La conversion à l’Islam de Muhammad Ali

La conversion à l’Islam de Muhammad Ali
23886 4353

Cassius Clay, plus connu son nom musulman de Muhammad Ali, est né en 1942 dans la ville de Louisville dans l’Etat américain du Kentucky au sein d’une famille pauvre appartenant à la communauté noire. Lui et sa famille souffrirent de la politique ségrégationniste qui était alors appliquée aux Etats-Unis. Le jeune Cassius Marcellus Clay commença sa carrière de boxeur en 1954 alors qu’il n’avait à peine que douze ans, et ce, suite à un petit incident ; en effet, il se trouve qu’à cette époque un individu lui vola sa bicyclette alors que celui-ci jouait tranquillement avec ses amis dans l’une des aires de jeux de la ville, lorsque Cassius découvrit le vol, il piqua une colère terrible, il disait tout fort qu’il écraserait et frapperait durement le voleur quand il lui mettrait la main dessus. Il adressa ces paroles vindicatives à un policier qui se trouvait devant lui, ce dernier se moqua du jeune homme maigre et grand en lui disant : « Tu ferais mieux plutôt d’apprendre la boxe avant de vouloir frapper quiconque ». Ce policier ne pouvait pas alors imaginer que sa parole moqueuse allait changer le cours de la vie du jeune homme, que ce dernier choisirait effectivement cette voie et qu’il deviendrait l’un des plus grands champions de l’histoire de ce sport.

Muhammad Ali Clay devint boxeur professionnel :

Muhammad Ali Clay devint boxeur professionnel en 1960, il avait alors 18 ans, et c’est donc à ce même âge qu’il remporta pour les Etats-Unis la médaille d’or aux jeux olympiques de Rome. En 1964, le monde fut frappé de stupeur quand Muhammad Ali réussit à mettre à terme à la domination de Sonny Liston sur la boxe anglaise, le jeune homme n’avait alors que 22 ans. Dès lors, l’étoile de la boxe Muhammad Ali Clay ne cessa de monter, il devint à cette époque un héros pour les jeunes américains.
En 1967, alors que Clay était, grâce à ses nombreuses victoires, au sommet du monde de la boxe et que les Etats-Unis étaient complètement embourbés dans le conflit vietnamien, le boxeur perdit son titre mondial, car il refusa de se rendre sous les drapeaux pour effectuer son service national au sein de l’armée américaine, manière pour lui de protester contre la guerre, il adoptait là une attitude antimilitariste très répandue à l’époque. Le boxeur fut mis en prison et sa licence de boxe lui fut retirée. Par ailleurs, il fut écarté du championnat mondial de boxe ; toutefois, après quatre ans, la cour suprême de justice fit annuler cette décision affirmant dans un nouveau jugement que son refus d’accomplir son service militaire n’était pas un crime, mais que son opposition à la guerre était due à une conscience morale dictée par sa religion, l’Islam.
Muhammad Ali Clay remit les gants en 1970 lors d’un combat, qui l’opposa à Frazier, celui-ci fut considéré comme le combat du siècle, car aucun des deux combattants n’avaient encore jamais été vaincus, cet affrontement se composa de trois combats distincts, et deux de ces derniers furent remportés par Muhammad Ali. En 1974, Muhammad Ali vainquit le boxeur puissant George Forman, ce qui lui permit de redevenir le roi de la boxe anglaise aux Etats-Unis et dans le reste du monde.
Signalons pour finir que durant sa carrière de boxeur professionnel Muhammad Ali connut 56 victoires dont 37 avant la limite.

La conversion à l’Islam :

Cassius Clay rendit publique sa conversion à l’Islam en 1975, il choisit comme nom musulman « Muhammad Ali ». Ce dernier a eu neuf enfants : Maryam, Rachida, Djamila, Hana, Layla, Khalila, Miya, Muhammad Junior et As’ad.
Le chercheur Zâhid Boukhârî, qui travaille au sein du Centre du dialogue islamo-chrétien de l’Université de Georgetown, a dit la chose suivante : « Si on demande aux musulmans n’importe où dans le monde de donner les noms de leurs cinq personnalités musulmanes préférées ayant vécu au XXe siècle, je suis certain que parmi ces cinq on trouvera systématiquement deux noms : Muhammad Ali et Malcolm X. Il se trouve étonnement que c’est ce même Malcolm X qui fit découvrir à Muhammad Ali la Nation of Islam, de même qu’il le fit aimer l’Islam qui était une religion encore peu répandue aux Etats-Unis. Toutefois, les relations de Muhammad Ali Clay avec la Nation of Islam ne durèrent pas bien longtemps, car le boxeur s’opposait à de nombreuses idées portées par ce groupe sectaire, mais, malgré cette rupture, il continua à accomplir ses œuvres de bienfaisance et son appel à l’Islam dans le but d’essayer de corriger la mauvaise image de l’Islam et des musulmans qui était ancrée dans l’esprit des Occidentaux.
Enfin, il est à noter que Muhammad Ali Clay reconnut qu’il commença à sentir une forme de spiritualité l’habiter pour la première fois dans sa vie le jour où il pénétra dans la mosquée de Miami.

La personnalité et les idées de Muhammad Ali Clay :

Dans l’une de ses conférences de presse, voici ce que dit Muhammad Ali Clay sur lui-même : « J’étais un enfant solitaire, je n’ai commis aucun délit dans ma vie, je n’ai jamais fait de prison, je ne suis jamais passé devant un tribunal, je n’ai jamais appartenu à un groupe extrémiste, je n’ai jamais prêté aucune attention aux femmes blanches qui ont voulu me séduire, je ne me suis jamais imposé aux gens qui ne voulaient pas de moi, j’aime des gens de race blanche et ceux de race noire, et je suis persuadé qu’ils peuvent vivre ensemble sans nécessairement devoir rentrer en conflit les uns contre les autres ».

La maladie de Muhammad Ali :

Probablement en conséquence des nombreux chocs que Muhammad Ali subit durant sa longue carrière de boxeur professionnel, il fut atteint de la maladie de Parkinson. Malgré tout, il reste un symbole du sport mondial aimé dans le monde entier jusqu’à aujourd’hui. Il est important de dire qu’il fait montre d’une extrême patience face à cette maladie très dure, c’est ainsi qu’il aime à répéter qu’Allah lui a donné cette épreuve afin de lui montrer qu’il n’est pas le plus grand, mais que c’est Allah le plus Grand.

Les contributions de Muhammad Ali Clay :

En 2005, Muhammad Ali a fondé un centre dans son lieu de naissance, Louisville, ce dernier porte évidemment le nom du boxeur, on y trouve notamment certains de ses effets personnels qui rappellent sa grande carrière. Par ailleurs, ce centre, en tant qu’organisation à but non-lucratif, travaille à la diffusion de l’Islam, tente d’instaurer plus de justice sociale, vient en aide aux nécessiteux et promeut les valeurs nobles auxquelles croit Muhammad Ali. Le jour de l’inauguration de ce centre de nombreux admirateurs du boxeur venus du monde en entier étaient présents, parmi eux il y avait notamment l’ancien président américain Bill Clinton.
Le Centre Muhammad Ali contient une section consacrée à l’éducation dont le principal but est de pousser les jeunes à se surpasser, et à ce propos, alors qu’il expliquait le pourquoi de la création du centre, voici ce que dit Muhammad Ali : « Je voulais un endroit où les gens sont poussés à donner le meilleur d’eux-mêmes, et ce, dans le domaine vers lequel ils tendent » ; puis, il ajouta : « Mes soutiens ont voulu faire une sorte de musée mettant en valeur ma carrière, mais moi j’ai voulu faire plus qu’un simple lieu qui ne ferait que rassembler mes vieux souvenirs ; en fait, tout au long de ma vie j’ai toujours tenté de dépasser mes limites, je ne suis qu’un type normal qui a travaillé dur pour développer un talent qu’Allah m’avait donné ». Ce centre coûta donc 75 millions de dollars et on y dressa les drapeaux des 141 Etats qui participèrent à sa fondation.
Depuis que Muhammad Ali a commencé à accomplir ses œuvres de bienfaisances, il a voyagé dans de nombreux pays afin d’apporter une aide médicale aux enfants et aux déshérités. Mais son action n’est pas seulement orientée vers l’extérieur ; en effet, le centre dépense beaucoup d’énergie afin d’aider les nécessiteux se trouvant aux Etats-Unis, et notamment ceux de la communauté noire, laquelle l’aime et le respecte tout particulièrement.
Signalons que l’épouse de Muhammad Ali a déclaré que ce centre, qui porte son nom et qui a été fondé dans la ville où il a vu le jour, constitue pour lui la réalisation de son plus grand rêve, puis elle ajouta : « Nous avons senti là que la boucle était bouclée ».
 

Articles en relation