La problématique du désir (un dialogue père-fils) – II

La problématique du désir (un dialogue père-fils) – II
1557 48

 La problématique du désir (un dialogue père-fils) – II

 

 

Le fils : Quelles sont les plus dangereuses de ces tentations ?

 

 

Le père : Au sommet de ces tentations, il y a le fait de regarder une femme, avec imprudence, telle un objet de désir sexuel. Cela sert de stimulus qui peut conduire à une réponse illicite. En outre, c’est le premier pas vers les grands péchés. Allah nous met en garde contre un tel regard interdit.

 

 

Il, le Tout-Puissant, dit (selon la traduction du sens du verset) :

 

 

« Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté.         C’est plus pur pour eux. En effet, Allah est Parfaitement Connaisseur de ce        qu’ils font. » (Coran 24/30)


En raison de ces conséquences dangereuses, le Prophète, , a mis en garde ses compagnons contre le fait de regarder les choses interdites. Il, , a dit : « Abstenez-vous de vous assoir sur les trottoirs. » Les compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, ont répondu : « Ô Messager d’Allah ! Nous n’avons pas d’autre alternative. Il n’y a pas d’autre endroit où nous pouvons nous assoir et discuter. » Il, , a répondu :

 

 

« Si tel est le cas, observez alors vos responsabilités envers [les gens qui    circulent dans] la rue. » 

 

 

Les compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, l’ont alors questionné, à propos de leurs devoirs envers les gens [qui circulent] dans la rue. Il, , a dit :

 

 

« Baissez le regard, enlevez les obstacles dans la rue, répondez aux                                salutations, commandez le convenable et interdisez le blâmable. »

 

 

Le fils : Je déduis de cela qu’un musulman doit toujours être sur ses gardes et se tenir loin des endroits où il pourrait regarder des choses interdites. Est-ce correct ?

 

 

Le père : Oui, mon fils, dans le Hadith (narration) précédent, le Prophète, , leur a ordonné, non seulement, d’éviter de regarder les choses interdites, mais aussi d’éviter de s’assoir sur les trottoirs. Le Prophète, , a dit cela, bien que les rues de Médine étaient différentes des rues d’aujourd’hui. De nos jours, les rues sont pleines de femmes non voilées, qui ont tendance à afficher leurs charmes. Les femmes de l’époque étaient voilées et montraient des signes de modestie : lorsqu’elles n’étaient pas accompagnées de leurs Mahram (membre de la famille avec qui l’islam interdit de se marier), elles marchaient en se collant aus murs tellement elles étaient pudiques.

 

 

Le fils : Pourquoi le fait de regarder une femme est si dangereux ?

 

 

Le père : C’est parce que cela est souvent suivi par de graves conséquences. Lorsqu’un homme regarde une femme, il l’imagine comme un objet de désir sexuel. L’image se développe dans son esprit. Ensuite, Satan embellit cette image et la ramène dans son esprit en y ajoutant toutes sortes de scènes désirables. Lorsque cela se répète, cela se transforme en une obsession et celui-ci peut être hanté par de telles images dans ses prières.

 

 

Quand quelqu’un est obsédé par une certaine idée, il y a toujours la possibilité que celle-ci se réalise, éventuellement, par des actes concrets. Le tout commence par une intention, l’intention se transforme en une détermination qui, à son tour, est suivie de manigances vicieuses conduisant à l’adultère. Si cela n’est pas l’issue, cette pensée peut conduire, éventuellement, à la masturbation, laquelle est [également] interdite.

 

 

Le fils : Papa, j’ai une question importante au sujet de la masturbation, mais je vais la remettre à plus tard. Pour l’instant, j’ai une autre question importante au sujet du fait de regarder les femmes. Que dis-tu à ces jeunes gens qui regardent des actrices dans les films ou des photos de femmes dans les magazines ou sur Internet ? Leur excuse est qu’il n’y a pas de mal à tout cela, étant donné qu’ils ne regardent pas le vrai corps d’une femme, mais plutôt une image d’une femme.

 

 

Le père : Ceci est la même chose que de regarder des femmes en personne : il n’y a pas de différence, puisque les deux actions conduiront au même résultat.

 

 

Le fils : Qu’en est-il si toute l’affaire se limite à une simple pensée, je veux dire, si aucune action n’est entreprise ? Peux-tu dire quelque chose comme « c’est la pensée qui compte » ?

 

 

Le père : L’un des attributs d’Allah est ‘Le Miséricordieux’. En conséquence, Il, le Tout-Puissant, ne punit pas Ses serviteurs, sauf pour les péchés qu’ils commettent effectivement. Il a été rapporté que le Prophète, , a dit :

« Allah pardonne à mes adeptes les mauvaises actions que leurs âmes        peuvent leur suggérer, tant et aussi longtemps qu’ils n’agissent pas en             conformité avec celles-ci. »

 

 

Ceci dit, penser à des femmes, de manière persistante, peut conduire à l’acte illicite d’adultère. Je te conseillerais, ainsi qu’à chaque jeune homme, de vous occuper à des choses qui vous bénéficieront, dans ce monde et dans l’Au-delà. Sois prudent lorsque ces pensées traversent ton esprit : essaye de les arrêter tout de suite et de les remplacer par de meilleures pensées.

 

 

Le fils : Papa, comment puis-je mettre un frein à mes désirs ?

 

 

Le père : La meilleure chose à faire est d’entretenir une foi forte en Allah. C’est l’arme la plus efficace contre les désirs. Je te dis cela parce qu’il a été rapporté que le Prophète, , a dit que le moment viendra où la foi deviendrait quelque chose de cher et de rare à trouver. Mu’âth, qu’Allah soit satisfait de lui, avait l’habitude d’appeler un de ses amis et de lui dire : « Asseyons-nous et passons un peu de temps à augmenter notre foi ! »

 

 

Le fils : Papa ! Quelles sont quelques-unes des choses que l’on peut faire pour augmenter sa foi ?

 

 

Le père : La foi augmente avec la soumission à Allah. Les bonnes actions, comme la lecture du noble Coran et la réflection sur ses significations. L’évocation d’Allah et la contemplation de Sa Création augmentent également la foi.

 

 

Ensuite, tu dois craindre Allah de la manière la plus appropriée, et observer tes devoirs envers Lui, où que tu sois. C’est parce qu’un vrai croyant doit savoir qu’Allah englobe tout [de Son savoir] et que rien ne Lui est caché. Pas même un atome n’échappe à Sa connaissance.

 

 

Allah dit dans le noble Coran (selon la traduction du sens du verset) :

 

 

« C’est Lui qui détient les clefs de l’Invisible. Nul autre que Lui ne les                              connait. Et Il connait ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et             pas une feuille ne tombe sans qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les          ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un          livre explicite. » (Coran 6/59)

 

 

Allah dit aussi (selon la traduction du sens du verset) :

 

 

« Allah sait ce que porte chaque femelle, et de combien la période de           gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Toute chose a,                        auprès de Lui, sa mesure. Il est le Connaisseur de ce qui est caché et de ce             qui est apparent. Il est le Grand, Le Sublime. »  (Coran 13/8-9)

Allah sait celui qui commet des actes illicites, en plein jour, et qui les commet derrière des portes closes. Si un croyant est bien conscient de ce fait, il craindra Allah. Te rappelles-tu du Hadith dans lequel le Prophète, , a nommé les types de croyants qui seront sous l’ombre du Trône d’Allah, le jour du jugement ? L’un d’eux est un homme qui a été séduit par une belle femme, mais à qui il a répondu : « Je crains Allah. »

 

 

À suivre pour la conclusion…

Articles en relation