Sens du hadith : «Celui qui les recense (Ahsâhâ) entrera au Paradis»
Fatwa No: 29327

Question

As-Salaamo `Alaikom wa Rahmatollahi wa Barakatoh, «Allah a quatre- vingt-dix-neuf Noms, celui qui les recense (Ahsâhâ) entrera au Paradis». Le verbe (Ahsâhâ) désigne-t-il la mémorisation ou bien le simple fait de les citer sans les mémoriser? Doit-on savoir le sens précis et détaillé de chaque Nom? Ou bien leur connaissance superficielle suffit-elle?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Les oulémas ont eu des avis divergents quant au sens de cette partie du hadith : «Celui qui les recense (Ahsâhâ) entrera au Paradis», du fait que ce verbe inclut le sens de dénombrement en même temps que celui de mémorisation. Ibn Mandhûr a souligné dans al-Lissân : «al-Ihsâ indique le dénombrement et la mémorisation. « Ahsâ » quelque chose signifie parfaitement connaître cette chose.»

 

Al-Nawawi, qu'Allah lui fasse miséricorde, est d’avis que le sens voulu est la mémorisation. Après avoir développé les divergences en la matière dans Charh Mouslim, il a indiqué : «Boukhari et d'autres spécialistes ont montré qu'il signifie « mémoriser », c’est ce qui est apparent. Cela vient du fait que l'autre version de ce hadith explique ce sens en disant : 'Celui qui les mémorise (hafizaha)'».

 

Il a été dit que : «Le sens voulu est le fait d’œuvrer selon ces Noms, et non de les dénombrer et de les mémoriser, car l’hypocrite et l’incroyant ont eux aussi la capacité de les mémoriser».

 

Il a également été dit que : «Le sens voulu est le recensement et le fait d’œuvrer selon ces Noms ; c’est-à-dire qu’on admet obligatoirement qu'Allah, le Très Haut, a des Noms qui Lui sont propres comme al-'Ahad  (L’Unique), al-Muta`âli (Le Sublime), al-Qadîr (L’omnipotent) et on s’y soumet.

Allah, exalté soit-Il, a également des Noms qu’il est recommandé au serviteur de prendre comme modèles à suivre pour le sens qu’ils renferment, comme al-Rahîm (Le Très Miséricordieux), al-Karîm (Le Généreux) et al-‘Afuw (L’Indulgent). Le serviteur d’Allah, exalté soit-Il,  a donc le devoir de s’imprégner du sens de ces Noms pour les mettre en pratique. C'est ainsi qu'il les retiendra de manière pratique.

 

Quant au dénombrement oral, il se fait en les recensant, les mémorisant et en implorant Allah par Ses différents Noms. Et même si le croyant peut partager avec des non-croyants le fait de les recenser et de les mémoriser, il s’en distingue par le fait d'y croire et de les mettre en application.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation