La minorité musulmane du Libéria

La minorité musulmane du Libéria
3578 1069

La création du Libéria est le résultat de la lutte menée par des mouvements de libération des esclaves américains, et notamment la société de la colonisation américaine qui vit le jour aux Etats-Unis au début du XIXe siècle au moment où se diffusa l’idée de la création d’un foyer national en Afrique pour les esclaves afro-américains libérés, et ce, afin que ces derniers s’y établissent en hommes libres après des décennies d’asservissement dans les exploitations agricoles américaines. Ainsi, le gouvernement américain envoya des missions d’exploration en Afrique afin que ces dernières cherchent une région qui pourrait accueillir ces Afro-américains ; le choix se porta donc sur la région où se trouve actuellement le Libéria, région qui à cette époque portait le nom de Côte-du-Sud, et c’est ainsi que la première vague d’esclaves afro-américains libérés arriva sur cette terre africaine en 1820.
Les débuts de cette aventure furent marqués par la création de la ville de Monrovia (la capitale) en 1821 sur la côte puis par la pénétration de ces pionniers grâce au soutien de l’Etat islamique qui fut créé sur les hauteurs Founagaloun qui se trouvent dans la Guinée actuelle, laquelle est frontalière du Libéria actuelle. Cet Etat islamique était à ce moment là très puissant, ce sont des tribus foulanies qui contribuèrent à sa création dans le but de rassembler les divers Etats d’Afrique de l’Ouest, et notamment la Guinée, la Guinée-Bissau, le Sierra-Léone, le Libéria et la Côte-d’Ivoire. Au Libéria, depuis cette époque jusqu’à aujourd’hui, le pouvoir est concentré entre les mains des descendants des Afro-américains venus à partir de 1820, et ce, bien qu’ils ne représentent que 5% de la population totale ; quant aux musulmans, qui représentent plus du tiers des habitants du Libéria, selon certaines sources la moitié, sont empêchés d’exercer des pouvoirs.
Le Libéria a dû faire face à deux guerres civiles, l’une entre 1989 et 1996 et l’autre entre 1999 et 2003, lesquelles jetèrent des centaines de milliers de réfugiés sur les routes ; par ailleurs, il faut noter que le Libéria est le premier pays d’Afrique à avoir obtenu son indépendance, laquelle survint en 1864.
La population du Libéria est composée de 3 millions et demi d’individus (chiffres de 2006), 65% d’entre eux pratiquent une religion animiste, 25% sont musulmans et 10% sont chrétiens. Les libériens d’origine américaine représentent 5% alors que les Africains d’origine représentent 95%, lesquels sont divisés en diverses ethnies et tribus dont le nombre est d’environ 35, on trouve donc : 20% de Kabili, 14% de Bassa, 9% de Gyo, 8% de Grébo, 8% de Kran, 7% de Manou et 4% de Mandagou.


Les problèmes des musulmans libériens aujourd’hui :
Parmi les problèmes les plus importants que connaissent les musulmans du Libéria on trouve une généralisation de la pauvreté et de l’ignorance parmi les ethnies musulmanes, lesquelles ne possèdent qu’une seule école confessionnelle. Cette dernière fut fondée par une association islamique internationale, elle est composée de seulement trois étages et on y enseigne le Coran et la langue arabe. Outre ces faibles moyens dans le domaine de l’éducation, les musulmans doivent faire face à la propagande des Evangélistes qui contrôlent la plupart des autres écoles, lesquelles refusent d’intégrer des musulmans, en fait elles posent comme condition pour une inscription que l’élève se convertisse au christianisme évangélique et en échange il pourra prétendre à un enseignement gratuit ; par ailleurs, il est essentiel de noter que les musulmans ne possèdent aucun hôpital.
Il est également essentiel de faire remarquer que les musulmans libériens manquent de mosquées ; ainsi, dans la capitale Monrovia, on ne dénombre pas plus de cinq lieux de culte musulmans, alors que dans cette même ville il y a 43 églises.
Parmi les autres problèmes rencontrés par les musulmans libériens, il y a la forte ingérence des Américains et des Israéliens dans le pays, lesquels combattent en outre les libériens de confession musulmane. Ainsi, la compagnie américaine « Firestone », mondialement connue pour la fabrication de pneus, détient le monopole de l’exploitation du caoutchouc, ce secteur représente une partie importante des exportations du Libéria ; par conséquent, l’économie libérienne est quasiment totalement contrôlée par les Américains et les Israéliens qui envoient leurs agents et spécialistes dans tout le pays, lesquels s’associent avec les organisations étatiques pour empêcher l’Islam de se propager.
Depuis peu la situation des musulmans libériens a commencé à s’améliorer, et ce, d’une part, grâce au fait que des pays frontaliers à majorité musulmane, tels que la Guinée et le Sierra-Léone, influencent la politique intérieure du Libéria et, d’autre part, grâce à l’apparition de leaders musulmans à fort charisme comme M. Muhammad Karouma (il est le président de l’Union des relations libéro-américaines). Par ailleurs, les musulmans libériens ont fondé deux organisations islamiques dans la ville de Monrovia ; le première est l’Organisation arabe pour les études dont la mission est d’appeler les non-musulmans à l’Islam, et la seconde est l’Organisation islamique pour l’enseignement qui a créé deux centres dont le but est la formation des imams ainsi que l’apprentissage du Noble Coran et de la langue arabe pour les nouveaux convertis, de plus ces deux centres se proposent d’aider financièrement ces derniers.
Malgré tous ces progrès notables, l’intérêt des organisations et institutions islamiques internationales pour les musulmans libériens reste assez faible, en tous les cas cet intérêt n’est pas à la hauteur des attentes de ceux qui prêchent l’Islam en Afrique de l’Ouest.

Articles en relation