Qutayba ibn Muslim

Qutayba ibn Muslim
4594 1278

Nous allons parler dans ce présent article de Qutayba ibn Muslim ibn ‘Amrû Hasîn ibn al-Amîr al-Bâhilî, il s’agit de l’un des plus grands chefs armés musulmans de l’histoire de notre civilisation. Il fut à la tête des contingents et armées qui conquirent les contrées qu’on appelle aujourd’hui les « républiques islamiques » qui se séparèrent de l’ex-Union soviétique. Qutayba ibn Muslim et ses troupes pénétrèrent ces régions jusqu’aux frontières de la Chine ; nombreux furent les pays que les musulmans prirent et qui adoptèrent l’Islam comme religion. Qutayba ibn Muslim mourut en 96 de l’Hégire à l’âge de 48 ans.

La jeunesse et l’éducation de Qutayba ibn Muslim :

Son père, Muslim ibn ‘Amrû, faisait partie de l’entourage de Mus’ab ibn al-Zubayr qui gouvernait l’Iraq au nom de son frère ‘Abdallah ibn al-Zubayr, il combattit à ses côtés contre ‘Abd al-Malik ibn Marwân en 72 de l’Hégire (692). Qutayba ibn Muslim naquit au sein d’une famille de chefs et de commandants militaires en 49 de l’Hégire (669) en Iraq. Durant son enfance il étudia les sciences islamiques, le fiqh et le Noble Coran, puis il s’initia à l’équitation et aux divers arts de la guerre, et à ce propos on peut même dire que Qutayba ibn Muslim grandit sur le dos d’un cheval avec dans ses mains une épée et une lance tellement il aimait les arts équestres et guerriers. Notons qu’à cette époque l’Iraq était célèbre pour ses guerres et révoltes nombreuses et incessantes, c’est pourquoi tous les gouverneurs de l’Iraq travaillèrent à détourner les populations de ce pays des rapines et autres guerres intestines afin d’utiliser leur énergie foisonnante et leur esprit de révolte au service de l’Islam et de la propagation de son message. De ce fait, la terre d’Iraq devint très tôt une base de départ pour les expéditions guerrières dirigées vers le front est de l’Etat islamique. Ainsi, Qutayba ibn Muslim participa depuis son plus jeune âge à diverses expéditions de ce type, durant ces dernières il fit montre d’une immense bravoure et d’un don particulier pour le commandement, il attirait l’attention et notamment celle du grand chef de guerre al-Mahlab ibn Abî Safra, ce dernier avait le don de reconnaître les braves authentiques et les hommes les plus valeureux. C’est ainsi qu’al-Mahlab décela chez Qutayba ibn Muslim qu’il deviendrait l’un des plus grands champions de l’Islam et par conséquent il le recommanda auprès du fameux gouverneur de l’Iraq al-Hadjâdj ibn Yûsuf al-Thaqafî, lequel aimait tout particulièrement les grands combattants et les hommes courageux ; ainsi, al-Hadjâdj confia certaines missions à Qutayba ibn Muslim afin de l’éprouver et de vérifier dans les faits l’authenticité des affirmations d’al-Mahlab quant aux qualités exceptionnelles de celui-ci. Puis al-Hadjâdj ibn Yûsuf al-Thaqafî le mit à la tête de la ville de Rayy (Iran) et il le fit également gouverneur de la province du Khorasan, cette région était à ce moment l’un des objectifs de l’Iraq, elle était donc alors sous la domination d’al-Hadjâdj. Pour cette mission, Qutayba ibn Muslim ne se prépara à rien d’autre qu’au djihad, et, en effet, une fois arrivé là-bas, en 86 de l’Hégire (705), il dépensa tous ses efforts dans les guerres menées contre les pays se trouvant au-delà du fleuve ; Qutayba ibn Muslim resta dans le Khorasan près de treize ans.
Et l’époque où les premiers musulmans engagèrent le mouvement de conquête islamique vers l’est, il y avait dans ces régions deux sortes d’ethnies : d’une part, celle constituée des tribus sassanides et perses et, d’autre part, celle constituée des tribus turques ; et c’est le fleuve Marghâb qui marquait la frontière entre ces deux ensembles humains distincts. Pour ce qu’il s’agit des tribus perses, nous savons qu’elles se convertirent à l’Islam à l’époque des Califes Bien-guidés ; quant aux tribus turques, elles étaient les plus nombreuses et elles étaient celles qui occupaient le plus grand espace, parmi ces dernières on trouvait : les Turcs ghazis, les Turcs qarâkhtaï, les Turcs caucasiens, les Turcs ouigours, les Turcs bulgares ou encore les Turcs mongols. La conquête de Qutayba ibn Muslim fut une grande cause de la conversion à l’Islam des Turcs se trouvant à l’est du fleuve Marghâb ainsi que de ceux qui vivaient au-delà de ce fleuve.

Les conquêtes de Qutayba ibn Muslim :

Qutayba ibn Muslim commença à entreprendre ses conquêtes en l’an 86 de l’Hégire (705), ce qui correspond au moment, comme nous l’avons vu plus haut, où al-Hadjâdj ibn Yûsuf al-Thaqafî fit de lui le gouverneur de la province du Khorasan, laquelle était une région très vaste et très étendue, il est d’ailleurs notable que les musulmans ne poursuivirent pas leur conquête au-delà de cette dernière. Notons en outre qu’al-Malhab ibn Abî Safra fut gouverneur du Khorasan entre 78 et 86 de l’Hégire, puis al-Hadjâdj considéra qu’il lui fallait envoyer du sang neuf à la tête des troupes postées dans cette contrée, ce dernier estima donc que le commandant le plus apte à mener cette mission n’était autre que Qutayba ibn Muslim.
Ainsi, une fois en poste dans le Khorasan, Qutayba ibn Muslim poursuivit la même stratégie que celle menée par son prédécesseur al-Malhab, laquelle consistait à mener contre l’ennemi des attaques dures et rapides de manière successive et incessante sans lui laisser le temps de se rassembler et de préparer une contre-offensive contre les musulmans. Cependant, même si Qutayba suivait les traces d’al-Malhab, il se distingua de ce dernier par le fait que pour chaque expédition il mettait en place un plan bien précis et fixait des buts de guerre bien définis, puis il envoyait toutes ses forces afin de réaliser ses buts.
Qutayba ibn Muslim passa en revue son armée avant d’entreprendre avec elle la conquête de tout l’est du Khorasan ; lors de cette expédition le jeune chef musulman s’empara donc de diverses cités comme Kawarezm ou Sadjastan, puis il finit par atteindre la ville de Samarkand, il mena contre cette dernière un siège si dur que ses habitants choisirent de se rendre et de payer un lourd tribut aux musulmans. Puis Qutayba, poursuivant sa conquête, se retrouva face à une coalition ennemie composée de Sughds (tribu locale), il mena contre eux un combat très violent jusqu’à avoir raison d’eux. Il poursuivit donc sa route vers la cité de Bikand qui est la dernière cité de la province de Boukhara, une fois encore les Sughds se réunirent pour le combattre, ils réussirent notamment à l’encercler ; cependant, Qutayba avait des espions qui étaient des ennemis retournés qui lui prodiguaient des informations, mais l’ennemi soudoya ces derniers avec de fortes sommes d’argent afin qu’ils trahissent Qutayba, c’est ainsi que ces espions revinrent vers le chef musulman en le décourageant de poursuivre les hostilités, mais celui-ci, comprenant la manœuvre, les fit exécuter. Suite à cela Qutayba ibn Muslim rassembla son armée, il l’harangua et l’appela à poursuivre le combat, ce que firent sans hésiter ses hommes qui se battirent avec une fougue extrême, ils réussirent ainsi à briser le blocus et à se saisir d’un immense butin. Puis Qutayba ibn Muslim se dirigea vers la Chine, il attaqua les villes qui se trouvaient près de sa frontière, il s’en empara et leur imposa le paiement d’un tribut, ensuite toutes les régions se trouvant au-delà du fleuve se soumirent à son autorité, puis, continuant son périple, il arriva aux pieds des marches ouest de la Chine.

La stratégie de Qutayba ibn Muslim lors de ses expéditions :

Qutayba ibn Muslim a mené son action en quatre étapes principales, à chaque étape il a mené à bien la conquête de larges territoires, ce qui à chaque fois a renforcé considérablement la dynastie omeyyade ainsi que les Etats qui lui succédèrent, et ce, pendant très longtemps ; voici donc ces diverses étapes :
La première étape : lors de cette dernière, Qutayba ibn Muslim a mené une expédition contre le Tokharestan qu’il récupéra donc en 86 de l’Hégire ; cette région s’étendait sur une partie de l’Afghanistan et du Pakistan actuels.
La deuxième étape : celle-ci vit l’organisation par Qutayba ibn Muslim d’une grande expédition contre la province du Boukhara (qui est en fait l’Ouzbékistan actuel) entre 87 et 90 de l’Hégire, durant cette dernière la ville-capitale de cette région, Boukhara, ainsi que les villes et villages qui l’entouraient furent pris par les musulmans, cette ville de Boukhara était la ville la plus importante de toutes les villes qui se trouvaient au-delà du fleuve ainsi que la plus peuplée et la mieux fortifiée.
La troisième étape : cette dernière s’étendit de 91 à 93 de l’Hégire et durant celle-ci Qutayba ibn Muslim réussit à répandre et enraciner l’Islam de manière considérable dans toute la vallée du fleuve Djihun ; par ailleurs, le chef musulman fit la conquête de la province du Sadjastan qui se trouve dans l’Iran actuel ainsi que la région du Khawarezm, comme nous l’avons plus haut cette expédition atteignit la ville de Samarkand qui est au cœur de l’Asie et il rattacha cette dernière à l’Etat islamique.
La quatrième étape : cette dernière étape s’étendit de 94 à 96 de l’Hégire, durant celle-ci Qutayba ibn Muslim conquit la région se trouvant en amont du fleuve Djihun avec les diverses cités qui s’y trouvaient, puis il atteignit les territoires de la Chine et y pénétra, chemin faisant il joignit la ville de Kachgar, se situant dans l’extrême-ouest de la Chine, et en fit une base musulmane ; cette ville fut le lieu le plus à l’est de l’empire musulman atteint par l’armée islamique, et aucun musulman à cette époque n’alla plus à l’est au-delà de cette cité de Kachgar.

La mort de Qutayba ibn Muslim :

Qutayba ibn Muslim s’est battu durant treize ans sans jamais poser les armes, ce brave guerrier musulman était l’un des grands commandants servant al-Hadjâdj ibn Yûsuf al-Thaqafî et il connaissait parfaitement le haut degré de haine que Sulaymân ibn ‘Abd al-Malik portait à al-Hadjâdj ; ainsi, lorsque Sulaymân ibn ‘Abd al-Malik devint calife, Qutayba craignit que ce dernier se venge, car il avait soutenu al-Walîd ibn ‘Abd al-Malik quand il voulut arracher le pouvoir à son frère Sulaymân et le confier à son fils. C’est donc pour prévenir la vengeance prévisible de Sulaymân que Qutayba décida de se révolter contre lui, pour ce faire il rassembla un certains nombres de ses combattants ainsi que des membres de sa famille ; toutefois, son entreprise échoua et Qutayba ibn Muslim trouva la mort dans une région appelée Fergana en 96 de l’Hégire (715), il fut tué par un certain Wakî’ ibn Hassân al-Tamîmî. Il a été dit qu’il ne résista pas, mais qu’il fut la victime d’un complot fomenté par certains individus désireux d’accéder au pouvoir.
 

Articles en relation