Sommes-nous de vrais musulmans ? - II

Sommes-nous de vrais musulmans ? - II
357 40

 Sommes-nous de vrais musulmans ? - II

 

Les deux types de musulmans

Parlons maintenant des deux types de musulmans qui sont les ‘musulmans partiels’ et les ‘vrais musulmans’.

Les musulmans partiels

Certains musulmans professent la foi en Allah, le Tout-Puissant, en Son Messager () et déclarent que l’islam est leur religion, mais ensuite, ils confinent cet islam à une partie, seulement, de leur vie. Dans le cadre de cette partie, ils expriment un grand attachement à l’islam et ils accomplissent avec libéralité les rituels d’adoration comme les prières, l’utilisation du chapelet et l’évocation d’Allah, le Tout-Puissant. Ils se montrent très pointilleux quant à la conformité à la piété extérieure dans des domaines tels que la nourriture, les vêtements et autres coutumes sociales et culturelles externes. Ils sont donc pleinement ‘religieux’.

Cependant, au-delà de ces conventions, leur vie n’est pas conforme à ce qu’Allah, le Tout-Puissant, a ordonné. S’ils aiment, ils aiment pour eux-mêmes, leur pays, leur nation ou pour toute autre chose, mais pas pour Allah, le Tout-Puissant. S’ils deviennent mécontents, en colère, détestent quelqu’un, se font des ennemis ou font la guerre, c’est aussi pour le bien d’un intérêt mondain ou égoïste. Leurs relations avec leurs entreprises, leurs épouses et leurs enfants, leurs familles, leurs sociétés ne seront pas affectées, dans une large mesure, par l’islam. Elles sont plutôt fondées sur des considérations laïques. Que ce soit en tant que propriétaires, commerçants, dirigeants, soldats ou professionnels, dans tous les domaines, ils se comporteront comme s’ils étaient autonomes, n’ayant aucun lien avec leur position en tant que musulmans. Lorsque ces personnes établissent des normes et des institutions culturelles, éducatives et politiques, celles-ci n’ont rien à voir avec l’islam, même si elles peuvent sembler islamiques.

 

Les vrais musulmans

Le deuxième type de musulmans est composé de ceux qui fusionnent complètement leurs personnalités et leurs existences dans l’islam. Tous les rôles qu’ils ont sont subordonnés au seul rôle d’être musulmans. Ils vivent en tant que musulmans lorsqu’ils vivent en tant que pères, fils, maris ou femmes, hommes d’affaires, propriétaires, ouvriers, employeurs, etc. Leurs sentiments, leurs désirs, leurs idéologies, leurs pensées et leurs opinions, leurs goûts et leurs aversions sont tous façonnés par l’islam. La direction d’Allah domine complètement leurs cœurs et leurs esprits, leurs yeux et leurs oreilles, leurs ventres, leurs désirs sexuels, leurs mains et leurs pieds, leurs corps et leurs âmes. Ni leurs amours ni leurs haines ne se forment indépendamment des critères islamiques. Qu’ils combattent ou se fassent des amis, c’est uniquement pour le bien de l’islam. S’ils donnent quelque chose à quelqu’un, c’est parce que l’islam exige que cela soit donné. S’ils refusent de donner quoi que ce soit à quelqu’un, c’est parce que l’islam veut que cela leur soit refusé.

Et cette attitude ne se limite pas à la vie personnelle. Leurs vies publiques et leurs vies en société sont également entièrement basées sur l’islam. Leurs vies en collectivité existent uniquement pour l’islam. Leurs comportements collectifs sont régis par les seuls préceptes de l’islam.

 

Quel genre de musulmans est désiré par Allah, le Tout-Puissant ?

Les deux types de musulmans, ci-dessus, sont significativement différents l’un de l’autre, même si, légalement, les deux sont inclus dans la Umma (communauté) et le mot ‘musulman’ s’applique aux deux, également. Historiquement, le premier type de musulmans n’a rien réalisé qui mérite d’être mentionné ou qui mérite que nous en soyons fiers. Rien de ce que ces ‘musulmans’ ont fait n’a laissé d’empreinte islamique sur les pages de l’Histoire du monde. Le monde n’a tiré aucun avantage de leur existence. Plutôt, l’islam a souffert de la décadence à cause d’eux. En raison de la prépondérance de ces ‘musulmans’ dans la communauté musulmane, le pouvoir et le leadership mondial sont largement passés entre les mains des rebelles contre Allah, le Tout-Puissant. Car ces ‘musulmans’ se sont contentés de s’assurer qu’ils jouissent de la liberté de vivre religieusement dans les limites étroites de leur vie privée.

Allah, le Tout-Puissant, n’a jamais souhaité avoir de tels ‘musulmans’. Il n’a pas non plus envoyé Ses prophètes ni révélé Ses Livres pour les avoir. En effet, c’est le deuxième type de musulmans qui est désiré par Allah, le Tout-Puissant. Ils sont les seuls à pouvoir accomplir quelque chose de valable d’un point de vue islamique.

 

La loyauté suprême envers Allah, le Tout-Puissant

Ce n’est pas un phénomène propre à l’islam. En fait, aucun mode de vie ne peut jamais prévaloir dans le monde, si ses disciples accordent une position subordonnée dans leur vie à leur foi et à leur engagement ou s’ils vivent et meurent pour des causes autres que leur foi. Nous voyons encore aujourd’hui que seuls ceux qui sont fidèles de tout cœur et de toute âme à une croyance ou à une idéologie sont considérés comme de vrais et réels adeptes de celle-ci. Chaque croyance dans le monde désire de tels adhérents et aucune croyance ne peut prévaloir dans le monde si ce n’est par le biais de tels disciples.

Cependant, il existe une différence importante entre l’islam et les autres croyances et idéologies. Bien que d’autres exigent de ses disciples une loyauté et un dévouement total, ils n’ont, en fait, aucun droit sur eux, car leurs prétentions sont entièrement injustifiées. Les objets qu’ils placent devant les êtres humains ne sont pas le genre d’objets pour lesquels un individu devrait tout sacrifier. Mais Allah, le Tout-Puissant, pour qui l’islam exige le sacrifice de la vie, a un droit sur nous. Tout doit être donné pour Sa cause, car tout ce qui existe au ciel et sur la Terre appartient à Allah, le Tout-Puissant. L’être humain, lui-même, ainsi que tout ce qu’il possède et tout ce qui se trouve en lui, appartiennent tous à Allah, le Tout-Puissant. C’est donc en parfaite harmonie avec la justice et la raison que tout ce qui appartient à Allah, le Tout-Puissant, doit être réservé uniquement à Lui Seul. Tout sacrifice que l’être humain fait pour autrui, pour son propre bénéfice ou pour satisfaire son désir est, en effet, un abus de confiance, sauf si cela est fait avec la permission d’Allah, le Tout-Puissant. Et tout sacrifice fait pour Allah, le Tout-Puissant, est, en réalité, un paiement de ce qui Lui est dû.

Mais il y a une leçon que les musulmans doivent apprendre au sujet de ceux qui sacrifient tout au nom de leurs fausses idéologies et de leurs faux dieux : il est étrange de constater un dévouement, un sacrifice et une fidélité inimaginables manifestés pour de faux dieux, alors qu’ils ne manifestent même pas un millième de cela pour le vrai Dieu.

 

Où en sommes-nous ?

Examinons nos vies selon les critères cruciaux de l’Iman (foi) et de l’islam, tels que définis par le Coran et le Prophète ().

Si vous prétendez avoir accepté l’islam, avez-vous orienté votre vie et votre mort en direction d’Allah uniquement ? Vivez-vous pour Sa seule cause ? Vos cœurs et vos esprits, vos corps et vos âmes, votre temps et vos efforts sont-ils consacrés à l’observation des commandements d’Allah ? Est-ce que cette mission, accomplie par vous est ce qu’Il veut que la Umma musulmane accomplisse ? Et, encore une fois, obéissez-vous et servez-vous seulement Allah ? Avez-vous éliminé de votre vie la soumission aux désirs égoïstes et à l’obéissance à la famille, à la fraternité, aux amis, à la société et à l’État ?

Avez-vous rendu vos gouts et vos aversions totalement subordonnés à ce qu’Allah désire ? Si vous aimez quelqu’un, est-ce vraiment pour Allah ? Si vous n’aimez pas quelqu’un, est-ce aussi pour Allah ? N’y a-t-il vraiment aucun élément d’égoïsme impliqué ? Donnez-vous et refusez-vous de donner uniquement pour Allah ? Dépensez-vous [de vos richesses] pour vous-même et donnez-vous de celles-ci à d’autres personnes, ou refusez-vous de donner l’équivalent, parce que c’est ce qu’Allah, le Tout-Puissant, veut ? Votre motif n’est-il que de gagner son plaisir ?

Si vous trouvez un tel état de foi et de soumission en vous-même, vous devriez remercier Allah de vous avoir accordé la bénédiction de l’Iman dans sa plénitude. Cependant, si vous ressentez une carence, vous devriez abandonner toute autre préoccupation et inquiétude, et vous concentrer entièrement sur la correction de cette carence. Car, de sa suppression, dépend votre bien-être en ce monde ainsi que votre succès dans l’Au-delà. Quel que soit le succès que vous puissiez avoir dans la vie de ce monde, vous ne pourrez jamais compenser la perte que vous subirez dans l’Au-delà, en raison de cette carence. Si vous compensez cette carence, même si vous ne gagnez rien en ce monde, vous bénéficierez énormément dans la vie à venir.

N’utilisez pas ce critère pour tester ou pour juger les autres et déterminer s’ils sont croyants ou hypocrites, musulmans ou incroyants. Utilisez-le, uniquement, pour vous juger vous-même et, si vous détectez une carence, essayez de la supprimer, avant de rencontrer Allah, le Tout-Puissant. La façon dont un Mufti (juriste musulman) ou un juge vous évalue ne devrait pas vous préoccuper en priorité. Ce n’est que le jugement du Souverain suprême et du Connaisseur du visible et de l’invisible qui importent. Ne soyez pas satisfaits, simplement, en voyant vos noms enregistrés comme musulmans. Soyez plutôt soucieux de savoir comment et où vos noms sont inscrits dans le Registre d’Allah, le Tout-Puissant.

Le vrai succès consiste à être jugé comme un croyant et non comme un hypocrite, comme un obéissant et non un désobéissant, comme un fidèle et non un infidèle, et de cela, Allah est le Juge de dernière instance.

Articles en relation