Les musulmans d’Italie

Les musulmans d’Italie
6897 2154

L’Italie est l’un des pays se trouvant sur les rives de la Méditerranée, elle fait partie des pays du sud de l’Europe, et sa capitale est la ville de Rome. Rappelons que l’Italie accueille dans ses frontières l’Etat du Vatican qui est la capitale mondiale de l’Eglise catholique.
La population de ce pays atteint environ les 59 millions et parmi eux il y a près de 1,5 millions de musulmans qui se repartissent dans les différentes villes d’Italie. La communauté musulmane constitue l’une des ressources humaines les plus importantes, car en effet c’est une communauté jeune jouissant d’une capacité productive très élevée, ce qui lui annonce un avenir prometteur dans ce pays. Certains journaux italiens ont même été jusqu’à mettre en première page des titres de ce genre : « Merci aux immigrés dont la présence permet d’augmenter le nombre des habitants d’Italie ». Mais cette réalité fait peur à une partie de l’Occident qui est convaincue que l’Islam aura à l’avenir la haute main sur les pays européens. Cette peur a même amené certains cardinaux de haut rang à interpeller l’opinion publique haut et fort sur ce « problème » et à appeler les politiques à cesser de faire venir de la main d’œuvre musulmane qu’ils devraient, selon eux, remplacer par de la main d’œuvre d’origine chrétienne. 

L’histoire de l’Islam en Italie :

L’Islam est arrivé en Italie via l’île de Sardaigne lorsque celle-ci fut conquise par Ibrâhîm ibn al-Aghlab, qui était alors le gouverneur de Tunis, et c’est un certain Asad ibn al-Furât qui mena l’expédition. A partir de là, les musulmans restèrent les maîtres de l’île de Sardaigne durant près de deux siècles, et évidemment pendant cette longue présence l’Islam se répandit et prit racine sur l’île. Par ailleurs, l’Islam pénétra l’Italie également par le truchement de la Sicile, qui est aussi une île.
C’est ainsi que les musulmans, se servant des deux îles précédemment citées comme bases avancées, s’emparèrent en premier lieu de la ville italienne de Naples, puis ils prirent Tarente, de même que les armées de Muhammad Ier al-Aghlabî firent leur la ville de Rome en l’an 232 de l’Hégire, ce dernier obligea le Pape de l’époque à lui verser la djizia (tribut ou capitation).
Mais après un certain temps d’occupation musulmane, une coalition européenne réussit à récupérer certaines villes italiennes grâce notamment au fait que des divisions opposèrent les forces musulmanes d’Orient à celles du Maghreb.

Les centres musulmans en Italie :

Il y a aujourd’hui en l’Italie plus de 700 centres islamiques, on en trouve dans tout le pays du nord au sud et dans ses vingt grandes provinces ; toutefois, il nous faut signaler qu’il existe également des organisations ayant une échelle nationale qui comptent comme membres de nombreux centres islamiques en plus de leur centre principal.
La première et la plus importante organisation islamique est l’Union de la communauté musulmane d’Italie, laquelle rassemble autour d’elle environ 150 centres islamiques qui sont répartis dans la plupart des provinces du pays, le siège principal de l’organisation se trouve dans la ville de Rome ; on trouve ensuite d’autres organisations comme : la Ligue islamique italienne qui est une organisation nationale travaillant dans le domaine de l’éducation et elle siège dans la ville de Milan, l’Institut culturel islamique siégeant également à Milan ou encore le Centre islamique de Rome qui dépend de la Ligue du monde islamique. Notons en outre que s’est formée en Europe l’Association de l’union islamique dont la vocation était de s’occuper des réfugiés venant d’Europe de l’est, cette dernière est la première association islamique qui apparut en Italie et son siège se trouve à Rome, cette association, en collaboration avec la Ligue du monde islamique, fut à l’origine de la fondation d’une école islamique. Par ailleurs, en 1966 fut fondé le Centre islamique de Rome, ce dernier publie une revue mensuelle, de même qu’il édite des livres islamiques en langue italienne ; puis, on trouve également en Italie une multitude de centres et associations de petites tailles aux activités limitées.

Les plus grands problèmes rencontrés par les musulmans en Italie :

- La non-reconnaissance par la constitution italienne de la religion musulmane.
- La non-homogénéité raciale, identitaire et culturelle de la communauté musulmane italienne : cette dernière se compose de diverses ethnies issues du monde occidental et du monde musulman, même si la majeure partie des musulmans d’Italie sont issus du Maghreb, il faut noter que cette diversité au sein de la communauté produit la plupart du temps un manque d’harmonie et des divergences dues à des caractères, cultures et façons de vivre qui diffèrent.
- L’importation en Occident des divergences religieuses et ethniques par des individus qui s’y accrochent coûte que coûte même une fois arrivés en Italie, même si la majorité du temps ces divergences ne sont à l’origine que secondaires.
- Des pratiques religieuses erronées chez beaucoup de musulmans, que ce soit chez ceux qui sont installés en Italie ou bien chez ceux qui s’y rendent en tant que touristes, ces individus donnent une mauvaise image du musulman, ce dernier est perçu comme étant un jouisseur ne passant sa vie qu’à poursuivre ses passions et désirs.
-Parmi les plus grands problèmes rencontrés par la communauté musulmane vivant en Occident il y a l’égarement alarmant des générations qui naissent dans ces sociétés, ces jeunes apprennent la langue du pays où ils vivent, ils étudient dans ses écoles, ils s’imprègnent en profondeur de sa culture, et cela est encore plus vrai lorsque les mères ne sont pas musulmanes. Ainsi, ces jeunes vivent un véritable conflit intérieur opposant deux cultures souvent aux antipodes, mais le plus souvent c’est la culture de la société où ils sont qui prend le dessus. Ces influences créent notamment une forme de schizophrénie culturelle au sein des foyers musulmans vivant en Occident, et cette confrontation entre deux cultures opposées provoquent de graves problèmes familiaux.
- Le peu de connaissance des sciences islamiques chez la plupart des membres des communautés musulmanes occidentales.
- L’absence de rôle officiel de la part des pays musulmans ; en effet, l’influence des ambassades et consulats arabes et musulmans sur le comportement et la culture des communautés musulmanes occidentales est très limitée.
- Le manque de livres sur l’Islam et d’exemplaires du Noble Coran traduits en langue italienne.
-Le besoin d’écoles islamiques afin d’enseigner l’Islam aux jeunes générations de musulmans vivant en Italie.

Ce court aperçu de la situation de la communauté musulmane vivant en Italie nous montre que les défis à relever pour cette dernière sont nombreux, mais nous nous devons de signaler que la situation des musulmans vivant au sein des autres sociétés européennes est quasi identique. Ainsi, il nous semble que les musulmans de ces pays devraient encore accentuer leurs efforts et les unir afin de trouver des solutions plus globales qui amélioreraient leur situation à tous comme par exemple la création de réseaux scolaires islamiques à l’échelle européenne. Les défis sont donc nombreux et difficiles, nous demandons donc à Allah qu’Il les aide dans ce travail essentiel.
 

Articles en relation