Sourate Al-Ikhlas II

Sourate Al-Ikhlas II
1663 96

 

Sourate Al-Ikhlas, la foi pure, son exégèse et ses mérites II

Ses nombreux mérites

Qui souhaite que Le Miséricordieux l’aime, entrer au Paradis, qu’Allah le protège du diable et accroitre sa foi, qu’il lise souvent la sourate Al-Ikhlas.

Le Prophète () a dit quelles étaient ses mérites, son haut statut, sa récompense et sa valeur. Il la lisait souvent et notamment durant les prières. Il débutait d’ailleurs sa journée en la lisant durant la prière surérogatoire du Fajr. De même qu’il débutait la nuit en la récitant dans la prière surérogatoire du Maghrib. Et il clôturait sa journée et sa nuit en la lisant dans la prière du Witr.

Il la lisait également au début de la journée au cours des formules de rappel du matin et également en fin de journée au cours des formules de rappel du soir. Il la lisait après chaque prière obligatoire, durant la prière qui a lieu juste après avoir tourné autour de la maison sacrée (Ka’ba) et au moment de dormir avec les deux dernières sourates du coran à travers lesquelles il cherchait refuge auprès d’Allah.

Parmi les autres mérites de cette grande sourate :

Elle équivaut le tiers du Coran :

Le Prophète () dit un jour à ses compagnons : « regroupez-vous car je vais vous lire le tiers du Coran. Une fois réunis, il sorti auprès d’eux et leur récita ‘Allah est la seule et unique véritable divinité’ Les compagnons l’interrogèrent alors et il dit : Cette sourate équivaut au tiers du Coran. » (Mouslim).

Il dit aussi : « L'un d'entre vous peut-il réciter le tiers du Coran en une seule nuit? Trouvant cela difficile, ils répondirent: Qui, parmi nous, en est capable, ô Messager d'Allah? Il dit alors: ‘Dis : « Allah est la seule et unique véritable divinité’ équivaut au tiers du Coran. » (Boukhari et Mouslim).

Abu Horayra rapporte que le Prophète () a entendu un homme lire cette sourate et dit alors : c’est obligatoire ! Il demanda alors : et qu’est-ce qui est obligatoire. Et le Prophète de lui dire : que cet homme entre au Paradis. »

Les savants ont expliqué que la raison pour laquelle cette sourate équivaut au tiers du Coran et que les trois principales thématiques qui y sont abordées sont les histoires des nations précédentes, les règles de législation et le monothéisme. Or, cette sourate résume à elle seule tout ce qui concerne le monothéisme.

Invoquer Allah par une formule qui comprend le nom le plus grandiose d’Allah

Le Prophète () a entendu un homme lire cette sourate et dit alors : « Voici un serviteur qui a foi en son Seigneur. » (Ahmad et jugé authentique par Al-Albânî). Celui qui aime cette sourate, Allah l’aimera et le fera entrer au Paradis.

Il entendit un homme qui invoquait son Seigneur en reprenant les termes de cette sourate : ‘Ô Allah, je Te demande parce que j’atteste que Tu es Allah et qu’aucune divinité en dehors de Toi n’est en droit d’être adorée, La seule véritable divinité, le Maître dont nul ne peut se passer. Qui n’a pas engendré, ni été Lui-même engendré. Et nul dans Sa création n’est à même de L’égaler.’ Il dit alors : « Par celui qui tient mon âme dans Sa main ! Il vient de demander à Allah par Son Nom le plus grand. Celui par lequel lorsqu’on L’invoque par celui-ci Il exauce et quand on Lui demande par ce Nom Il donne. » (Abu Daoud).

Il entendit un homme dire durant la formule de Tashahhud : ‘ Ô Allah je Te demande ô Allah, la seule véritable divinité, le Maître dont nul ne peut se passer. Qui n’a pas engendré, ni été Lui-même engendré. Et nul dans Sa création n’est à même de L’égaler, pardonne moi mes péchés c’est Toi qui es le Grand Pardonneur et le Très Miséricordieux.’ Il dit alors : «  Il est pardonné, Il est pardonné, Il est pardonné. » (Sahih Abû Dâwûd).

Les compagnons avaient bien compris quel était le mérite de cette sourate, la récompense qui en découlait et l’ont donc aimé et s’y sont attachés. Ceci apparait clairement à travers l’histoire du compagnon qui fut envoyé à la tête d’une délégation et lisait cette sourate à la fin de chaque prière. Une fois revenus, ils mentionnaient cela au Prophète () qui dit : « Demandez-lui pour quelle raison il agissait ainsi ? Une fois la question posée il dit : Parce que cette sourate décrit Le Miséricordieux et j’aime la lire durant la prière. Le Prophète () dit alors : Dites-lui qu’Allah l’aime. » (Boukhari et Mouslim).

Également, dans l’histoire du compagnon qui présidait la prière dans la mosquée de Quba et dans lesquelles il débutait la lecture du Coran dans chacune de ses prières obligatoires par la Fâtiha puis sourate Al-Ikhlas, et ensuite il lisait une autre sourate de son choix … Les compagnons s’en plaignant au Prophète () il dit : Ô untel qu’est-ce qui t’empêche de faire ce que t’ordonne tes compagnons et qu’est-ce qui te pousse à lire cette sourate dans chaque rak’at ? L’homme dit : J'aime cette sourate. Il lui répondit: Ton amour pour elle te fera entrer au paradis. »

Un palais au Paradis :

Selon Mu’adh ibn Anas Al-Juhani, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète () a dit : « Qui lit sourate Al-Ikhlas entièrement dix fois Allah lui construira un palais au Paradis. Omar ibn Al-Khattab dit alors : Et s’il la répète encore plus ? Il dit : Allah est encore plus généreux et meilleur. » (Ahmad).

La sourate Al-Ikhlas est telle une forteresse imprenable, un refuge sûr contre le diable lapidé, une protection pour l’homme contre tout mal :

Le Prophète () a dit à Abdullah ibn Khubayb : « Récite les sourates Al-Ikhlas et les deux dernières sourates du Coran, les protectrices, quand tu te couches le soir et te réveilles au matin, à trois reprises. Cela suffira pour te protéger de tout mal. » (Abû Dâwûd et Nasâ’î). Al-Tîbî explique : ‘ Elles repousseront de toi tout mal.’

Le Prophète () récitait cette sourate et les deux dernières du Coran, les protectrices, et postillonnait sur ses mains puis les passait sur son visage, sa tête et ce qu’il pouvait du reste de son corps avant de dormir.

Il dit à ‘Uqba ibn Nâfi’ Al-Juhani au sujet de ces trois sourates : « Personne n’a jamais cherché protection par des sourates semblables ou personne ne cherche protection par des sourates semblables. »

La sourate Al-Ikhlas est courte. La lire ne nous prend que peu de temps malgré ce qu’elle contient comme mérites et récompenses. Il convient donc de la lire beaucoup et de façon constante et ne pas la négliger. Et qui la lit encore plus, Allah est encore plus généreux et plus bon.

Ô Allah nous t’implorons pour que Tu nous permettes de lire Ton livre comme il convient, de la façon dont Tu agrées. Ô Allah, illumine nos cœurs par la lecture de Ton livre, apaise nos cœurs et fais nous entrer au Paradis ô Toi qui est le plus miséricordieux de Tous ceux qui font miséricorde.

Articles en relation