Peut-on être certain que la prière en groupe est acceptée ? Un oubli en prière en diminue-t-il la récompense ?
Fatwa No: 416512

Question

J’ai entendu le Docteur Omar Abd Al-Kâfî dans un extrait vidéo sur YouTube – alors qu’il parlait de l’oubli en prière – il y disait : « Tout le monde se plaint d’oublis en prière. Nous disons donc : la seule solution est de prier derrière l’imam, en groupe, car celui qui prie en groupe, sa prière est acceptée, qu’il y commette un oubli ou non. » Cela signifie-t-il que si je prie en groupe à la mosquée et que j’oublie quoique ce soit en prière, j’obtiendrais une récompense complète comme si je n’avais rien oublié en prière ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous n’avons pas vu la vidéo en question.

De façon générale, il n’est pas possible d’affirmer de façon catégorique qu’un acte de culte est accepté. Qu’il s’agisse de la prière en groupe ou autre. L’acceptation des œuvres pieuses est un fait qui relève de la connaissance de l’Invisible (Ghayb) dont seul Allah s’arroge la connaissance. L’homme ne peut en aucun cas le savoir. Dans son livre Al-Tamhîd, alors qu’il traite de la question de refaire sa prière pour obtenir le mérite de la prière en groupe, Ibn Abd Al-Barr, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Il se peut qu’Allah accepte un acte surérogatoire et qu’Il n’accepte pas un autre obligatoire. Il peut aussi accepter un acte obligatoire et ne pas accepter un autre surérogatoire. Et, par Sa grâce, Il peut accepter les deux actes. On n’en accepter aucun. Toutes les prières ne sont pas forcément acceptées. Un homme vertueux disait : « Bienheureux est celui dont une seule de ses prières est acceptée. » Il disait cela animé par la peur. » Fin de citation.

Nos recherches ne nous ont pas permis de trouver un savant qui ait avancé qu’un oubli en prière en diminue la récompense. Un oubli survient indépendamment de la volonté du fidèle. De plus, la prosternation de l’oubli est une humiliation pour le diable. Dans son ouvrage Hâshiya ‘Ala Sharh Al-Kharashî Al-Mâlikî, Al-‘Adawî a dit : « Le rite du pèlerinage nommé ‘ifrâd’ est mieux car il n’y a aucune offrande à faire. Or, une offrande est une forme d’expiation qui constitue quelque part une défaillance. Et une adoration sans défaillance est meilleure qu’une autre. Le mérite d’une prière qui présentait un manquement n’est en rien diminué si on y accomplit les deux prosternations de l’oubli car ces deux prosternations sont garantes de ce mérite et ne sont effectuées que pour humilier le diable. De plus, l’oubli du fidèle est involontaire, contrairement à ce qui est effectué durant les rites du pèlerinage où le forfait est commis délibérément ce qui oblige à expier la faute par une offrande. » Fin de citation. 

Certains savants ont soutenu qu’accomplir les actes permettant de compenser les manquements de sa prière et de la corriger était meilleur que de l’interrompre et la refaire à nouveau puisque ceci est la Sunna du Prophète () et celle des pieux prédécesseurs.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui