Traitement aux frais de l'Etat
Fatwa No: 53019

Question

Je suis une Palestinienne qui souffre de stérilité depuis 15 ans et j’étudie actuellement à l’université. J’avais abandonné l’idée d’un traitement depuis longtemps après avoir tout essayé y compris la fécondation in vitro, mais soudain mon frère m’a téléphoné pour me dire que nous avons reçu une lettre des autorités. En fait, il avait écrit aux autorités il y a un mois sans m’informer. Pour l’instant, je suis au premier semestre à l’université et je ne sais pas ce que je dois faire. M’est-il permis d’accepter ce traitement de la part des autorités alors que mon mari a les moyens de le payer ? De plus je ne me sens pas prête psychologiquement surtout que j’étudie, que j’aime mes études et que je n’ai pas envie de les remettre à plus tard, car j’ai déjà beaucoup manqué.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Chercher à avoir des enfants est recommandé par l’Islam. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « […] Cohabitez donc avec elles, maintenant, et cherchez ce qu'Allah a prescrit en votre faveur […] » (Coran 2/187)

 

Ibn ‘Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, et d’autres ont dit : « Cherchez à avoir des enfants. »

 

Le Prophète () a dit :

 

« Epousez la femme féconde et affectueuse, car je me prévaudrai de la supériorité de votre nombre sur celui des autres communautés le jour du Jugement Dernier. » (al-Nasâ'î)

 

Si un musulman et une musulmane n’arrivent pas à avoir d’enfant, il leur est recommandé de se soigner. Le Prophète () a dit :

 

« Allah n'a pas fait descendre de maladie sans faire descendre un remède à cette maladie, remède que certains peuvent connaître et d'autres ignorer. » (Ahmad)

 

Le musulman ne perd donc jamais espoir de trouver un remède ou un moyen licite lui permettant, par la grâce d’Allah, d’avoir des enfants.

 

Quant au jugement concernant le traitement aux frais de l'émir ou du gouverneur, si ce traitement provient de son argent personnel et que la personne qui reçoit cet argent est sûre qu'il ne provient pas d'activités illicites, alors il n’y a pas de mal à l'accepter. En effet, une personne pauvre ou riche a le droit d’accepter un cadeau provenant des autorités si la condition mentionnée plus haut est respectée.

 Par contre, si cet argent provient de la collecte de la Zakât ou du Trésor public alors, il est permis à la personne de l’accepter seulement si elle en a besoin. La question ici est de savoir si la femme a besoin de cet argent si son mari a les moyens de payer ce traitement ? La réponse est oui. En effet, le mari n’a pas l’obligation d'assumer les frais de ce type de traitement.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation