Le statut de la recherche des composants des aliments varie selon le pays
Fatwa No: 90370

Question

Il y a des gens qui donnent leur avis sur la fabrication des différents aliments et s’ils contiennent de l’alcool ou non. Or, un savant a jugé qu’il ne faut pas trop s’interroger à ce propos et argue de l’histoire du Compagnon qui a demandé, à propos d’une quantité d’huile achetée au temps du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam), si elle contenait de la graisse de porc ou non. Là, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit que si vous doutez qu’un aliment contient une substance illicite, vous ne devez pas vous entêter à rechercher ses composants et vous pouvez le consommer, mais si vous êtes certains que cet aliment contient un composant illicite, vous ne devez pas le consommer. Lequel des deux avis est le plus correct ?

Réponse

Louange à Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

Selon la majorité des oulémas, l’alcool enivrant est impur, et il est illicite de consommer les aliments dont vous savez avec certitude qu’ils sont mélangés à de l’alcool.

Quant à la recherche des composants des aliments, cela varie selon le pays : si l’alcool est utilisé ou ajouté à la majorité des aliments et des boissons dans un pays donné, il faut vérifier les composants des aliments, puisqu’il est peu probable qu’ils n’en contiennent pas. Cependant, s’il arrive rarement dans un pays que l’alcool entre dans la fabrication des aliments, alors cette vérification ne sera pas imposée, compte tenu de leur pureté présumée, selon la règle générale.

Quoi qu’il en soit, si le musulman doute de la pureté d’une substance et s’abstient de la consommer, cela sera bien, car le Prophète () a dit : « Laisse ce qui te pose un doute pour ce qui ne te pose aucun doute.»

Quant au hadith que vous avez mentionné, nous ne savons pas qui l’a rapporté, et nous ne l’avons pas trouvé dans les références pourtant abondantes que nous avons à notre disposition. Il ne faut donc pas l’attribuer au Prophète () avant de vérifier son authenticité ou au moins son existence dans les recueils de hadiths, dont les Sunans, les Musnads ou les Ma’âdjims.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation