Le musulman durant le Hadj

Le musulman durant le Hadj
7030 2075

Louange à Allah qui nous a envoyé le meilleur de Ses messagers (Alaihim Assalam) qui nous a révélé le meilleur de Ses Livres, qui nous a prescrit la meilleure de Ses lois religieuses et qui a fait de nous la meilleure des communautés qu'on ait fait surgir pour les hommes. À Lui la louange dans ce monde et dans l’au-delà. C’est à Lui qu’appartient le jugement et c’est vers Lui que toutes les créatures seront ramenées.

Mon frère musulman, mon frère éducateur, cher chef de famille musulmane, soumets toi à Allah, exalté soit-Il, durant ton Hadj. Suis, écoutes et obéis à ton Prophète (). N’as-tu pas entendu le Prophète () dire :

• « Apprenez auprès de moi les rites que vous devez accomplir ». (Mouslim)

• « Apprenez de moi, apprenez de moi ». (Mouslim)

Laissez-moi tant que je vous laisse (épargnez-moi vos questions) et apprenez de moi lorsque je vous enseigne! Certes, ceux qui vous ont précédés ont péri en raison de leurs nombreuses questions et leurs divergences avec leurs prophètes » [Tirmidhî (Al-Albânî : Sahîh)]


Ô mon frère, peut-être obtiendras-tu, par l’humilité, la soumission, l’obéissance, l’obédience, la droiture et le délaissement de toute controverse, l’honneur de voir Allah, exalté soit-Il, le Jour de la Résurrection et la compagnie du Prophète () Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « À ceux qui agissent en bien est réservée la meilleure (récompense) et même davantage. […] » (Coran 10/26). « […] la meilleure récompense […] » signifie ici le Paradis et « […] davantage […] » signifie la vision d’Allah, exalté soit-Il. Ibn Mas’ûd, qu'Allah soit satisfait de lui, disait : « Ô Allah, je te demande une foi qui ne faillit pas, un bonheur qui ne tarit pas et la compagnie du Prophète Muhammad dans les plus hautes chambres du Paradis éternel. » (Ahmed : Sahîh).

Mon frère musulman, rappelle-toi lors de ton Hadj le jour où Allah, exalté soit-Il, accomplit sur les croyants Son bienfait, paracheva pour eux Sa religion et révéla le verset indiquant cela (sens du verset) :

« […] Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. […] » (Coran5/3)

'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit : « Je sais à quel endroit fut révélé ce verset. Il fut révélé le vendredi alors que le Prophète () se trouvait debout à 'Arafat. » (Boukhari)

Wakî’ a rapporté :

« Lorsque ce verset fut révélé (sens du verset) : ‘[…] Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. […]’ (Coran 5/3), le jour du Hadj, 'Umar se mit à pleurer et le Prophète () lui demanda : ‘Pourquoi pleures-tu ?’ 'Umar répondit : ‘Ô Messager d’Allah, je pleure parce que nous étions en progrès constant dans notre religion et cette dernière a atteint son apogée et toute chose qui atteint son apogée ne tarde pas à se dégrader. Le Prophète () répondit alors : ‘Tu dis vrai’… » (Ibn Abî Chayba).

Quelle belle âme que celle de 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui ! Une âme croyante apercevant presque la réalité à travers le voile. Le Prophète () s’étonna de l’intelligence de 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, et de sa bonne compréhension et lui répondit avec respect, admiration et approbation : « Tu dis vrai ». Le Messager d’Allah () et son ami 'Umar ont dit vrai. Ce manque qui ne sera jamais comblé, est bel et bien survenu. Tout d'abord, il y a eu la mort du porteur du message et du transmetteur de cette religion (). Le Prophète () est mort quatre-vingt-un jours après la révélation de ce verset, comme l’a indiqué Ibn Djarîr, qu'Allah lui fasse miséricorde.

Mon frère pèlerin, sois miséricordieux envers ton épouse si celle-ci t’accompagne durant le Hadj. Ménage ses émotions, prends soin d’elle et honore sa compagnie, car la mère des croyants Aïcha, , accomplissait le Hadj en compagnie du Prophète () lorsque, soudain, elle se mit à pleurer. Des larmes de tristesse coulaient sur ses joues pour avoir manqué la 'Umra en raison de ses menstrues qu’elle venait d’avoir et qui l’empêchèrent d’accomplir la circumambulation autour de la Ka'ba. Le Prophète () s’efforça de la réconforter et de la soulager afin qu’elle revienne heureuse du Hadj. Il ordonna à son frère 'Abd al-Rahmân ibn Abî Bakr al-Siddîq de l’accompagner jusqu’à al-Tan’îm d’où elle commença une 'Umra, et cela, en raison de son amour pour les actes d’obéissance, car elle était peinée que les gens reviennent en ayant accompli une 'Umra et un Hadj alors qu’elle n’aurait accompli qu’un Hadj, .
 

Articles en relation