Se renseigner sur son héritage de son vivant
Fatwa No: 374803

Question

Assalam alaykoum,
Veuillez calculer l'héritage selon les informations suivantes
-Est-ce que la personne décédée avait des proches de sexe féminin qui ont droit à l'héritage ? :
(Mère)
(Fille) Nombre 3
(Sœur germaine) Nombre 7
- Information complémentaire :
Je suis propriétaire d'une maison que j'ai achetée chez un promoteur immobilier par mes propres moyens. Comment se fera le partage après mon décès ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si le but de votre question est de savoir la manière dont sera partagé votre héritage si vous venez à mourir, sachez qu’il ne convient pas de se préoccuper de la manière dont l'héritage d'une personne vivante sera partagé si elle venait à mourir. En effet, il se peut que votre situation change par rapport à ce qu'elle est actuellement. Il se peut qu'un nouvel héritier vienne s'ajouter aux autres avant que vous ne décédiez ou que l'un des héritiers que vous avez mentionnés vienne à disparaître ou que vous ne laissiez aucun héritage. Il ne convient donc pas de se préoccuper de la manière dont sera partagé l'héritage d'une personne vivante. Les pieux prédécesseurs détestaient d'ailleurs poser une question à propos d'une chose qui ne s'était pas produite et si on les interrogeait à propos d'une telle chose, ils répondaient : « Laissez cela de côté jusqu'à ce que cela se produise. »
Ceci dit, si votre question porte sur le cas réel d’une personne qui est morte en laissant, sa mère, trois filles, sept sœurs germaines et n’a laissé avec elles aucun autre héritier, alors son héritage se répartit comme suit :

Sa mère perçoit le sixième au titre de la réserve héréditaire (fard), car le défunt a laissé une descendance héritière. Allah, exalté soit-Il, dit : « Quant aux père et mère du défunt, à chacun d'eux le sixième de ce qu'il laisse, s'il a un enfant […] » (Coran 4/11).
Les trois filles perçoivent les deux tiers au titre de la réserve héréditaire (fard) en raison de la Parole d’Allah, exalté soit-Il : « S'il n'y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse… » (Coran 4/11)
Ce qui reste après le prélèvement de la part de la mère et celle des trois filles revient en vertu des droits d'agnation (Ta'sîb) aux sœurs germaines qu’elles se partagent équitablement entre elles, car il est rapporté dans un hadith authentique que le Prophète () donna à la sœur ce qui reste après le prélèvement de la part de la fille et de fille du fils. Le hadith en question se trouve dans le livre authentique de Boukhari. Pour cette raison les oulémas ont déclaré que la sœur (germaine ou consanguine) fait partie des 'Asaba (agnats) quand le défunt laisse avec elle une descendance strictement féminine. L’auteur d’Al-Rahabiyya a dit : « Et les sœurs en concours avec les filles sont pour ces dernières comme des agnats ('Asaba) »
L’héritage est donc partagé en 126 parts : la mère en perçoit le sixième soit 21 parts, les trois filles en perçoivent les deux tiers soit 84 parts (28 parts pour chacune) et chacune des sept sœurs germaines en perçoit 3 parts.

Et Allah sait mieux

Fatwas en relation