Est-il permis à une personne atteinte d’une grave maladie de renoncer à des soins médicaux qui pourraient lui être bénéfiques?
Fatwa No: 89830

Question

Une sœur musulmane nouvellement convertie m’a dit : Je suis malade et ma maladie est grave. Personne ne sait quel est mon problème. Si cette maladie est mortelle comme le cancer, m’est-il permis de ne pas prendre de médicaments qui peuvent m’être bénéfiques et de refuser l’opération ?
J’ai dela considération pour vos efforts et je sais que vous recevez de nombreuses questions. Cependant, pouvez-vous me répondre le plus rapidement possible ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous demandons à Allah, exalté soit-Il, de guérir cette sœur et de lui octroyer un corps sain. Nous lui recommandons de faire preuve de fermeté dans sa foi et d’endurance et de ne pas s’indigner face à l’épreuve qui l’a touchée. L’endurance est la clé de la délivrance et le signe annonciateur de la fin des épreuves. Il est prouvé que le Prophète () a dit :
« La vie du croyant est étonnante ! Il ne lui arrive que du bien, et ceci est exclusivement réservé au croyant. Lorsqu’une bonne chose lui arrive, il remercie Allah et cela est un bien pour lui, et lorsqu’il lui arrive un malheur, il fait preuve d’endurance ce qui est un bien pour lui. » (Mouslim)

Nous lui recommandons également de multiplier les invocations d’Allah, exalté soit-Il, et d’avoir une bonne opinion de lui.

L’avis prépondérant des oulémas concernant le fait de se soigner d’une maladie non mortelle est que cela est en général permis. Lorsqu’on demanda au Prophète () : « Devons-nous nous soigner ? » Il répondit :
« Soignez-vous car certes Allah n’a créé de maladie sans lui avoir associé un remède, à l’exception d’une seule : la vieillesse. » (Abû Dâwûd)

Ce qui vient directement à l’esprit en entendant la réponse à cette question, c’est la permission de se soigner.

Par conséquent, il est permis à une personne de renoncer à se soigner si elle est capable de faire preuve d’endurance et ne s’indigne pas contre le décret d’Allah, exalté soit-Il. En revanche, si un patient craint de ne pas faire preuve d’endurance et de ne pas se satisfaire du décret divin, alors le mieux pour lui est de se soigner et plus particulièrement si on espère qu’en étant en bonne santé, il sera utile aux gens alors que la maladie pourra entraver son altruisme ; et de même si on espère que la bonne santé accroîtra sa bienfaisance et son obéissance à Allah, exalté soit-Il.

En revanche, s’il est probable que cette maladie soit mortelle pour le patient, il doit alors obligatoirement se soigner car Allah, exalté soit-Il interdit le suicide. Il dit (sens du verset) : « […] Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous. » (Coran : 4/29) Il a également interdit de causer sa propre perte. Il dit (sens du verset) :
« […] Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. Et faite le bien. En effet Allah aime les bienfaisants. » (Coran : 2/195)

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation