Les musulmans du Pérou

Les musulmans du Pérou
9659 1926

La République du Pérou se situe sur la côte ouest du continent sud-américain, le Pérou partage sa frontière septentrionale avec l’Equateur et la Colombie, sa frontière méridionale avec le Chili et sa frontière orientale avec la Bolivie.

Le Pérou a une histoire illustre qui remonte à la civilisation des Incas, ses territoires furent pris et colonisés par les Conquistadors espagnols en 1532 qui en furent les maîtres jusqu’en 1824 date à laquelle il se libéra de ce joug grâce au mouvement de libération dirigé par Simon Bolivar et José San Martin. Ainsi, le Pérou fut rattaché à ce qu’on a appelé la Grande Colombie, mais cela ne dura pas longtemps et le Pérou se détacha de cette Union colombienne après son délitement en 1830.

Les historiens ont divergé quant aux dates des premières pénétrations de populations arabes et musulmanes dans les pays d’Amérique latine, parmi lesquels le Pérou. Cependant, il est important de noter qu’il existe des indices prouvant que cette présence est plus ancienne que la plupart des historiens ont pu le penser ; en effet, un ensemble d’indices probants montrent que les musulmans prirent pied dans le Nouveau monde environ quatre siècles avant que le Génois Christophe Colomb, financé par la Couronne d’Espagne, ne le découvre en 1492, c’est ainsi que selon certaines sources les Arabo-musulmans firent la découverte du Nouveau monde au début du XIIe siècle, et plus exactement entre 1100 et 1150, alors que le mouvement d’exploration géographique des mers et zones se trouvant à l’ouest de l’Europe commença en 1490.
Et parmi les témoignages les plus évidents de la présence musulmane ancienne au Pérou il y a le style architectural typiquement andalou qui est caractéristique des habitations de la capitale péruvienne Lima, cela est tellement vrai que celui qui s’y promène a l’impression troublante d’évoluer dans les rues de Cordoue ou de Séville.
Il est notable que les musulmans ont posé au Pérou les fondements de leur civilisation, on peut donc y voir clairement leur influence dans les styles de construction, dans les arts architecturaux, dans l’organisation sociale ou bien même dans la manière de s’habiller et les habitudes alimentaires. Puis la présence islamique s’est encore accrue et enracinée lors des vagues d’immigrations d’Arabes et de musulmans vers le Pérou qui faisaient suite à l’effondrement de l’empire ottoman au début du XXe siècle, puis la présence de ces populations doubla encore au moment de la création de l’Etat scélérat d’Israël en 1948 qui aboutit à l’exil forcé de nombreux Palestiniens, c’est ainsi que des musulmans arabes se concentrèrent en grand nombre dans la capitale péruvienne Lima.

Malgré l’ancienneté de leur présence au Pérou, les musulmans sont exposés au danger des assauts de l’évangélisation qui n’a jamais cessé ses tentatives de destruction de l’identité islamique des musulmans du Pérou. Certaines statistiques confirment que par an plus de mille musulmans au Pérou délaissent l’Islam pour embrasser le christianisme, et ce, du fait de l’activisme incessant des évangélistes qui les visent tout particulièrement. Ce succès de l’évangélisation des musulmans péruviens vient notamment du fait qu’il n’y a dans ce pays que peu de mosquées, d’écoles confessionnelles, de prédicateurs musulmans ou encore d’associations islamiques, lesquelles institutions sont les seules à pouvoir trouver des solutions aux problèmes sociaux et religieux rencontrés par ces populations. L’un des signes de la faiblesse des musulmans du Pérou est que ces derniers entèrent leurs morts dans des cimetières chrétiens étant donné qu’ils ne possèdent pas leurs propres lieux d’inhumation, ce problème montre de manière évidente l’ampleur des défis auxquels les musulmans doivent faire face ainsi que la réalité des dangers auxquels ils sont exposés (les vivants et les morts).
A cette difficulté il faut ajouter l’absence criante de prédicateurs arabes et musulmans parlant la langue espagnole et étant donc capables de communiquer avec les musulmans du Pérou afin de renforcer leur foi et leurs connaissances islamiques. Ainsi, il est honteux que les Etats arabes et musulmans ou bien les organisations islamiques ne prêtent pas plus attention au sort des musulmans péruviens et n’en fassent pas plus pour les défendre.
Malgré tous ces obstacles, il y a dans la réalité des musulmans du Pérou un point positif ; en effet, bien que la plupart de ces derniers vivent dans la capitale Lima et qu’ils soient peu nombreux, force est de constater que leur influence est supérieure à la taille de leur communauté, c’est ainsi qu’ils entretiennent en général de bonnes relations avec la plupart des représentants diplomatiques des Etats arabes et étrangers, de même qu’ils jouent un rôle non négligeable au sein des partis politiques et des diverses institutions du pays, de plus ils entretiennent des liens d’amitié avec toutes les autres communautés religieuses présentes au Pérou. C’est donc notamment pour ces diverses raisons que les autorités péruviennes leur ont permis d’avoir leurs propres émissions quotidiennes en langue arabe diffusée sur la radio de Lima dans le but de mieux faire connaître l’Islam aux populations arabes. Par ailleurs, il faut savoir que là-bas les médias diffusent de temps en temps des programmes télévisuels sur l’Islam et les musulmans, et notamment durant les événements religieux importants comme le mois du Ramadan ou les deux grandes fêtes musulmanes.
Notons enfin que les musulmans du Pérou jouissent d’une situation économique excellente, c’est ainsi que la plupart d’entre eux possèdent des magasins et les autres ont des investissements dans des projets industriels et commerciaux de grande envergure, notamment dans les secteurs du filage, du textile ou encore du tourisme. A titre d’exemple, il n’est pas inutile de rappeler que les musulmans péruviens d’origine pakistanaise sont très actifs dans le commerce des voitures d’occasion dans la ville de Tacana au sud du pays, par conséquent la plupart d’entre eux se sont installés dans cette ville et ont tout fait pour avoir une mosquée qui porte le nom de « la Porte de l’Islam », nom qui semble convenir à ce lieu de culte, car il semblerait que ses fondateurs font tout ce qu’ils peuvent pour en faire un endroit de prédication de l’Islam et de diffusion de la culture islamique.

Articles en relation