La vision occidentale de l’Islam, entre équité et parti pris

La vision occidentale de l’Islam, entre équité et parti pris
4190 1444

L’Islam est redevenu une source d’intérêts pour les Occidentaux, et ce, que ce soit dans les domaines académique, scientifique, politique ou stratégique. Malgré une campagne occidentale généralisée contre l’Islam faite de parti pris et d’hostilité déclarée, il apparaît ici ou là des tentatives sincères de la part de certains Occidentaux de comprendre cette religion. Le livre du docteur Muhammad ‘Ammâra, intitulé L’Islam selon l’Occident, donne des exemples des deux visions occidentales de l’Islam, la négative et la positive, qui constituent un bon résumé pour qui veut obtenir des informations justes et équilibrées concernant la question des rapports entre l’Islam et l’Occident et souhaite ne pas rester prisonnier des clichés, amalgames et partis pris.


La revue intitulée Les affaires internationales, qui paraît au sein de l’Université de Cambridge en Angleterre, a, dans son numéro de janvier 1991, fait un dossier consacré à l’Islam préparé par deux des plus grands sociologues et politologues anglais, Edouard Mortimer et Ernest Gilner : « Nombreux sont ceux qui ont ressenti le besoin de trouver une autre menace pouvant remplacer celle qu’a constitué l’union soviétique durant des décennies. Pour jouer ce rôle de méchant, l’Islam semblait donc être le candidat idéal. En fait, l’Islam est celui qui s’oppose le plus sérieusement à la laïcité, notons en sus que la présence et la vitalité de traditions locales islamiques a largement empêché les musulmans d’être impressionnés par la civilisation occidentale ou de l’idéaliser, il est clair que l’Islam possède les moyens de pouvoir se réformer lui-même, nous avons là, semble-t-il, la principale explication de la résistance de l’Islam contre les valeurs laïques occidentales. L’Islam fait partie des cultures présentes dans les pays du sud, et il est la principale cible des nouvelles attaques occidentales, car il est la seule de ces cultures capable d’opposer une résistance réelle à la culture laïque occidentale ».


Voici ce qui est ressorti des recherches et rapports faits lors d’un colloque de l’assemblée des spécialistes des églises occidentales qui s’était tenu en mai 1978 dans l’Etat américain du Colorado : « L’Islam est la seule religion dont les origines fondamentales s’opposent aux fondements du christianisme. Le système islamique est le système religieux qui a su harmoniser le mieux l’aspect social et l’aspect politique, nous devons donc créer des centaines de centres de recherche afin de mieux comprendre l’Islam et les raisons de son grand dynamisme. Il paraît évident que nous n’avons pas d’objectif plus prioritaire que l’évangélisation des musulmans ».


Cet article va se concentrer sur la présentation de témoignages de savants ou penseurs occidentaux qui se sont exprimés avec équité et objectivité sur l’Islam, ces derniers sont en fait plus nombreux qu’on le croit, certains d’entre eux ont même effectué des travaux importants dans le domaine de la pensée islamique comme par exemple Thomas Arnold (1864-1930) qui est l’auteur de divers ouvrages sur l’Islam comme L’invitation à l’Islam, Le Califat, Le dogme islamique ou encore La représentation figurée en Islam. Arnold dit dans L’invitation à l’Islam : « Ce sont les efforts excessifs des sociétés chrétiennes pour imposer leur religion qui ont poussé paradoxalement des gens à se convertir à l’Islam. Après l’effondrement de l’Eglise grecque on a vu apparaître une forme de tyrannie visant la religion, la vie intellectuelle est alors devenue exsangue, car totalement dominée par le prince qui avait interdit toute discussion touchant de près ou de loin les questions de morale et religieuses. A l’inverse, nous n’avons jamais entendu qu’un pouvoir musulman ait essayé de convertir à l’Islam par la force des minorités religieuses non-musulmanes, vivant sous son autorité, ou les ait persécutées avec pour but d’annihiler leurs croyances, et notamment la religion chrétienne ».


Personne ne peut mieux expliquer la nature rationnelle du dogme islamique que ne l’a fait le professeur Mountey (1856-1907) : « L’Islam est dans son essence même une religion logique et rationnelle. En fait, quand on utilise une méthode d’évaluation des croyances religieuses en s’appuyant sur des principes tirés de la raison et de la logique, on trouve que ces deux derniers éléments s’accordent parfaitement avec la foi musulmane. L’Islam possède tous les signes qui montrent qu’il est composé de croyances fondées sur la logique et la raison. Le Coran est resté tel qu’il a été révélé sans subir aucune modification ou changement, c’est là la base essentielle sur laquelle s’appuie l’enseignement de cette croyance. Notons qu’il était prévisible que l’Islam, qui a un dogme extrêmement bien défini, exempt de complications philosophiques et facilement compréhensible par le plus grand nombre, possède une méthode très efficace pour toucher l’esprit des gens ».


De son côté, Sir Thomas a déclaré : « L’idée répandue selon laquelle c’est l’épée (c’est-à-dire la violence et la force) qui a contraint les gens à embrasser l’Islam est très éloignée de la réalité. En fait, le dogme islamique est très tolérant envers les autres religions dont il respecte parfaitement les libertés religieuses. Le fait que de nombreuses communautés chrétiennes aient pu vivre en paix de longs siècles dans des sociétés politiquement et socialement dominées par des musulmans est la meilleure preuve de la grande capacité de tolérance religieuse de l’Islam ».


Parmi les témoignages objectifs d’Occidentaux, on trouve celui de David de Saint-Ilan : « Le haut niveau de moralité et d’éthique imprégnant profondément la Loi islamique a fait évolué et a développé nos concepts modernes, et c’est en ça que cette Loi est porteuse de bienfaits, et ce, à toutes les époques. La Loi islamique a abrogé les contraintes rigoristes et les diverses choses illicites que le judaïsme avait imposées à ses adeptes, elle a aboli le monachisme chrétien, elle a annoncé sa volonté sincère d’être bienveillante envers la nature humaine et de s’adapter à elle et elle a répondu à tous les besoins pratiques et quotidiens de l’homme. Voici donc les caractéristiques de la Loi islamique qui reflètent bien ce qu’elle est réellement, nous devrions la respecter et nos juristes feraient bien de s’en inspirer ».


Le chercheur et historien anglais Montaigu Moriwatt, dont le témoignage est le fruit d’études comparatives entre l’Islam et les autres religions s’étalant sur plus de trente ans, nous dit, quant à lui : « Le Noble Coran n’est absolument pas la parole de Muhammad ni le résultat de sa réflexion, mais ce texte ne contient sans aucun doute que la parole de Dieu, il est donc inapproprié d’y voir le produit du génie humain ». Ce même Moriwatt a déclaré par ailleurs : « La plupart des chrétiens pensent que le christianisme sera la religion la plus répandue dans le monde dans le futur, mais cette vision des choses est totalement erronée. La preuve la plus évidente qui étaye notre assertion est la suivante : certains grands pays dits chrétiens (comme par exemple les Etats-Unis) souffrent d’un racisme endémique ; par conséquent, une religion qui est incapable de régler les problèmes de racisme existant entre ses propres adeptes ne peut évidemment pas proposer de grandes solutions crédibles pour régler les autres problèmes que connaît notre monde ».


L’orientaliste et érudit allemand Chart Joseph dit de son côté : « Parmi les choses les plus importantes qu’ait légué l’Islam à notre monde contemporain il y a sa loi religieuse appelée Loi islamique ou Charia. Cette Loi est complètement différente de toutes les autres formes de lois ou de législations, elle est clairement unique en son genre. La Loi islamique est composée d’un ensemble d’ordres divins qui se proposent d’organiser tous les aspects de la vie du musulman, et même si cette législation islamique est dans son essence une loi religieuse, celle-ci ne s’oppose pas à la raison d’aucune manière que ce soit. En effet, la législation islamique est une méthode rationnelle qui sert à comprendre et à interpréter les textes révélés ».
 

L’un des plus grands historiens des sciences de renommée internationale, George Sarton, a déclaré : « L’apparition de l’Islam est l’un des événements qui influence le plus positivement l’histoire de l’humanité. La différence entre le Coran et les Evangiles est extrêmement grande ; en effet, le Noble Coran contient tous les fondamentaux nécessaires à la vie du croyant (la religion en tant que telle, la jurisprudence, la législation ou encore la langue). Les conquêtes arabes ne furent pas le résultat d’une lutte entre des barbares affamés et des populations urbaines policées, les premiers perturbant la vie tranquilles des seconds, mais ce fut plutôt une lutte entre une religion nouvelle et une culture naissante et des cultures décadentes et aux abois. Le progrès authentique, c’est-à-dire l’amélioration notable et constante de la vie des sociétés et des hommes, ne peut se fonder sur le polythéisme et l’adoration de fausses divinités, mais celui-ci doit s’appuyer sur une religion, sur des sciences pratiques et notamment, et plus que tout, sur une science basée sur l’amour de Dieu et de la Vérité ainsi que sur l’amour de la beauté et de la justice. Notons que la supériorité que les Arabes ont atteint à un certain moment de l’histoire fut le résultat de leur fort attachement à cette science. Enfin, nous pouvons dire que plus grand défi que nous devons relever dans notre monde actuel est d’élever le niveau spirituel des gens ».
 

L’orientaliste français Karada Foe a dit : « L’une des causes majeures de notre intérêt pour la science des Arabes est sa grande influence sur le monde occidental. Pendant que les Arabes atteignaient des sommets en matière de vie intellectuelle et de progrès scientifiques grâce notamment à des savants assoiffés de savoir et à l’esprit libre, le monde chrétien menait un combat à mort pour se débarrasser des hordes barbares qui envahissaient ses territoires ».


L’orientaliste espagnol Juan Fiarfia dit : « Si on cherche bien, on trouve que l’origine du progrès scientifique dans le domaine des mathématiques chez les musulmans est à chercher du côté du Noble Coran ; par exemple, il y a dans le Coran des règles de calculs complexes destinées au partage de l’héritage. Rappelons par ailleurs que nous devons beaucoup à al-Khawârizmî, qui est considéré comme le premier mathématicien musulman ; en effet, nous lui devons le fait qu’il ait essayé d’élaborer une organisation méthodique en langue arabe de toutes les connaissances scientifiques et notamment mathématiques et astronomiques. Nous avons également hérité de lui le mot espagnol guarazmi qui signifie « numération ». L’algèbre est également un domaine sur lequel al-Khawârizmî a beaucoup travaillé, c’est en fait une des branches des mathématiques qui n’avait pas été jusqu’à ce qu’il s’y intéresse l’objet d’études méthodiques sérieuses ».


L’orientaliste anglais Gibb a dit quant à lui : « Est parfaitement justifiée l’allégation selon laquelle la poésie arabe a joué un grand rôle dans la création de la nouvelle poésie en Europe, à ce propos, même si nous ne pouvons pas adhérer à toute sa pensée, voici ce que dit très justement le professeur Makial : « S’il est reconnu que l’Europe médiévale était endettée économiquement auprès de ses Juifs, il est tout aussi vrai que cette Europe avait une grande dette envers les Arabes dans le domaine de la poésie narrative. Peu de gens nient que l’imaginaire qui imprégnait la littérature occidentale du sud de l’Europe venait incontestablement du milieu culturel arabe de l’Andalousie des premiers siècles de présence musulmane dans cette région ainsi que de la pensée qu’a pu produire cette civilisation chez l’homme andalou ».


L’orientaliste russe Garabir dit : « La formation de l’architecture islamique, qui a un style très caractéristique, est un phénomène unique et remarquable. Cette architecture est le fruit et la synthèse de nombreux styles architecturaux complexes issus d’anciennes traditions ou bien qui lui étaient contemporaines. L’architecture islamique est un exemple, parmi d’autres, qui met en évidence la grande capacité des musulmans à emprunter des éléments formels ou pratiques à d’autres cultures pour en faire quelque-chose d’authentiquement islamique ».
 

L’orientaliste allemande Sigrid Hunke, qui est l’auteure du célèbre et important ouvrage intitulé Le soleil d’Allah brille sur l’Occident, a dit : « Les Arabes auraient juste sauvé l’héritage culturel et scientifique grec de la perte et de l’oubli, on a coutume jusqu’à maintenant de ne reconnaître aux Arabes que ce modeste rôle de transmetteurs. En fait, les Arabo-musulmans n’ont pas fait que présenter et organiser cet héritage, auquel ils n’auraient ajouté que quelques modestes connaissances de leur cru, puis transmettre celui-ci à l’Europe sous la forme d’innombrables livres scientifiques jusqu’aux XVIe et XVIIe siècles, lesquels livres permirent aux universités occidentales d’accéder aux connaissances les plus avancées de l’époque ; en réalité, outre le fait d’avoir été des transmetteurs intelligents et rigoureux, les musulmans furent aussi et surtout – les Européens l’ignorent ou font semblant de l’ignorer – des précurseurs dans les domaines de la chimie, de la physique, de l’algèbre et l’arithmétique (comme ils sont compris aujourd’hui), de la trigonométrie, de la géologie, de la sociologie ou encore de la rhétorique ». Sigrid Hunke a déclaré par ailleurs : « L’Islam est dans nul doute de toutes les religions la plus tolérante et la plus juste, nous affirmons cela sans aucun parti pris et en rejetant les jugements hâtifs et injustes qui tentent de noircir son image. Si nous ne pouvons pas faire disparaître ces erreurs historiques qui ternissent injustement la réputation de l’Islam et l’ignorance dont les gens font preuve à son égard, nous devons accepter ce partenaire et cet ami en le respectant et en le prenant tel qu’il est ».


Nous avons donc présenté ici quelques exemples de paroles de penseurs occidentaux prises dans le livre important du docteur Muhammad ‘Ammâra. Nous espérons que cela soit profitable à tous ceux que les relations entre l’Islam et l’Occident intéressent ainsi qu’aux hommes de culture musulmans, peut-être y trouveront-ils des clés pour comprendre le mouvement mondial actuel d’intérêt pour l’Islam et les musulmans, lequel mouvement englobe aussi bien les personnes hostiles que celles désireuses d’engager un dialogue.
 

Articles en relation