Jésus dans le Coran (I)

Jésus dans le Coran (I)
6013 1880

Le Noble Coran manifeste un grand intérêt pour le prophète d’Allah Jésus/‘Îsâ () ; ainsi, il commence le récit de son histoire par l’évocation de la naissance de sa mère, Mariyam (Alaiha Assalam), de même qu’il rappelle le fait qu’elle a été élevée dans l’innocence, la chasteté et l’adoration, puis il rappelle l’honneur que lui fit Allah, exalté soit-Il, en lui donnant un fils sans père, c’est ainsi qu’Il, exalté soit-Il, lui envoya Djibrîl () pour lui annoncer cette nouvelle et lui insuffler l’Esprit divin, elle devint donc enceinte de Îsâ (), puis le Coran nous parle de la protection divine dont elle bénéficia pendant sa grossesse et au moment de l’accouchement, puis il évoque ce qui se passa entre elle et les Banî Isrâ`îl et leur refus de reconnaître cet enfant ainsi que la parole de ‘Îsâ () au berceau, ce qui lava Maryam de toutes les accusations malveillantes des Juifs. Tout cet intérêt porté par le Coran pour Maryam et son fils ‘Îsâ (Alaihima Assalam) avait pour but de mettre en évidence l’égarement des Juifs vers lesquels a été envoyé ‘Îsâ (), ces derniers se divisèrent en deux groupes distincts : le premier groupe refusa de le reconnaître et lui lança les pires insultes alors que le second groupe crut en lui, fit tout pour le soutenir et resta accroché à sa religion même après qu’il fut élevé dans le ciel. Puis après ce dernier groupe vinrent des gens qui changèrent sa religion et prétendirent que ‘Îsâ () était un être divin ; c’est pour cette raison que le Noble Coran met en évidence la réalité de ‘Îsâ () et de son message, de même qu’il montre au grand jour aussi bien l’égarement de ceux qui l’ont renié que celui de ceux qui l’ont divinisé. Nous pouvons dire que le Noble Coran a été extrêmement clair sur la question de ‘Îsâ (), il n’a laissé aucun doute et a tout clarifié. Voici donc de manière détaillée ce que le Coran nous révèle de la vie de ‘Îsâ () :

La naissance miraculeuse :

Le Noble Coran a montré clairement comment Mariyam devint enceinte de ‘Îsâ (Alaihima Assalam) : « Mentionne, dans le Livre (le Coran), Mariyam, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Djibrîl), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, [ne m’approche point] ». Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un enfant pur ». Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée ? ». Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ». Elle devint donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné » (Coran 19/16-22). Un autre verset montre que Djibrîl () insuffla en Maryam l’Esprit divin et elle devint donc enceinte par la permission d’Allah ; Allah, exalté soit-Il dit : « De même, Maryam, la fille de ‘Imrân, qui avait préservé sa virginité ; Nous y insufflâmes alors de Notre Esprit. Elle avait déclaré véridiques les paroles de son Seigneur ainsi que Ses Livres : elle fut parmi les dévoués » (Coran 66/12).

L’existence très humaine du Messie :

Après sa naissance, ‘Îsâ () vécut une vie très simple et naturelle, il mangeait et buvait la même chose que le commun des mortels et il faisait comme eux ses besoins, en somme rien dans sa nature ne le différenciait des autres êtres humains. Le Coran a donc rappelé cette réalité et a mis en évidence l’égarement des chrétiens qui prétendent que ‘Îsâ () est de nature divine ; en effet, une question se pose : comment peut-on qualifier un individu qui a besoin de manger et de boire pour vivre de divin alors que l’une des caractéristiques de Dieu est qu’Il se suffit totalement à Lui-même ? Allah, exalté soit-Il, montre clairement cette réalité : « Le Messie, fils de Maryam, n’était qu’un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et vois comme ils se détournent » (Coran 5/75).

Levons les ambiguïtés concernant la nature de ‘Îsâ () :

L’origine des ambiguïtés tournant autour de la nature de ‘Îsâ (), et qui induisent certaines personnes en erreur, est à chercher dans sa naissance miraculeuse, c’est-à-dire d’une mère mais sans père. Les Juifs ont donc utilisé cette question afin de pouvoir dénigrer et récuser la mission prophétique de ‘Îsâ (), mais il est aisé de démonter leur faible argument, car il existe un prophète dont tout le monde reconnaît la véracité de la prophétie alors que sa naissance est encore plus extraordinaire et miraculeuse que celle de ‘Îsâ (), il s’agit d’Adam (), ce dernier fut en effet créé sans mère ni père ; par conséquent, celui qui croit en Adam, s’il veut être cohérent avec lui-même, se doit de croire en ‘Îsâ. Par ailleurs, il faut souligner que, concernant cette question, certains osent comparer la puissance divine avec les faibles capacités humaines, ce qui est sans conteste le summum de l’égarement ; ces deux choses sont évidemment incomparables, si les comportements et les capacités de l’homme sont régis et limités par la loi de la coutume, il n’en est rien pour ce qu’il s’agit de la puissance divine, Allah, exalté soit-Il, Lui, est Tout-Puissant, rien ne Le régit, Il peut tout faire, Il peut donc, s’Il le veut, créer à partir d’un père ou bien sans père, de même qu’il peut créer sans père ni mère ; à ce propos Allah, exalté soit-Il, dit : « Pour Allah, ‘Îsâ est comme Adam qu’Il créa de poussière, puis Il lui dit : « Sois » : et il fut. La vérité vient de ton Seigneur. Ne sois donc pas du nombre des sceptiques » (Coran 3/60-61).

Explication de ce qu’est exactement le message du Messie () :

Le Noble Coran montre clairement et sans ambiguïtés la réalité du message de Îsâ () et la réalité de son appel ; ainsi, ce dernier n’était qu’un prophète envoyé par Allah, exalté soit-Il, pour communiquer Sa religion aux hommes et instaurer Sa Loi. Parfois le Coran rappelle cette réalité en employant la forme de la restriction, c’est ainsi qu’Allah, exalté soit-Il, dit : « Le Messie, fils de Maryam, n’était qu’un Messager. Des messagers sont passés avant lui » (Coran 5/75) ; parfois le Coran évoque le Messie parmi les noms d’autres nobles prophètes (Alaihim Assalam), et ce, en considérant qu’ils sont tous des frères et que ‘Îsâ () est l’un d’entre eux, Allah, exalté soit-Il, dit : « Nous t’avons fait une révélation comme Nous fîmes à Nûh et aux prophètes après lui. Et Nous avons fait révélation à Ibrâhîm, à Ismâ’îl, à Ishâq, à Ya’qûb, aux Tribus, à ‘Îsâ, à Yûnus, à Hârûn et à Sulaymân, et Nous avons donné le Zabûr à Dâwûd » (Coran 4/163).
Il existe encore bien d’autres versets qui prouvent de manière incontestable que ‘Îsâ () n’était qu’un prophète envoyé par Allah, exalté soit-Il.
Nous avons donc présenté brièvement ici quelques paroles coraniques évoquant le prophète d’Allah ‘Îsâ. Si les Juifs et les chrétiens se sont égarés sur son sujet, les premiers en niant qu’il était un prophète et les seconds en le divinisant, les musulmans quant à eux ont suivi le bon chemin en comprenant comme il faut, grâce à Allah, exalté soit-Il, sa réalité et la réalité de son message. Nous poursuivrons notre étude sur 'Îsâ dans le Coran dans deux prochains articles.

Articles en relation