Quelles sont ses obligations envers son ami atteint par le virus du Sida ?
Fatwa No: 89844

Question

J’ai un ami intime depuis de nombreuses années et sa famille me connaît bien. J’ai su récemment qu’il était atteint du virus du sida à cause de son homosexualité. Ma question est la suivante : dois-je informer sa famille de cela car il a cette maladie depuis deux ans ? Il vit dans un pays étranger et n’a pas vu sa famille depuis deux ans. Je vis dans le même pays que lui mais je vais retourner dans mon pays l’année prochaine et rencontrer sa famille. Y a-t-il un verset que je puisse réciter pour lui ou qu’il puisse réciter lui-même afin de guérir ? Je veux l’aider mais comment puis-je faire cela ? Est-il musulman ? Est-ce que je commets un péché en continuant à rester son ami tout en connaissant sa situation, car je lui apporte mon soutien bien que je ne sois pas homosexuel comme lui ? Je crois en Allah et en Son Messager et j’aime l’Islam. Cependant, que dit la Charia concernant mon ami qui est musulman mais qui a commis cette turpitude ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Il ne fait aucun doute que l’homosexualité est une turpitude des plus laides et des plus viles et que c’est un péché majeur qui exige un repentir sincère. Il est prouvé que le Prophète () a dit : « Maudit soit celui qui s'adonne aux pratiques[pédérastes] du peuple de Lot. » (Ahmad, al-Tirmidhî et d’autres) Votre ami doit donc s’empresser de se repentir avant que la mort ne survienne.

Il vous incombe vis-à-vis de votre ami de faire plusieurs choses :

La première : lui rappeler ses devoirs envers Allah et lui ordonner de se repentir, car cela relève de la proscription du vice. En effet, le Prophète () a dit :
« Quiconque parmi vous constate quelque chose de condamnable, qu’il y mette fin. S’il ne le peut pas, qu’il s'y oppose verbalement. A défaut, qu’il le désapprouve en son cœur, et cette attitude constitue le plus faible degré de la foi. » Par conséquent, vous devez lui interdire de commettre cette turpitude s’il continue à la commettre. Quant à votre parole : « je lui apporte mon soutien », si vous entendez par là que vous l’aidez à commettre cet acte répréhensible en lui donnant de l’argent ou autre, alors vous êtes associé à lui dans le péché. Craignez donc Allah, exalté soit-Il et repentez-vous. Et vous devez sur-le-champ interrompre cette aide. Allah, exalté soit-Il dit (sens du verset) : « […] Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition ! » (Coran 5/2)

En revanche, si vous entendez par là le fait que vous lui apportez un soutien financier afin qu’il puisse subvenir à ses besoins ou se soigner alors cela est une bonne chose.

La deuxième : Vous devez dissimuler son péché et ne pas le diffamer en vertu de la parole du Prophète () : « Celui qui taira les fautes d’un musulman, Allah taira les siennes ici-bas et dans l’au-delà. » (Boukhari et Mouslim) Et en vertu de sa parole : « Allah est Hayyiy et Sittîr, il aime la pudeur et le fait de cacher les défauts des autres. » (Abû Dâwûd, al-Nasâ’î et al-Bayhaqî)

Par conséquent, vous devez dissimuler sa faute et ne pas en informer sa famille dans l’espoir qu’il renonce à cette pratique excepté s’il est fort probable qu’en dissimulant sa faute, cela aboutisse à ce que la maladie se transmette à ceux qui le fréquentent et vivent avec lui ou à sa famille lors de son retour. A ce moment-là, vous pouvez les informer qu’il est atteint de cette maladie sans leur révéler la cause de celle-ci.

Vous devez également vous efforcer de l’appeler à faire preuve de sérieux dans la pratique de l’Islam et le menacer en lui disant que vous pourriez informer sa famille s’il ne délaisse pas cette turpitude, et ce dans l’espoir de le dissuader. Il incombe à tous ceux qui ont un lien avec cette personne touchée par l’épreuve de lui prodiguer des conseils sincères et d’essayer de le dissuader de commettre cette turpitude.

Quant à votre question : « est-il musulman ? » la réponse à celle-ci est que cette turpitude est un péché majeur mais pas un acte de mécréance majeure faisant sortir son auteur de l’islam, à moins qu’il ne la déclare licite.

Pour finir, nous conseillons à cette personne éprouvée de craindre Allah, exalté soit-Il, de s’efforcer de se conformer à la Charia et de s’éloigner des pécheurs car la vie est courte et éphémère. Allah, exalté soit-Il dit (sens du verset) :
« Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu'elle aura acquis. Et ils ne seront point lésés. » (Coran : 2/281)

Qu’il sache qu’il se tiendra devant Allah, exalté soit-Il, pieds nus et sans vêtements, lors d’un Jour dont la durée sera de cinquante-mille ans. Qu’il s’empresse donc de corriger son comportement et de se repentir et qu’il fasse tout son possible pour éviter l’Enfer.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation