Les musulmans de Mongolie ont soif d’apprendre leur religion

Les musulmans de Mongolie ont soif d’apprendre leur religion
9906 1678

C’est en suivant les anciennes routes du commerce et par le truchement des peuples kazakh et ouïgour que l’Islam est arrivé en Mongolie, et ce, il y a déjà plusieurs siècles. La proximité de sa région est du Turkestan a aidé à la diffusion de l’Islam sur le territoire mongol ; toutefois, les musulmans de Mongolie, dont le nombre atteint aujourd’hui environ 150 000 personnes, ont dû faire face à de nombreuses difficultés durant l’ère communiste. Le système soviétique réprimait durement toute opposition dans le pays, les agents du régime soviétique procédèrent à l’exécution de nombreux imams, oulémas et religieux, ils firent détruire les mosquées et interdirent aux musulmans de pratiquer publiquement leurs rites religieux, de même que l’enseignement des matières islamiques fut prohibé, en outre le pouvoir soviétique ordonna que soient brûlés tous les livres en rapport avec l’Islam. Il est à noter que les persécutions et les injustices commises par les communistes contre les musulmans gagnèrent en intensité entre 1937 et 1939, ce fut là la conséquence directe d’une manifestation non officielle organisée par les musulmans, durant cette dernière 3270 personnes de confession musulmane furent tuées, selon certains rapports 1276 Mongols participèrent à cette manifestation, la plupart étaient des imams et seul un très petit nombre d’entre eux survécurent au bain de sang planifié qui eut lieu ce jour-là.
Il faut également rappeler qu’en 1970 eurent lieu plusieurs offensives du pouvoir communiste contre les musulmans de Mongolie, ce dernier fit couper les relations de ces musulmans avec leurs frères en Islam d’autres régions, de plus le parti communiste promulgua plusieurs lois dont l’objectif déclaré était de combattre tout phénomène lié à l’Islam, le but était de rabaisser l’image de l’Islam aux yeux des gens ; parmi les mesures scélérates promulguées on trouve la diffusion à grande échelle dans les régions musulmanes de produits alimentaires à base de viande de porc ainsi que des boissons alcoolisées, de même que l’une de ces lois interdisait aux musulmans de pratiquer tous leurs rites et même celui que l’Islam recommandait d’accomplir pour les funérailles ! 

Les musulmans de Mongolie commencent à se réveiller :

A cause de ces persécutions religieuses, les musulmans s’éloignèrent de leur religion et les générations qui suivirent celles des moments difficiles ne connaissaient quasiment plus rien de leur religion d’origine, laquelle n’était plus qu’un souvenir dans l’esprit des anciens, car en effet il n’y avait plus d’hommes de religion pour éduquer les gens ; les musulmans mongols vécurent ainsi durant près de 70 ans. Puis survint l’effondrement de l’empire soviétique et avec lui une certaine ouverture et démocratisation des pays qui subissaient jusqu’alors son influence, ce changement fut positif pour les minorités religieuses et c’est ainsi que les autorités mongoles commencèrent à autoriser l’entrée dans le pays de livres de religion et l’emploi de la langue spécifique aux musulmans mongols dans l’enseignement, de même qu’elles permirent à des membres de la communauté musulmane de sortir du pays pour aller apprendre leur religion, inversement des délégations de musulmans venant de l’Inde et du Pakistan purent entrer en Mongolie pour faire la da’wa ; par ailleurs, des membres de la communauté kazakh musulmane vivant à l’étranger, notamment en Turquie, purent rentrer en Mongolie. Cette ouverture des musulmans mongols au monde augmenta leur intérêt pour leur religion, intérêt qui ne tarda pas à devenir une véritable soif d’apprentissage.

La Mongolie n’a pas d’accès à la mer, c’est véritablement un pays géographiquement enclavé. Ce pays a commencé à subir la domination chinoise à partir de 1691, et ce, jusqu’en 1911 ; puis il fut dominé par les Soviétiques entre 1919 et 1921, et il devint enfin indépendant le 5 février 1921. Toutefois, malgré son indépendance, la Mongolie resta très longtemps sous l’influence du voisin soviétique. La Mongolie partage ses frontières au sud, à l’est et à l’ouest avec la Chine, elle a en outre une frontière commune à l’ouest avec le Turkestan oriental (le Xinjiang), lequel appartient à la Chine, mais une partie de la population de cette région se bat pour obtenir son indépendance.
La population mongole atteint les trois millions d’individus, et il faut savoir qu’environ 250 000 personnes vivent dans la capitale mongole, Oulan-Bator. Les Mongols parlent leur langue traditionnelle qui est appelée Balahala, celle-ci s’écrit avec des lettres slaves, toutefois, de nombreux dialectes locaux sont également parlés par les gens, il est à noter que la langue russe est la langue étrangère la plus parlée en Mongolie.

La Mongolie est un pays pastoral :

Il est étonnant de constater qu’il y a en Mongolie plus de chevaux que d’habitants, lesquels sont comme nous l’avons rappelé plus haut environ trois millions, ceux-ci son répandus sur une superficie immense, environ 1 565 000 km2. La plupart des terres mongoles sont restées sauvages, les éléments topographiques de Mongolie les plus connus sont la montagne Tay qui s’élève à l’est, mais surtout le désert situé au sud-est, le fameux désert de Gobi. Le climat mongol est caractérisé par de fortes chaleurs en été et un froid intense en hiver (-40°).
La plupart des Mongols exercent la profession de berger et les têtes de bétails se comptent en plusieurs millions : environ 15 millions de moutons, 5 millions de chèvres, 3 millions de vaches et plus de 3 millions de chevaux. Outre l’élevage, l’autre activité économique importante des Mongols est l’agriculture, ils cultivent notamment du maïs et du blé, notons enfin que le sol de Mongolie recèle de grandes quantités de minerais dont la majorité n’a pas encore été exploitée.

Les religions pratiquées par les Mongols :

Le bouddhisme est considéré comme la première religion de Mongolie, c’est-à-dire qu’environ 53 % des Mongols la pratiquent, ceux qui prétendent ne pratiquer aucune religion sont environ 38,6 %, les musulmans sont quant à eux environ 3 %, les chrétiens 2,1 % et 0,4 % des Mongols sont pratiquants d’autres religions.

Les provinces de Mongolie où vivent la plupart des musulmans :

Les musulmans sont dispersés dans diverses provinces de Mongolie, et notamment dans les provinces de Yaban-Oulgha, de Kabnatay et de Nala-Khan. Durant longtemps des communautés musulmanes ouïgoures et danghans ont vécu en Mongolie, mais elles quittèrent le pays pour émigrer en Chine en 1960, c’est-à-dire lors des événements frontaliers qui opposèrent l’URSS et la Chine. Notons que ces dernières années, ces communautés ont commencé peu à peu à rentrer en Mongolie.

Les musulmans de Mongolie ont des besoins urgents :

Certaines personnes pensent que la réimplantation de l’Islam en Mongolie nécessite que les uns et les autres fassent des efforts soutenus et continus pour réparer les dégâts provoqués par les 70 ans de persécutions religieuses terribles qu’ont connus les musulmans de ce pays, et notamment la négation de l’Islam et de l’identité religieuse et culturelle des musulmans imposée par les autorités soviétiques. Par conséquent, les musulmans mongols ont un besoin urgent que leur soient envoyés des prédicateurs qui maîtrisent leurs langues.
Par ailleurs, il est nécessaire de construire des mosquées et des écoles islamiques, ou de reconstruire celles qui furent détruites lors de l’ère soviétique, de même qu’il est urgent d’envoyer aux musulmans mongols des livres de religions en langue kazakh et des traductions du Noble Coran dans les diverses langues parlées par les musulmans, mais surtout en langue kazakh car celle-ci est la langue la plus répandue parmi ces populations. Par ailleurs, il serait bon que des aides financières soient envoyées à l’Association islamique mongole, laquelle a été créée il y a peu de temps, de même qu’il faut absolument aider les jeunes kazakhs qui veulent partir étudier la religion à l’étranger dans des universités islamiques. Enfin, il faut que les jeunes musulmans vivant à l’étranger soient poussés à revenir en Mongolie pour travailler et se marier avec des femmes mongoles, car en effet en Mongolie les femmes sont six fois plus nombreuses que les hommes, donc si on veut voir la communauté musulmane grandir, il est nécessaire que les musulmans se marient avec des musulmanes du cru, car le risque est de voir ces dernières se marier avec des non-musulmans et donc perdre leur religion.

Nous demandons à Allah, exalté soit-Il, qu’Il guide dans le droit chemin ces musulmans de Mongolie qui ont connu de difficiles épreuves durant le vingtième siècle au point de presque perdre leur religion et leur identité, mais Allah, exalté soit-Il, peut tout et a déjoué le projet soviétique d’éradiquer la foi islamique de la terre mongole. Louanges à Allah le Seigneur des mondes.
 

Articles en relation