La femme musulmane durant le Hadj

La femme musulmane durant le Hadj
7438 2152

Combien de moments du Hadj évoquent la femme musulmane ? Combien de situations ont-elles pour elles un sens ? Le va-et-vient entre Safâ et Marwa est-il autre chose qu’un souvenir de notre mère Hâdjar () ? Le jaillissement de l’eau de Zamzam est-il autre chose que le jaillissement de sa foi, de son invocation, de son appel et de son exaltation afin d’étancher sa soif et la soif de son fils ? Ô vous qui êtes allée vers la maison sacrée afin d’accomplir l’un des piliers de l’Islam, ne vous est-il pas venu à l’esprit alors que vous fouliez le sol de La Mecque, la merveilleuse image de la femme croyante et confiante en son Seigneur, Hâdjar. Cette femme qu’Ibrâhîm () amena avec son fils et laissa dans une vallée inculte, près de la maison sacrée, alors qu’elle allaitait son fils et qu’il n’y avait à cette époque ni être humain ni eau à La Mecque. Le prophète Ibrâhîm les laissa là-bas avec un sac de dattes et une outre d’eau. Ensuite, il leur tourna le dos et partit en les laissant. Elle le suivit alors en disant : « Ô Ibrâhîm, où vas-tu en nous laissant dans cette vallée sans être humain ni quoi que ce soit ? » Elle lui répéta cela plusieurs fois, mais il ne se retourna pas vers elle. Elle dit alors : « Ô Ibrâhîm, est-ce Allah qui t’a ordonné cela ?» -« Oui », répondit-il. Elle dit alors cette merveilleuse et éternelle parole : « S’il en est ainsi, Allah ne nous abandonnera pas ». Ô chère sœur croyante, regarde la force de cette foi et de cette confiance en Allah, exalté soit-Il, ainsi que cet attachement, cette croyance et cette soumission à Allah, exalté soit-Il.

Ma sœur musulmane, ne te viens-t-il pas à l’esprit la merveilleuse image de ta mère, la mère des croyants, Khadîdja, , lorsqu’elle suivait avec désir et intérêt la progression de la da’wa et les fruits du Message ? N’apparaît-il pas devant toi la vision merveilleuse d’Asmâ’ Bint Abî Bakr al-Siddîq, , la femme aux deux ceintures. Cette femme qui parcourut de longues distances sous la chaleur brûlante du soleil ardent de midi, transportant des provisions de La Mecque jusqu’à la grotte de Thawr où se cachaient le Messager d’Allah () et son père Abû Bakr al-Siddîq. Lorsqu’elle voulut attacher les provisions qui leur étaient destinées, elle ne trouva rien pour les attacher et coupa sa ceinture en deux afin d’attacher les provisions avec l’une des deux moitiés et de se servir de l’autre moitié comme ceinture. C’est ainsi qu’on la nomma « la femme aux deux ceintures ». Cette femme contribua à la victoire de la vérité et à l’accomplissement de l’Émigration (à Médine), .

Chère sœur, ne te rappelles-tu pas dans la tente du Hadj, ta mère, la mère des croyants, Aïcha, ? Lorsque celle-ci accomplit le Hadj d’adieu en compagnie du Messager d’Allah () elle raconta qu’elle et ses sœurs croyantes qui accomplissaient le Hadj parmi les femmes des Compagnons du Prophète () se dévoilaient le visage. Cependant, lorsque des cavaliers et des hommes étrangers passaient près d’elles, elles laissaient pendre un pan de leur vêtement sur leur visage afin de le couvrir. Ne te rappelles-tu donc pas cela afin de suivre leur exemple et de faire de même ? Tu n’aimerais certainement pas venir au Hadj afin d’obtenir le pardon d’Allah, exalté soit-Il, tout en aidant le diable à tenter les croyants et à séduire les pèlerins en exposant tes charmes et ta beauté devant les musulmans, commettant ainsi un énorme péché. Les gens retourneraient avec leurs péchés pardonnés et avec de bonnes actions alors que toi tu en retournerais avec des péchés ! Qu’Allah, exalté soit-Il, t’en préserve ! Tu es loin de commettre ce genre de faute et bien trop intelligente pour cela. Tu fais certes partie des femmes réservées, pudiques et chastes.

Chère sœur, chère mère, il n’y a rien de mal à prendre certains de tes enfants avec toi pour le Hadj si la situation le nécessite. Ibn Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté qu’une femme partant accomplir le Hadj souleva son jeune enfant et dit : « Ô Messager d’Allah, peut-il accomplir le Hadj ? » Le Prophète () répondit : « Oui, et tu en seras récompensée ». (Mouslim). Dans une version, il dit : « Le Messager d’Allah () rencontra un groupe de cavaliers à Rawhâ’. Il les salua et dit : ‘Qui êtes-vous ?’ –‘Nous sommes des musulmans’, répondirent-ils. Puis ils demandèrent : ‘Et vous, qui êtes-vous ?’ –‘Je suis le Messager, répondit-il. Une femme apparut alors, sortit son enfant de son couffin et le prit dans ses bras puis demanda : ‘Ô Messager d’Allah, peut-il accomplir le Hadj ?’ Le Prophète () répondit : ‘Oui, et tu en seras récompensée’. » (Mouslim).
 

Articles en relation