Les affamés de la Somalie et les riches musulmans au mois de Ramadan

Les affamés de la Somalie et les riches musulmans au mois de Ramadan
7978 2037

Louange à Allah, exalté soit-Il, Qui nous a permis de vivre jusqu’au Ramadan, le mois du Coran, du jeûne, de la prière nocturne et des actes d’obéissance ; un mois qui comprend une nuit meilleure que mille mois. Et parmi les plus grandes faveurs qu’Allah, exalté soit-Il, octroie aux musulmans durant ce mois figure le fait qu’Il enchaîne les diables, et suscite l’affection dans le cœur des musulmans. Voilà pourquoi les aumônes et la nourriture qu’on donne aux pauvres figurent parmi les meilleurs actes susceptibles de nous rapprocher d’Allah, exalté soit-Il, au cours de ce mois béni.

La chaîne satellitaire al-Jazeera a réalisé un reportage, dans lequel l’émissaire de l’ONU implorait le monde de sauver trois millions de Somaliens musulmans au bord d’une grave famine. Après cette nouvelle, je m’attendais à ce que les musulmans aisés bondissent au secours de leurs coreligionnaires, mais je n’ai rien entendu de leur part, bien qu’ils jettent à la poubelle de grandes quantités de nourriture et qu’ils effectuent des dépenses déraisonnées. Certes, il ne s’agit pas de tous les musulmans riches, car il y en a parmi eux qui dépensent sincèrement dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, mais ils n’en constituent qu’une poignée.

Notre amertume augmente lorsque nous consultons le rapport de l’institution financière internationale Merrill Lynch, qui recense 395 000 multimilliardaires dans la région arabe, dont la fortune totale se chiffre à 1.7 trillions de dollars.

Il est affligeant de trouver trois millions de musulmans victimes de la famine, alors que 395 000 milliardaires musulmans les laissent mourir de faim. Qu’en est-il de la miséricorde, de la fraternité, du droit d’Allah, exalté soit-Il, sur leurs biens ?

Au mois de Ramadan, certains rivalisent pour dresser les tables de charité, mais où est la rivalité pour combler les besoins et assouvir la faim des musulmans ?

Par Allah, nos coreligionnaires en Somalie aujourd’hui se plaignent à Allah, exalté soit-Il, de l’injustice que commettent à leur détriment leurs frères musulmans, et demain, ils se tiendront devant Allah, exalté soit-Il, avec leurs doléances et leurs plaintes.

La Somalie est un Etat arabo-islamique, dont 95% des habitants sont des musulmans. Et pourtant, la Ligue arabe et les Etats arabes l’ont laissée devenir la proie de l’ennemi éthiopien, soutenu par l’oppresseur américain. Si le déséquilibre des forces et la faiblesse du monde arabe sont à l’origine de la non-intervention pour sauver la Somalie de l’occupation, Allah, exalté soit-Il, a désigné parmi les Somaliens eux-mêmes des gens qui luttent contre l’occupant, pour nous laver d’un péché, cependant quelle sera notre prétexte si nous nous abstenons de secourir les Somaliens de la famine, alors que certains Arabes et musulmans riches rivalisent de libéralités en faveur des zoos ?

Les organisations d’évangélisation qui œuvrent pour faire apostasier les musulmans se précipitent maintenant vers la Somalie comme elles l’ont déjà fait lorsque le Niger islamique a été la proie de la sécheresse et de la famine. Peu de musulmans seulement ont accouru pour le secourir, au moment où ces organisations, financées par le Vatican, y ont afflué. Et voilà que la scène se répète en Somalie. Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons.

Il est également affligeant de lire qu’un musulman a envoyé sa voiture au Royaume-Uni effectuer la vidange de son moteur, ce qui lui a coûté 18 mille livres sterlings, au moment où trois millions de musulmans ne trouvent pas une gorgée d’eau ou un morceau de viande pour s'alimenter.

En outre, un club sportif arabe offre des millions de dollars pour acheter un footballeur, rien que pour courir après un ballon et le faire entrer dans les buts, au moment où trois millions de musulmans ne trouvent rien à manger.

Les millionnaires arabes propriétaires des chaînes satellitaires paient des millions d'euros à des artistes pour tourner des feuilletons qui invalident le jeûne au mois de Ramadan, au moment où trois millions de musulmans meurent de faim d’une façon dramatique que l’Histoire n’oubliera jamais !

Pour finir, j’en appelle à chaque musulman pour qu’il fasse de son mieux pour sauver ses coreligionnaires en Somalie, car le fait de combler les besoins de musulmans, de les protéger contre les épreuves qui affectent leur religion et de gagner leurs cœurs est meilleur auprès d’Allah, exalté soit-Il, que la prière nocturne et la retraite spirituelle dans la Mosquée sacrée. Empressez-vous donc de faire le bien durant le mois du bien, vous qui étiez la meilleure communauté qu’Allah, exalté soit-Il, ait fait surgir pour les hommes.
 

Articles en relation