Ce qu’il y a de magnifique dans la législation islamique du legs pieux

Ce qu’il y a de magnifique dans la législation islamique du legs pieux
8553 1777

 

La législation est l’une des composantes essentielles de la société, chaque société doit mettre en place des lois qui organisent les relations en son sein, punissent ceux qui sortent de leurs limites, et ce, que ces lois soient d’origine céleste ou bien terrestre. Il faut bien comprendre que les consciences individuelles et les recherches d’intérêts privés ne peuvent suffire pour organiser un fonctionnement viable de l’ensemble des individus, garantir la paix dans la société, préserver cette société matériellement et moralement ou encore instaurer la justice entre les individus, c’est donc pour cette raison qu’Allah, exalté soit-Il, a descendu des livres organisant la vie des êtres dans la vérité, et à ce propos Allah, exalté soit-Il, dit dans Son Livre : « Nous avons effectivement envoyé Nos messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre sur eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice » (Coran 57/25) ; par ailleurs, Allah, exalté soit-Il, a descendu Son Livre éternels afin de juger entre les gens, et non pour le lire sur les morts ou en accrocher les versets aux murs, c’est ainsi qu’Allah, exalté soit-Il, dit : «Nous avons fait descendre vers toi le Livre avec la vérité, pour que tu juges entre les gens, selon ce qu’Allah t’a appris » (Coran 4/105).
Ainsi, la législation en Islam est divine et complète, car en effet elle organise les relations entre l’homme et son Seigneur, entre l’homme et sa famille, entre l’homme et la société dans laquelle il vit, entre le dirigeant et ceux qu’il dirige, entre les riches et les pauvres, entre les propriétaires et les locataires ou entre les Etats musulmans et les autres Etats en matière de paix et de guerre. En outre, notre législation est à la fois civile, administrative, constitutionnelle, étatique et bien sûr religieuse, c’est pour cela que le droit musulman englobe les pratiques cultuelles, les relations commerciales, le mariage, l’héritage, les jugements et les procès, les sanctions pénales, la guerre, les traités de paix ou bien le licite et l’illicite, en somme la législation musulmane organise la vie de l’homme, de la manière dont il doit se comporter aux toilettes jusqu’à l’organisation des plus hautes instances politiques de la Oumma.
Le legs pieux ou Waqf est une partie de cette législation divine globalisante et sage, laquelle fut mise en place par le Prophète () et que suivirent après lui tous les dirigeants suivant la bonne voie de l’époque des Compagnons, qu’Allah les agrée, et des Tâbi’ûn jusqu’à nos jours. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de regarder le Waqf avec un autre regard, en l’occurrence un regard qui le dépoussiérerait de la poussière qui s’est accumulée sur lui depuis trop longtemps, un regard qui rappellerait aux musulmans qu’il existe un projet de civilisation progressiste essentiel s’incarnant dans la revivification du Waqf, et ce, après qu’il eut disparu de nombreux pays musulmans. Il est important de préciser que cette revivification du Waqf ne concerne pas un groupe social plutôt qu’un autre, cette mission est globale et doit revêtir l’importance d’une cause nationale dans nos pays, en fait nous pouvons même affirmer que le Waqf est le meilleur remède pour venir à bout des maladies, du chômage et de la pauvreté ainsi qu’il est la solution si on veut favoriser la mise en place de projets de développement, d’intérêt public et sociaux.

Les buts du Waqf sont magnifiques :

Qui que soient les donneurs du Waqf, ils recherchent tous par ce moyen la récompense et la gratification d’Allah, exalté soit-Il, tout en veillant à ce que ces legs pieux répondent aux besoins concrets de la société dans laquelle ils vivent. C’est pour cette raison que la mise en place du Waqf revêt une importance capitale se déclinant en plusieurs niveaux dont voici les plus importants :

1- L’importance religieuse : celle-ci réside dans le désir de l’homme de vouloir obtenir des récompenses et des gratifications et dans le fait que celui-ci souhaite que son travail soit la cause du pardon de ses péchés et de son élévation auprès de son Seigneur, c’est pour cette raison que les fuqahas ont posé comme condition pour la constitution d’un Waqf que celui-ci soit consacré à la piété et aux bonnes actions, c’est ainsi que certains d’entre eux dirent que « le Waqf devrait être fait avec l’intention de profiter aux serviteurs d’Allah, si tel est le cas, alors la propriété de l’auteur du Waqf le quitte et va directement à Allah ».

2- L’importance familiale : lorsque quelqu’un laisse des logements, des terres ou son argent en Waqf à ses enfants, il leur garantit un avenir et les met à l’abri du besoin qui pourrait les frapper dans le futur.

3- L’importance liée à l’apprentissage et au savoir : une école mise en Waqf permet la diffusion du savoir, ce qui permet notamment d’éviter que les diverses connaissances se perdent, connaissances qui peuvent être aussi bien religieuses que profanes, il est évident en l’occurrence que la Oumma a besoin de se nourrir de ces deux formes essentielles du savoir.

4- L’importance sociale : celle-ci s’incarne entre autres dans l’aide donnée aux pauvres, aux nécessiteux, aux orphelins, aux veuves ou encore aux indigents, le Waqf soigne les maux qui frappent les catégories les plus faibles socialement et économiquement de la société.

5- L’importance médicale et sanitaire : c’est-à-dire que le Waqf peut servir à la fondation d’hôpitaux soulageant les malades dans le besoin et qui ont des difficultés à trouver les moyens pécuniaires de se soigner, ainsi le Waqf est pour eux une cause de bien-être et de joie.

La beauté du Waqf charitable :

L’écrasante majorité des legs pieux islamiques dans nos pays est consacrée aux œuvres charitables et au soutien matériel aux familles. Ce Waqf n’est pas destiné en particulier à des connaissances ou des proches de celui qui le donne, il est donc l’expression la plus pure de la haute morale des auteurs de Waqf musulmans et même de toute la société musulmane, la fondation de ce type de legs pieux exprime parfaitement la solidarité que ressentent ses auteurs avec la totalité des membres de la société dans laquelle ils vivent ; il faut bien comprendre que la législation islamique n’a jamais obligé les musulmans à pratiquer ce Waqf charitable, mais ce sont les gens de biens, les riches généreux et ceux qui recherchant le Paradis dans notre communauté qui se l’imposent à eux-mêmes.
Les fuqahas ont bien expliqué que le Waqf charitable ne vise pas quelqu’un en particulier, mais qu’il est avant tout un don non intéressé visant à faire un acte de piété qui perdure ; ainsi, ce Waqf charitable est un Waqf d’intérêt général dont peut profiter n’importe quel pauvre ou nécessiteux, c’est bien là l’objectif principal de l’auteur du Waqf, et ce, même si celui-ci ne le dit pas ouvertement.
Il est notable que le Waqf charitable est en lien direct avec ce que la Charia instaure comme règles, de même qu’il vise clairement à régler des problèmes où qu’ils soient. Et d’ailleurs la priorité du Waqf est de subvenir aux besoins primordiaux sans lesquels un individu ne peut vivre, et le premier et le plus important de ces besoins est la préservation de la religion, c’est donc pour cela que le Waqf consacré aux mosquées s’est beaucoup développé dans le monde musulman, on voit notamment les princes, les ministres, les hommes d’affaires et autres personnalités aisées faire la course à la construction de mosquées dans les villes et villages du monde musulman, ceux-ci dépensent dans cette voie des sommes colossales pour la construction, la réfection et l’entretien de ces mosquées ainsi que pour les salaires de leurs imams et de ceux qui en prennent soin.
Notons en sus que les fuqahas ont consacré de nombreux livres de droit traitant du Waqf des mosquées et instaurant des règles dans le but de préserver cette pratique ; par ailleurs, ils ont étudié la manière d’éviter que ce type de Waqf soit l’objet de pratiques douteuses, à titre d’exemple il faut savoir que les quatre grandes écoles juridiques de l’Islam se sont mises d’accord sur le fait que la mosquée ne pouvait être une partie indivisible, c’est-à-dire qu’une mosquée ne peut pas être autre chose en même temps qu’un lieu de culte, ainsi l’Iqâma de la prière doit concerner toutes les parties de la mosquée. De même que le Waqf de la mosquée ne s’arrête pas au moment où celle-ci est confiée à son gérant, car en effet celui qui a construit une mosquée, en a fait don, a abandonné la propriété, a permis aux gens de prier dedans et où une seule personne a fait la prière perd tout droit de propriété sur ce lieu, c’est là le seul moyen pour lui d’avoir agi réellement pour Allah, exalté soit-Il.
Il faut préciser qu’il existe des fuqahas spécialistes de la propriété qui autorisent la vente du Waqf dans le but d’agrandir la mosquée, ces derniers justifient cela par l’intérêt religieux selon lequel l’agrandissement de la mosquée est préférable aux avantages donnés par le Waqf et est plus profitable que ces derniers, car l’objectif final est la préservation de la religion et le service de l’intérêt général des musulmans. C’est ainsi que ces fuqahas affirmèrent la chose suivante : « La mosquée est plus utile que le Waqf, son but est d’ailleurs très proche de celui du Waqf », et le but de l’auteur d’un Waqf n’est-il pas la recherche de la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il, par les moyens les plus utiles ?
En outre, on peut considérer que la création d’un Waqf par certains musulmans servant à la fondation de petites zawiyas consacrées à la pratique de la retraite spirituelle (I’tikâf) pour de longues périodes fait partie de la mission de préservation de la religion par les mosquées.
Enfin, il nous faut rappeler que le Waqf scolaire est l’une des belles actions du Waqf charitable, c’est ainsi que grâce à ce processus on trouve des écoles dans lesquelles sont enseignées les sciences du Coran, toutes les autres sciences islamiques ainsi que les sciences profanes comme la médecine, les mathématiques, l’astronomie, la géographie, etc. Il existe également d’autres sortes de Waqfs charitables comme les hôpitaux, les routes, les hôtels, etc.
En conclusion, nous pouvons affirmer que le Waqf charitable est capable de répondre à tous les besoins, et d’ailleurs nous verrons – in châ Allah – dans des articles à venir tout ce que le Waqf charitable a réalisé dans notre civilisation islamique en termes de développement et de progrès.

Râghib al-Sardjânî, Islamstory (traduction islamweb) 
 

Articles en relation