Plusieurs questions en rapport avec mon mariage
Fatwa No: 87535

Question

Je me suis marié il y a 10 ans avec une femme éduquée dans une famille dont le père ne croit en rien et la mère est chrétienne non pratiquante et est rattachée à l'Eglise arménienne.
Ma femme est cultivée et est logique dans son jugement sur les choses. Elle a accepté l'Islam parce qu'elle ne peut croire une seconde que 'Isâ (Jésus) soit le fils d'Allah. Cependant, sa croyance concernant les autres domaines est assez vague.
Nous nous sommes mariés à la mosquée après sa déclaration des deux attestations de foi et dans l'espoir que les choses allaient s'améliorer avec le temps.
Durant les dix années passées, elle se décrivait comme étant musulmane bien qu'elle n'aime pas les étiquettes.
Elle soutient les musulmans et les questions islamiques.
Elle jeûne le mois de Ramadan et ne fait rien d'illicite. Nos enfants sont musulmans et elle les encourage à cela tout en le leur facilitant autant que possible.
Néanmoins, je dois reconnaître qu'elle ne prie pas et j'évite de lui mettre trop de pression bien que pour ma part, j'accomplisse mes cinq prières quotidiennes avec assiduité et avec une foi bien ancrée en Allah.
J'ajoute à cela qu'il y a quelques jours, j’ai exprimé mon désir d'accomplir le Hadj et a manifesté une hésitation laissant comprendre que cela ne la concernait pas. Cela m'a rendu triste et j'ai commencé à lui poser les questions suivantes :
1) Crois-tu en Allah ? Elle m'a répondu : « Oui. »
2) Crois-tu aux messagers ? Elle m'a répondu : « Oui. »
3) Crois-tu que Mohammed (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) est le dernier des messagers ? Elle m'a répondu : « Oui, jusqu'à présent. »
4) Crois-tu au Coran et au fait que ce soit la parole d'Allah ? Elle ne m'a pas répondu.
5) Crois-tu aux anges ? Elle ne m'a pas répondu non plus.
6) Crois-tu au jour du Jugement et à la vie après la mort ? Elle m'a répondu : « Il doit obligatoirement y avoir autre chose. Car pourquoi serions-nous ici ? »
Etant donné que sa foi n'est pas complète, j'ai décidé de mettre notre relation maritale en suspens jusqu'à ce que la chose soit éclaircie.
Est-elle encore ma femme ?
Je pense qu'il y a espoir que la situation s'améliore, mais cela nécessitera du temps et des tentatives de la convaincre.
Si aucun changement ne survient, la foi qu'elle a suffit-elle pour que je puisse rester son mari ?
Je sais que si je l'y obligeais, elle répondrait « Oui » à toutes ces questions, mais je ne veux pas lui mettre le couteau sous la gorge.
J'aimerais un conseil au plus vite.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Votre question se compose de plusieurs choses :

 

La première concerne le fait que votre femme ne prie pas bien qu'elle reconnaisse l'obligation de le faire. Les savants divergèrent à propos du verdict relatif à celui qui ne prie pas. La majorité d'entre eux déclarèrent que celui qui ne prie pas est incroyant, même si son incroyance est mineure et ne le fait pas sortir de l'Islam, mais le met en grand danger.

 

D'autres savants déclarèrent que celui qui ne prie pas est incroyant et  que son incroyance est majeure et le fait sortir du giron de l'Islam.

 

D'autres savants déclarèrent que celui qui ne prie pas n’est pas croyant mais ne sort de l'Islam que si le dirigeant lui demande de se repentir et qu'il s'y refuse.

 

La deuxième chose concerne son hésitation à propos du Hadj. Nous ne pouvons pas nous prononcer sur ce point, car soit elle a un problème sur la question du Hadj, soit il existe une autre raison à cela.

 

La troisième chose concerne sa réponse « Oui, jusqu'à présent. » à votre question de savoir si elle croit à Mohammed () en tant que dernier messager. Soit elle pense pouvoir changer d'avis dans le futur et il s'agit là de mécréance et d'apostasie, soit elle pense que seul Allah connaît l’issue de toute chose. C'est pourquoi nous ne pouvons pas la juger mécréante à ce propos.

 

La quatrième chose est son silence suite à la question de savoir si le Coran est la parole d'Allah et si elle croit aux anges. Soit son silence signifie qu'elle réfute ces choses, soit elle n'a pas de réponse claire à cela, soit il existe une autre raison. Nous ne pouvons donc la juger sur son simple silence en réponse à ces questions.

 

Nous vous conseillons de savoir clairement par un moyen ou un autre ce qu'elle croit et s'il s'avère qu'elle ne croit pas aux anges et au Coran et que sa croyance au fait que le Prophète () est le dernier des messagers peut changer après lui avoir expliqué qu'il s'agit là de mécréance, dans ce cas, il s'agit alors d'apostasie et le mariage doit être dissous, car c'est ce qui le lie.

 

Ensuite, si elle se repent alors qu'elle est encore dans sa période de viduité, vous n'avez alors pas besoin de faire un nouvel acte de mariage selon l'avis prédominant des savants qui est celui des écoles chaféite et hanbalite.

 

Par contre, si elle se repent après sa période de viduité, vous devez faire un nouvel acte de mariage si vous désirez vous remarier.

 

Pour terminer, nous vous conseillons d'offrir à votre femme des livres, des supports audio, des articles et des magazines pouvant dissiper les doutes qu'elle peut avoir. Vous pouvez aussi lui faire rencontrer quelqu'un qui dissipera chez elle ces doutes en choisissant de préférence une femme si cette dernière est compétente dans ce domaine.

 

Nous implorons Allah de remettre votre femme dans le droit chemin, de la rendre réceptive aux enseignements de l’Islam et de choisir ce qu'il y a de mieux pour vous.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation