Les conditions sans lesquelles le mariage n'est pas valide
Fatwa No: 90571

Question

Je vis en Inde.
Une jeune femme a épousé un homme n'étant pas de sa caste, mais sans contracter de mariage islamique et en se mariant uniquement au tribunal civil avant d'avoir un enfant de lui. Lui est-il possible de contracter le mariage islamique maintenant ? Quelle est l'importance de ce mariage sachant que l'homme est musulman ? Sa femme garde-t-elle ses droits selon la charia ? Peuvent-ils contracter un mariage islamique maintenant après qu'elle a donné naissance à un enfant ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Le mariage possède des conditions sans lesquelles il n'est pas valide. Parmi les principales conditions figurent la présence du tuteur et de deux témoins. Si l'une de ces conditions n'a pas été remplie comme le fait que le mariage a été contracté sans tuteur, ce mariage est alors invalide selon l'avis de la plupart des savants. Le Prophète () a dit : « Le mariage de la femme sans l'autorisation de son tuteur est invalide, invalide, invalide. » (Abû Dâwûd)

Ce mariage doit donc être résilié. Quant à l'enfant né de cette relation, il est attribué à son père si ce dernier croyait que son mariage était valide. En effet, tout mariage dont l'homme croit en la validité voit l'enfant né de cette relation être attribué à cet homme, et cela, même si les conditions nécessaires pour qu’il soit valide n'ont pas été remplies, en raison de l'avis des savants selon lequel le mariage sans tuteur est valide.

Quant au fait de faire un nouveau contrat de mariage en présence du tuteur et de deux témoins, cela est obligatoire si le couple désire continuer à vivre ensemble, une fois le délai de viduité de la femme terminé, pour s'assurer qu'elle n'est pas enceinte, soit une période de menstrues ou l’accouchement si elle était enceinte. Tout cela concerne le cas où cette femme soit musulmane, juive ou chrétienne. Par contre, si elle est mécréante et ne fait pas partie des gens du Livre, il est alors interdit au musulman de l'épouser, car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et n'épousez pas les femmes polythéistes tant qu'elles n'auront pas la foi [...] » (Coran 2/221)

Quant à votre question concernant le fait de savoir quelle est l'importance de ce mariage, nous n'en comprenons pas le sens. Tout ce que nous pouvons dire est que si ce mariage est contracté selon la Législation islamique, toutes les conséquences inhérentes à celui-ci en découlent alors, comme le fait que cette femme soit licite à son mari, le fait que ce dernier ait l'obligation de subvenir à ses besoins, le droit de la femme à sa dot une fois le mariage consommé et le fait que tout enfant qui naît de cette union soit attribué au mari.

Nous attirons ici votre attention sur deux points :

Le premier est que le critère islamique dans le choix du conjoint est basé sur la pratique religieuse et la bonne moralité de celui-ci et que la différence de caste n'entre pas en compte dans cela. Néanmoins, si l'on craint que la vie conjugale ne puisse perdurer sans respecter cette concordance de caste, il faut alors en tenir compte.

Le deuxième est qu'il est préférable au musulman d'éviter de choisir d'épouser une femme faisant partie des gens du Livre, et en particulier à cette époque, en raison des risques que cela représente surtout pour les enfants. Il est donc préférable d'épouser une musulmane.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation