La cérémonie du mariage ne doit pas être retardée plus de trois jours après un décès
Fatwa No: 102700

Question

Ma cousine est décédée lundi, alors que ma cérémonie de mariage doit avoir lieu jeudi. Que dois-je faire ? Est-il préférable d’organiser cette cérémonie, ou bien de la retarder ? J’ai entendu dire qu’après l’écoulement de trois jours après un décès, rien n’empêche la célébration d’un mariage. Y a-t-il un Hadîth à ce propos ? Informez-moi.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons : 

 

Rien n’empêche la célébration du mariage quelques moments après le décès d’une personne autre que le mari. Si tel est le cas, la règle de base stipule l’autorisation. Toutefois, il est permis de respecter les sentiments de la famille du défunt en retardant la cérémonie du mariage trois jours après le décès, car c’est la période des condoléances.

 

Après ces trois jours, il ne faut rien retarder, car le fait de manifester de la tristesse n’est pas permis plus de trois jours à la famille du défunt, et a fortiori aux autres.

 

Dans l’ouvrage intitulé Charh Sunan Abî Daoud, al-`Azhîm Abâdi a dit : «Cela prouve que le fait de pleurer et de manifester son chagrin sans lamentations ni gémissements est permis pendant trois jours».

 

Partant, il vous est permis de célébrer votre mariage au moment mentionné.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation