La prescription légale relative aux deux types de vœux
Fatwa No: 5526

Question

Quelle est la prescription relative au vœu dans le Noble Coran ? Est-il détestable ou pas ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Le vœu est un acte d’adoration ancien. Il est mentionné dans le Noble Coran à plusieurs endroits. La mère de Marie voua à Allah, exalté soit-Il, ce qui se trouvait dans son ventre. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

 

« (Rappelle-toi) quand la femme d'Imran dit : "Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient". » (Coran 3/35)

 

Allah, exalté soit-Il, lui dit (sens des versets) :

·        « […] Si tu vois quelqu'un d'entre les humains, dis [lui :] "Assurément, j'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain". » (Coran 19/26)

·        « Quelles que soient les dépenses que vous avez faites, ou le vœu que vous avez voué, Allah le sait. […] » (Coran 2/270)

·        « Puis qu'ils mettent fin à leurs interdits (qu'ils nettoient leurs corps), qu'ils remplissent leurs vœux, et qu'ils fassent les circuits autour de l'Antique Maison. » (Coran 22/29)

 

Le Prophète () a dit :

 

« Quiconque fait le vœu d’accomplir un acte d’obéissance à Allah doit respecter son vœu et quiconque fait le vœu d'accomplir un acte de désobéissance à Allah ne doit pas respecter son vœu. » (Boukhari, Mouslim)

 

Ces versets et ce hadith démontrent la légitimité du vœu en Islam, et celui-ci se divise en deux types :

 

Le premier type est le vœu que remplit celui qui le fait lorsque son objet se réalise, en donnant de l’argent ou en sacrifiant une bête en offrande. Ce type de vœu est détestable et certains oulémas sont d’avis qu’il est interdit. La preuve de son caractère détestable ou interdit est le hadith d’ibn ‘Umar qui a rapporté que le Prophète () interdit les vœux en disant : « Le vœu est sans aucune utilité et sa seule vertu est d'obliger l'avare à dépenser. » (Boukhari, Mouslim) Sa parole : « Le vœu est sans aucune utilité […] » signifie que dépenser son argent dans cela est du gaspillage et le gaspillage est connu pour être interdit.

 

Le deuxième type de vœu désigne les actes d’adoration tels que la prière, le jeûne, la Zakat, la ‘Umra et autres actes d’adoration. Ces vœux ne sont pas interdits et cela est prouvé par ce que rapporta al-Tabarânî d’après Qatâda selon une chaîne de transmission authentique à propos de la Parole d’Allah, exalté soit-Il, lorsqu’Il dit (sens du verset) : « Ils accomplissent leurs vœux […] » (Coran 76/7) Il dit à ce propos : « Ils vouaient des actes d’obéissance à Allah comme la prière, le jeûne, la Zakat, le Hadj, la ‘Umra et ce qu’Il leur avait prescrit. C’est pourquoi Allah les qualifia de vertueux. »

 

Remplir ces deux types de vœu est une obligation et ne pas les honorer est illicite sauf si le vœu porte sur un acte de désobéissance à Allah, exalté soit-Il, car le Prophète () a dit :

 

« Quiconque fait le vœu d’accomplir un acte d’obéissance à Allah doit respecter son vœu et quiconque fait le vœu d'accomplir un acte de désobéissance à Allah ne doit pas respecter son vœu. » (Boukhari, Mouslim)

 

« […] doit respecter son vœu […] » indique un ordre désignant une obligation, et « […] ne doit pas respecter son vœu. » indique une interdiction désignant une chose illicite.

Il est préférable pour le musulman d’éviter de s’imposer une chose qu’il sera peut-être incapable d’accomplir. Quant à l’illusion qu’ont les gens en pensant que le vœu permet la réalisation d’une chose qui ne pourrait se réaliser autrement, comme la guérison d’une maladie ou le fait de retrouver une personne perdue, cela est faux.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation