Conseils aux femmes concernant le mariage - I

Conseils aux femmes concernant le mariage - I
  • Date de publication:08/06/2021
  • Catégories:La femme
  • Fréquence:
1038 120

 

Conseils aux femmes concernant le mariage - I

Abu Hurayra, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :

« Si un homme dont vous approuvez l'engagement religieux et la conduite morale demande votre fille en mariage, mariez-la avec lui. Sinon, les épreuves prédomineront et une grande corruption se répandra sur Terre. » (Al-Tirmithi et Ibn Mâjah)

 

 

Imam al-Sindi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a commenté cette narration en disant :         

« L'engagement religieux d'une personne garantit le respect de ses obligations et sa bonne conduite morale garantit son bon traitement d’autrui. »

 

 

La propagation de la corruption et du mal est le résultat naturel du refus de certaines personnes de marier leurs filles à des hommes dont la pratique religieuse et la morale sont bonnes, préférant au lieu de cela retarder le mariage de celles-ci afin de les marier à ceux qui sont plus riches ou qui ont une lignée plus honorable. Il en résulte que de nombreux jeunes hommes et femmes restent célibataires, ce qui entraine une augmentation de la prévalence de la fornication et de l'immoralité et la disparition de la chasteté.

 

 

L’imam al-Tîbi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« Cette narration étaye l’avis religieux de l'imâm Mâlik par rapport à celui des autres [imams] selon lequel il (c'est-à-dire Mâlik) a déclaré que la compétence pour le mariage ne devrait être basée que sur l'engagement religieux et la bonne conduite morale. »

 

 

Certains oulémas ont affirmé que le rejet répété des prétendants de la part du Walî (tuteur matrimonial) d’une fille sans raison islamique légitime peut annuler sa tutelle sur elle.

 

 

Aussi, certaines femmes ont posé des conditions impossibles à remplir pour les futurs maris, comme celle d’exiger qu’il ait mémorisé tout le Coran en plus des compilations de hadiths de Boukhari, de Mouslim et de d’autres. Qui plus est, certaines d'entre elles peuvent aller jusqu'à exiger un homme dont le caractère est semblable à celui de l'imâm Boukhari, qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

 

C'est totalement incorrect. Tout ce qu'un homme doit remplir, ce sont les deux conditions fixées dans la narration susmentionnée, à savoir, l'engagement religieux et un caractère moral élevé.

 

 

Comment marier les hommes pieux et les femmes pieuses ?

 

 

Les hommes et les femmes pieux (ses) de la communauté doivent jouer un rôle important à cet égard. Par exemple, les femmes peuvent devenir un contact pour les femmes et les maris pour les hommes. Les jeunes femmes ne doivent pas renoncer à la condition de la religiosité en prétextant qu'elles vont s’efforcer de le changer et de le transformer en un homme pieux après le mariage. [Elles ne doivent pas accepter un homme] à moins qu’il soit connu pour adhérer, en général, à ses obligations religieuses, qu’il ait une bonne moralité et qu’il évite les péchés. Dans un tel cas, il peut être un candidat à considérer.

 

 

La position des gens lorsqu'on les interroge sur le prétendant 

 

 

Interrogés au sujet d’un homme qui se propose à leur fille, certains donnent des réponses générales et évitent d'être précis. Ils disent des choses comme : « C'est un homme bien », « C'est une personne gentille », « Son père est un homme bon et son grand-père était religieux », « On attend beaucoup de lui et il est charmant », « Il est poli et riche », etc. C'est après le mariage que la triste réalité fait surface et que la jeune femme le connait pour ce qu'il est vraiment, seulement après qu'il soit trop tard.

 

 

Les gens cachent les fautes du prétendant lorsqu'on les questionne parce qu’ils ont peur de lui ou de ce qu'il peut faire s'il le découvre, ou parce qu'ils pensent que d’agir autrement est de la médisance. Mais le Prophète () a dit à Fâtima bint Qays, , lorsqu'elle l’a interrogé à propos de deux Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, qui l’avaient demandée en mariage :

 

 

« Abu Jahm est un homme qui ne baisse jamais son bâton (c'est-à-dire qu'il bat ses femmes), quant à Abu Sufyân, il est extrêmement pauvre et ne possède aucune richesse. » 

 

 

Elle a dit : « Je n'aime ni l'un ni l'autre. »

 

 

Le Prophète () a dit : « Épouse Usâma ibn Zayd ». Elle l'a donc épousé, et Allah a béni leur mariage, lui accordant une vie joyeuse.

 

 

Celui qui est interrogé doit dire avec précision tout ce qu'il sait du prétendant sans exagérer et craindre Allah à propos de ce qu'il dit. Il doit mentionner ses mérites ainsi que ses défauts. Il ne doit mentionner que ce dont il est certain et agir comme si la jeune femme était sa propre fille ou sa sœur. Il en est ainsi parce que le mariage est un engagement à long terme et non provisoire. Le mariage est une relation qui est censée durer jusqu'à la tombe, à moins qu'il n'y ait une raison valable d'y mettre fin. Cependant, le divorce se produit fréquemment lorsque les gens marient leur fille à une personne qu'ils ne connaissent pas assez bien.

 

 

Le comportement de certaines jeunes femmes qui cherchent à se marier 

 

 

Certaines jeunes femmes s'offrent en cachette en mariage à de jeunes hommes. Ce qui est désastreux, car l'homme peut être un pécheur et certains péchés sont plus néfastes que d'autres. Par exemple, si l'homme utilise la Ribâ (intérêt ou usure), ses richesses et celles de sa famille, la nourriture, les boissons et les vêtements, etc. seront des biens mal acquis. De plus, même un pécheur ne va généralement pas épouser une femme qui s’offre à lui directement. Il peut profiter d’elle pendant un certain temps, mais quand il est sérieux dans sa recherche d'une épouse, il cherchera une femme chaste qui a de bonnes manières. Un homme qui avait un tel ami a été étonné de le voir épouser une jeune femme qui portait le voile islamique. Quand il lui a demandé pourquoi il l'a fait, l'ami a répondu : « Je souhaite épouser une femme dont je serai sûr de ne pas trouver un jour au lit avec un autre homme à mon retour à la maison. »

 

 

C’est ainsi que les hommes perçoivent les jeunes femmes qui leur parlent librement et facilement en privé.

 

 

La jeune femme et sa famille ou son tuteur doivent enquêter sur l’homme qui la demande en mariage afin de découvrir si celui-ci est sincère ou s’il agit d’une certaine manière pour donner l’impression qu’il est un musulman pieux.

 

 

Histoires 

 

 

Ce n’est pas une condition [au mariage] pour l’un ou l’autre d’entre eux d’informer leur partenaire de leurs péchés précédents, surtout s’ils se sont sincèrement repentis et qu’ils ont ensuite adhéré à la piété.

 

 

La vitalité de la transparence 

 

 

Il est très important que l’homme et la femme soient clairs dès le début, l’un avec l’autre, et s’entendent sur tout, avant que le contrat de mariage ne soit finalisé.

 

 

Si la famille ne permet pas au prétendant de voir la fille, alors il devrait, à tout le moins, obtenir une description claire d’elle.

Articles en relation