Le long hadith de Djibrîl (l’Ange Gabriel)

Le long hadith de Djibrîl (l’Ange Gabriel)
38631 8215

Parmi les hadiths dans lesquels le Prophète () a montré les fondements de la religion, citons celui dans lequel Djibrîl () vint, sous forme d’homme, interroger le Prophète () sur certaines questions importantes. ‘Umar ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui, rapporta : « Un jour, alors que nous étions assis auprès du Prophète () voilà que se présenta à nous un homme dont les vêtements étaient très blancs et les cheveux très noirs. Rien en lui n’indiquait qu’il était en voyage et nul parmi nous ne le connaissait. Il s’avança pour venir s’asseoir face au Prophète () appuyant ses genoux contre les siens et posant les paumes de ses mains sur ses cuisses. Il dit au Prophète () :
- 'Ô Mohammed ! Informe-moi sur l’Islam'.
- 'L’Islam consiste à attester que nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah et que Mohammad est le Messager d’Allah. Il consiste aussi à observer correctement la prière, à s’acquitter de la Zakât, à faire le jeûne du mois de Ramadan et à effectuer le pèlerinage à La Mecque si on en a les moyens', répondit le Prophète ().
- 'Tu as dit vrai', approuva l’homme.
Nous fûmes étonnés de voir cet homme s’informer auprès de lui et en même temps l’approuver. Puis il reprit :
- 'Informe-moi sur la foi'.
- 'La foi consiste à croire en Allah, en Ses Anges, à Ses livres, à Ses Messagers et au Jour Dernier. Elle consiste aussi à croire au destin, bon ou mauvais', répondit le Prophète ().
- 'Tu as dit vrai. Informe-moi sur la foi parfaite'.
- 'C’est le fait d’adorer Allah comme si tu Le voyais, car si toi tu ne Le vois pas, Lui te voit'.
- 'Informe-moi sur l’Heure'.
- 'Celui qui est interrogé n’en sait pas plus que celui qui l’interroge'.
- 'Informe-moi sur ses signes précurseurs'.
- 'Elle arrivera quand la servante enfantera sa maîtresse et quand tu verras les va-nu-pieds, les déguenillés et les gueux, parmi les bergers, se rivaliser dans l'édification de construction élevée'.
Quand l’homme partit, je restai un moment ébahi, puis le Prophète () me dit : '‘Umar ! Sais-tu qui est celui qui est venu m’interroger ?'. 'Allah et Son Messager le savent mieux', lui répondis-je. Il me dit : 'C’est Djibrîl qui est venu vous apprendre votre religion' » (Mouslim).

Ce hadith est une exposition des fondements et règles de la religion, raison pour laquelle le Prophète () le conclut en disant : « C’est Djibrîl qui est venu vous apprendre votre religion », ce hadith faisant la synthèse de la religion.

Djibrîl () a commencé par interroger le Prophète () sur le sens de l’Islam. En fait, l’Islam consiste à faire preuve de soumission à la Charia et à mettre en pratique ce que le Prophète () a transmis de son Seigneur, exalté soit-Il. Dans ce hadith, le Prophète () l’a expliqué par les actes cultuels apparents, dont les actes physiques, comme la prière et le jeûne, financiers comme la Zakât, ou les deux à la fois, comme le Hadj.

Quant à la foi, le Prophète () l’a expliquée par les actes cultuels cachés dans le for intérieur. Elle consiste donc à croire en Allah, exalté soit-Il, à ses Anges, à Ses Livres, à Ses Messagers, ainsi qu’à la résurrection, et au destin, bon ou mauvais. Il y a en cela les six bases de la foi islamique qu’Allah, exalté soit-Il, cite à maints endroits de Son Livre. Il dit, exalté soit-Il (sens des versets) :

• « Ô les croyants ! Soyez fermes en votre foi en Allah, en Son messager, au Livre qu’Il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu’Il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Allah, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s’égare, loin dans l’égarement » (Coran 4/136) ;

• « Nous avons créé toute chose avec mesure » (Coran 54/49).

Le Prophète () a fait une différence entre l’Islam et la foi. Le premier concernant les actes cultuels apparents, la seconde les actes cachés. Comme les deux termes apparaissent dans le même contexte, chacun a une signification qui lui est particulière. Cependant, s’ils sont mentionnés séparément, leurs significations sont identiques, de sorte que l’Islam correspond également dans ce cas aux convictions et aux questions du cœur. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam » (Coran 3/19). De même, si la foi est mentionnée seule, elle comprend les actes cultuels apparents. Le Prophète () a dit :

« La foi est composée d’un peu plus de soixante-dix branches. La plus élevée est de professer que nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah et la moindre d’entre elles est de retirer de la route ce qui peut nuire aux passants ; et la pudeur est l’une des branches de la foi » (Mouslim).

La foi en le destin comprend les quatre aspects suivants, selon les oulémas :
1- L’omniscience : qui consiste à croire que le savoir d’Allah, exalté soit-Il, précède tous Ses actes et les actes de Ses serviteurs qui ont eu ou auront lieu et que ce savoir embrasse tout.
2- L’inscription : qui consiste à croire qu’Allah a tout inscrit, sur la Tablette conservée cinquante mille ans avant la création des cieux et de la terre, alors que Son Trône était sur l’eau.
3- La volonté : qui consiste à croire que tout ce qu’Allah, exalté soit-Il, veut est, ce qu’Il ne veut pas n’est pas et que rien ne peut se passer dans cet univers sans Sa volonté.
4- La création : qui consiste à croire qu’Allah, exalté soit-Il, est le Créateur de toute chose, de Ses serviteurs comme de leurs actes. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Alors que c’est Allah qui vous a créés, vous et ce que vous fabriquez » (Coran 37/96). Et tout ce qui est en dehors d’Allah, exalté soit-Il, est une créature dépendant de Lui.

Quant à la foi parfaite, le Prophète () a indiqué que le serviteur d’Allah n’atteindra ce niveau que s’il adore son Seigneur, exalté soit-Il, comme s’il Le voyait. S’il nourrit cette idée pendant l’accomplissement des actes d’adoration, il veillera à ne rien négliger quant à la soumission, au recueillement, à l’apparence pieuse, à la concentration du cœur et à l’accomplissement parfait des actes cultuels. Quiconque trouvera cela difficile, pourra simplement adorer Allah, exalté soit-Il, sachant qu’Il est le Tout Connaisseur Qui le voit, l’objectif étant d’encourager le musulman à faire preuve de sincérité vis-à-vis d’Allah en accomplissant les actes cultuels, en ayant conscience qu'Allah l'observe, en secret comme en public, ce qui est un rang élevé que peu de gens peuvent atteindre. Le Coran l’affirme à maintes reprises, en disant à titre d’exemple (sens du verset) :

« Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez » (Coran 10/61).

Ensuite, Djibrîl () a interrogé le Prophète () sur l’Heure (le Jour du Jugement Dernier). La réponse fut : « Celui qui est interrogé n’en sait pas plus que celui qui l’interroge ». La connaissance de l'Heure est inscrite dans un livre auprès d'Allah, et elle est l’une des cinq clés de l’Inconnaissable que nul autre que Lui ne connaît. Et quand Djibrîl () l’a interrogé sur ses signes précurseurs, le Prophète () lui en a cité deux :

Le premier : « quand l’esclave enfantera sa maîtresse ». Quand un maître a des rapports avec son esclave, elle engendre des enfants qui jouissent, comme leur père, de la liberté et de la qualité de maîtres. C’est comme si le Prophète () indiquait qu’à la fin des temps, les musulmans conquerront les pays du monde et que les esclaves se multiplieront, de sorte que l’esclave donnera naissance à des enfants de son maître. Ce sera alors un signe précurseur de l’Heure.

Le second : « quand les bergers pieds-nus et déguenillés qui ne possédaient rien se montreront chaque jour plus arrogants en construisant des bâtiments élevés ». Cela signifie que les plus vils deviendront des dirigeants et que le pouvoir sera détenu par ceux qui ne le méritent pas.

Quiconque médite sur ce hadith découvrira qu’il explique tous les actes cultuels apparents et secrets, dont les paramètres de la foi, les actes physiques, la sincérité du cœur et la protection contre les choses qui entachent les œuvres. Qu’Allah accorde Son salut et Sa bénédiction à celui qui a été doté de la capacité à exprimer de façon concise des idées importantes ().

Source : section arabophone d’Islamweb

Articles en relation