Que devons-nous faire afin d’arrêter la Fitnah ?
Fatwa No: 90480

Question

Que devons-nous faire afin d’arrêter la Fitnah; et que faire si nous ne sommes pas capables d’empêcher les gens de répandre la Fitnah et de
commettre de plus en plus d’actes polythéistes ? Si nous les conseillons, ils s’éloignent de nous et coupent les liens avec nous. Que devons-nous faire s’ils essayent de nous faire du mal ou de nous combattre ? Devons-nous les combattre pour nous défendre ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Vous ne nous avez pas expliqué clairement ce que vous entendez par Fitna. Il semblerait que ce soient les hérésies religieuses et tout ce qui va à l’encontre de la religion authentique et qu’on voit se répandre dans certains pays ou dans tous les pays; et c’est à Allah, exalté soit-Il, que nous demandons de l’aide. Ces hérésies font partie des actes répréhensibles que le musulman doit empêcher, et il doit montrer leur danger. Il doit conseiller ses frères musulmans. Le Messager d’Allah () nous a indiqué le meilleur moyen de lutter contre ces hérésies. Il a dit : « Quiconque parmi vous constate quelque chose de condamnable, qu’il y mette fin. S’il ne le peut pas, qu’il s'y oppose verbalement. A défaut, qu’il le désapprouve en son cœur, et cette attitude constitue le plus faible degré de la foi. » (Mouslim)

Ce hadith nous explique que celui qui en a la capacité doit mettre fin au mal. Quant à celui qui n’a pas cette capacité, il doit réprouver ce mal verbalement et s’il ne peut pas non plus, il doit le désapprouver avec le cœur. L’imam al-Nawawî, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit en commentant ce hadith : « S’il est fort probable qu’en mettant fin à un mal, on provoque un mal plus grand, comme le fait que la personne qui veut mettre fin au mal soit tuée ou qu’une autre personne soit tuée, il faut dans ce cas se contenter de la parole, et de l’exhortation et avoir recours à l’intimidation sans chercher à changer les choses par les actes. Et si on craint toujours un mal plus grand, alors il faut désapprouver le mal avec le cœur. Voilà la signification du hadith si Allah le veut… »

Cette parole de l’imam al-Nawawî, qu’Allah lui fasse miséricorde, nous indique que si, en s’opposant verbalement à un mal on provoque un mal plus grand, il faut se dispenser de faire cela.

Nous vous recommandons donc de conseiller ces personnes avec sagesse et douceur. Si elles acceptent vos conseils, alors qu’Allah, exalté soit-Il, soit loué mais si cela n’est d’aucune utilité ou si vous craignez qu’en réprimandant ces gens vous provoquiez un mal encore plus grand, alors vous êtes dispensé d’ordonner le bien et de proscrire le vice car votre intervention aura à ce moment là de graves conséquences comme la lutte entre les musulmans et la propagation du désordre sans aucune utilité et sans qu’il n’y ait d’intérêt pour les musulmans.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation