Calcul de l'héritage d'un défunt
Fatwa No: 227605

Question

Salem alekoum, Veuillez calculer l'héritage selon les informations suivantes : -Est-ce que la personne décédée avait des proches de sexe masculin qui ont droit à l'héritage ? : (Fils) Nombre 1 (Père) (Frère germain) Nombre 1 (Neveu, fils d'un frère germain du père) Nombre 3 (Oncle, frère consanguin du père (ou du grand-père)) Nombre 1 (Cousin, fils d'un oncle paternel germain) Nombre 1 -Est-ce que la personne décédée avait des proches de sexe féminin qui ont droit à l'héritage ? : (Mère) (Fille) Nombre 1 (Epouse (femme)) Nombre 1 (Sœur germaine ) Nombre 1

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

S'il n'y a pas d'autres héritiers que ceux mentionnés, alors la femme reçoit obligatoirement le huitième en raison de la présence de descendants directs. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez » (Coran 4/12).
Le père a droit au sixième et il en est de même pour la mère en raison de la présence de descendants directs. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : «Quant aux père et mère du défunt, à chacun d'eux le sixième de ce qu'il laisse, s'il a un enfant.» (Coran 4/11).
Ce qui reste de l'héritage, après avoir donné à la femme au père et à la mère ce qui leur revient de droit, va au fils et à la fille par agnation et le fils reçoit le double de la part de la fille. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. » (Coran 4/11)
L’héritage doit être divisé en soixante-douze (72) parts. La femme en reçoit le huitième (c’est-à-dire 9 parts). Le père en reçoit le sixième (c’est-à-dire 12 parts). La mère en reçoit elle aussi le sixième (c’est-à-dire 12 parts) et les 49 autres parts reviennent au fils et à la fille. Le fils en reçoit 26 parts et la fille 13. Quant aux autres parents du défunt, ils n’ont aucune part de son heritage.

Nous attirons votre attention sur le fait que les questions d’héritage sont extrêmement délicates. Et on ne peut pas les régler en se basant sur une simple fatwa donnée en réponse à une question. Il faut porter l’affaire devant un tribunal islamique afin qu’elle soit suffisamment examinée, car il se peut qu’on découvre la présence d'un héritier après des recherches. Il se peut également qu’il y ait un testament ou une dette dont les héritiers n’ont pas connaissance. Ces choses doivent être réglées avant le partage de l'héritage. Il ne faut donc pas partager l’héritage sans se référer à un tribunal islamique, s’il en existe un, ceci pour garantir les intérêts des morts et des vivants.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation