâd a dit que ceux qui reçoivent l’aumône « portent notre provision jusqu’à l’au-delà sans salaire, puis la déposent dans la Balance devant Allah, exalté soit-Il ». Yahia ibn Mu’âdh a dit : « Je ne connais d’autre graine aussi lourde que les montagnes de ce bas monde, que celle versée en aumône ». Et ‘Abd al-‘Azîz ibn 'Umayr a affirmé : « La prière vous mène à la moitié du chemin, le jeûne vous amène à la porte du Souverain, et l’aumône vous fait entrer chez Lui ».

Si seulement nous avions des gens comme eux ! C’est par leur biais qu’Allah, exalté soit-Il, a accordé la victoire au Prophète Muhammad () et c’est eux que nous devons prendre pour modèles et imiter.

Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de nous aider à Lui obéir et de nous préserver de commettre tout ce qui Lui déplait. Qu’Allah accorde Son salut et Ses bénédictions à notre Prophète, ainsi qu’à sa famille et à l’ensemble de ses Compagnons.
 

Articles en relation