Verser la partie restante de la dot après le divorce
Fatwa No: 220870

Question

Salam alaykum, J'ai été marié avec une sœur pendant un an, on avait convenu une dot et je ne lui en ai versé que la moitié, elle a demandé le divorce après des problèmes dont j'ai subi les torts, j'ai accepté sa demande de divorce. Je me suis remarié depuis al hamdoulilah mais je n'ai jamais versé l'autre moitié de la dot à mon ex-femme, elle-même ne l'a jamais réclamée. J'ai peur d'avoir fait un grand péché en ayant pas complété la dot. Suis-je dans l'erreur ? Si oui, puis je rectifier mon erreur en lui complétant la dot aujourd'hui même s'il on est divorcé depuis cinq ans ? La femme ne doit-elle pas rendre la moitié de la dot après sa demande de divorce ? Barak'Allaho fikoum de m'éclairer sur ce sujet

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si vous avez consommé le mariage, votre ex femme a droit à la dot toute entière. Et étant donné que vous lui aviez donné la moitié de la dot, elle a droit à l’autre moitié. Ce droit est acquis pour la femme même si elle ne vous réclame pas la dot, et ne fait pas l'objet d'une prescription. Il est possible en effet qu’elle ne vous l’ait pas réclamée parce qu'elle est gênée ou parce qu’elle ignorait qu’elle y avait droit. Donc, si vous en avez les moyens, vous devez lui payer sa dot et il ne vous est pas permis d'ajourner ce paiement sans son autorisation, car la procrastination du riche à payer ses dettes est une injustice. Tout ceci au cas où le divorce a eu lieu après la consommation du mariage.

Si le divorce a eu lieu avant la consommation du mariage, dans ce cas votre ex épouse à droit seulement à la moitié de sa dot, car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Et si vous divorcez d'avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu'elles ne s'en désistent, ou que se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage. Le désistement est plus proche de la piété. Et n'oubliez pas votre faveur mutuelle. Car Allah voit parfaitement ce que vous faites. » (Coran 2/237)

Il n’est pas correct de dire que la femme qui demande le divorce doit céder à son mari la moitié de la dot. Toutefois, si le tort ne vient pas de lui, il peut refuser de la répudier jusqu’à ce qu’elle lui donne une compensation. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Ne les empêchez pas de se remarier dans le but de leur ravir une partie de ce que vous aviez donné, à moins qu'elles ne viennent à commettre un péché prouvé. » (Coran 4/19)

Al-Tabarî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans son exégèse du Coran : « Il vous est donc permis à ce moment de les empêcher de se remarier, de les retenir et leur prendre une partie de la dot si elles vous la donnent en compensation du divorce. »

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation