Utiliser la cautérisation dans le cas de saignements du nez
Fatwa No: 287584

Question

Assalam alaykum,
Je suis une personne qui souffre de saignements du nez et ce pendant ma prière et mes ablutions, je voulais savoir si je pouvais me faire cautériser les vaisseaux du nez afin d’éviter ce problème qui persiste étant donné que dans mon livre concernant la médecine prophétique il est mentionné qu’on peut utiliser la cautérisation en dernier lieu.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si vous avez besoin de recourir à la cautérisation et que des spécialistes ont confirmé qu’il s’agit là d’un traitement adapté à votre cas, il n’y a alors pas de mal à y avoir recours. Le traitement par cautérisation est en soit permis en raison des hadiths rapportés dans le domaine. En effet, Boukhari a rapporté qu’Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, se fit cautériser le flanc alors que le Prophète () était encore en vie. Le Prophète () cautérisa également Sa’d ibn Mu’âdh et d’autres Compagnons se firent aussi cautériser. Certains hadiths indiquent aussi le caractère détestable de la cautérisation et son interdiction. Parmi ces hadiths figure celui dans lequel Ibn ‘Abbâs a rapporté que le Prophète () a dit :
« La guérison peut être obtenue de trois façons : par la saignée (au moyen de ventouses), une gorgée de miel ou la cautérisation, mais j’interdis à ma communauté la cautérisation. » (Boukhari)

Dans un autre hadith, Djâbir, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Je n’aime point procéder à la cautérisation. » (Boukhari)

Ces hadiths ne démontrent pas que la cautérisation est interdite tant que celui qui la pratique est convaincu que c’est Allah qui guérit. On dit aussi que la cautérisation a été interdite en raison de l’intense douleur que procure sa pratique, et d’autres choses ont été dites aussi.

L’imam ibn al-Qayyim a dit :

« Les hadiths sur la cautérisation sont de quatre types :

Le premier : sa pratique.

Le deuxième : le fait de ne pas l’apprécier.

Le troisième : l’éloge de celui qui ne la pratique pas.

Le quatrième : l’interdiction de sa pratique.

Il n’y a cependant aucune contradiction entre ces hadiths par la grâce d’Allah, exalté soit-Il, car sa pratique indique sa permission et le fait de ne pas l’apprécier n’indique pas que cela soit interdit. Quant à l’éloge de celui qui délaisse sa pratique, cela indique qu’il est préférable de ne pas la pratiquer. Enfin, son interdiction indique qu’on a le choix, mais qu’il est détestable de la pratiquer ou que la personne n’ait pas besoin d’y recourir mais le fait par peur de tomber malade. »

Al-Hâfizh ibn Hadjar a dit : « Nous tirons de la combinaison du fait que le Prophète () détestait la cautérisation et en même temps la pratiquait qu’il ne faut pas l’employer de manière absolue ni l’interdire de manière absolue. Il faut l’utiliser lorsque cela est nécessaire comme moyen de guérir tout en étant convaincu que la guérison arrive avec la permission d’Allah… » (Al-Fath)

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation