Le pèlerinage et son impact sur la conscientisation

7306 1579

Le Pèlerinage c’est le développement de la conscience:

Dans la plupart des rites et des rituels le pèlerin ressent une charge émotionnelle intense doublée du sentiment d’être mis à l’épreuve pour le sondage du degré d’éveil de sa conscience religieuse surtout dans cet examen (pèlerinage) qu’il s'impose à lui-même pour développer sa Taqwa (crainte d’Allah) jusqu’à devenir l’arbitre et le juge de lui-même dans beaucoup d’actes qu’il fait pendant le pèlerinage.

Allah sait bien ce qu’on fait :
Après s’être engagé à fond dans les rituels le pèlerin trouve son attention, une fois de plus, attirée par le contexte coranique, de façon merveilleuse, à cet aspect des choses : « Le pèlerinage a lieu dans des mois connus. Si l'on se décide de l'accomplir, alors point de rapport sexuel, point de perversité, point de dispute pendant le pèlerinage. Et le bien que vous faites, Allah le sait. » (Coran : 2/197).

Ainsi, toute bonne œuvre,  toute dévotion  et tout culte sont bien connus d’Allah qui en récompense au maximum leur auteur et le fait, en conséquence, élever de plusieurs degrés. C’est l’unique chemin pour sanctifier et purifier l’âme et pour l’absoudre après l’avoir débarrassée de toute forme et de tout reliquat de transgression, de rébellion et de disputes.
 Il est bien évident qu’en comparant devant Allah, exalté soit-Il, en cette forme propre, lumineuse et brillante et en faisant la navette entre un rite et un autre, entre un acte de dévotion et un autre on se retrouvera en fin de compte débarrassés des effets et des ténèbres du péché pour redevenir une autre personne, ayant une autre vie, pleinement consciente et responsable de ses actes.
 
Il suffit pour le musulman de se rendre compte  qu’Allah est parfaitement au courant de tout ce qu’il fait et qu’Il le suit de très près pour le récompenser en conséquence pour se sentir encouragé, voire poussé à faire toujours mieux.
 
Mais qui donc ne veut pas que son Seigneur le voit quand il est en pleine  dévotion ? Et qui donc n’aspire pas à ce que le bien qu’il fait soit connu et reconnu au maximum ...? C’est ce qu’on appelle le degré d’Al-Ihsan que le prophète () définit de la façon suivante: « Adore Allah comme si tu le vois, et si tu ne le vois pas Lui, par contre te voit. » (Extrait du  hadith de Jibril (Alaihi Sallam) au sujet de l'Islam, la foi et la bienfaisance rapporté par Boukhari et Mouslim)

L'impact de l’imploration, de la prière et de la supplication:
 L’homme n’aura jamais  une conscience religieuse suffisamment vive et éveillée tant qu’il n’aura pas établi de bons rapports avec son Seigneur Qui l’a crée et Qui lui demandera des comptes pour les actes qu’il a accomplis, tant qu’il ne s’est pas engagé dans les implorations, dans la prière et dans les supplications franches et sincères, mais aussi et bien sûr  dans les Talbiyah que le pèlerin fait à haute voix ...
Autant donc de moyens et de procédures pour cultiver et revaloriser les sentiments sublimes et pour purifier et sanctifier l’âme, car c’est une situation où l’on fait preuve de beaucoup d’humilité, de soumission et de recours sincère à Allah le Très Haut.
 
Contrôle rigide de sois-même contre les violations:
Une fois engagé dans les rites du pèlerinage, le musulman se sent en pleine dévotion et donc s’impose un contrôle strict sur son comportement, un contrôle qui tient compte du moindre écart de conduite. Ainsi, quand il transgresse l'une des interdictions de l’Ihram, le voilà qui revient à sa conscience qui, d’emblée, lui ordonnera de se racheter par une offrande, par une aumône ou par l’observation d’un jeûne. Il est vrai que l’autorité de contrôle et le tribunal qui enregistrent ceci sont uniquement la conscience. Il n'existe aucune autre autorité en dehors d’elle ... Il y a donc en cela une bonne éducation et une revalorisation de  la conscience religieuse du pèlerin qui, en conséquence, devient méritant du pardon d’autant plus qu’il s’est écarté, pendant son Hajj, des relations sexuelles, de la  débauche et des controverses.
 
Le Tawaf, une façon de se conscientiser davantage:
Si tu  observes les autres rites tu te rendras compte qu’ils stimulent, sans exception aucune, cette  autocensure de la conscience. Ainsi, beaucoup d’hommes et de femmes font ensemble le tour (Tawaf) autour de la Kaaba, ce qui fait produire une foule immense où se bousculent, pèle mêle, tout ce monde et où les regards, non rigoureusement et religieusement contrôlés, se croisent trompant la vigilance de toute autorité de contrôle, qui d’ailleurs ne pourra pas grand-chose devant une telle marée humaine. Et pourtant, l'Islam n'a ni interdit le Tawaf mixte, ni institué un Tawaf séparé pour les femmes. C’est peut-être une conséquence directe de cette  conscientisation que l’Islam cherche à promouvoir chez le musulman qui est ici abandonné à sa propre conscience et à son propre esprit de croyant qui l'empêcheront de transgresser quand il atteint ce niveau de responsabilité personnelle. D’ailleurs, comment pourrait-il agir autrement lui qui sait qu’Allah le contrôle et le suit de très prés et que les transgressions faites dans l’enceinte du Haram sont beaucoup plus graves que celles faites ailleurs dans la mesure où elles sont multipliées au dépend de leurs auteurs. Cependant, quand il n’y a pas de transgression mais seulement préméditation, alors nous sommes devant un péché qui mérite un châtiment douloureux. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : «Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux.» (Coran : 22/25)
 
L’accomplissement des rites est en lui-même éducateur   
Lorsque le pèlerin aura accompli ses rites, invoqué et imploré Allah (le  Tout-Puissant), dans les journées connues et précises, renouvelé son engagement vis-à-vis d’Allah d’être désormais plus conforme avec ses ordres et ses injonctions ce qu’il concrétise par un repentir franc et sincère émanant d’une âme croyante et pleine d’humilité et de remords, lorsque ces rites l’auront remis sur les rails et sur la voie de la responsabilité, alors certainement il ne se laissera plus dérapé ou s'écarté de la voie tracée par Allah. Bien mieux, sa modestie et son humilité devant Lui ainsi que son sentiment vis-à-vis de cette grande dévotion développeront en lui une conscience religieuse éveillée et une éducation à charge émotionnelle intense.

Conclusion: 
Ce sont là quelques idées relatives à l'impact du pèlerinage sur la conscientisation et la responsabilisation du serviteur et qui donc viendront s’ajouter à bon nombre d’autres impacts et avantages que le pèlerin gagne pour l’occasion.
 
Félicitations donc à ces  musulmans humbles, obéissants et soumis ; félicitations pour leur pèlerinage et leur dévotion qui les ont hissés à ce niveau brillant et lumineux, qui ont raffiné et sanctifié leur âme, cultivé et développé leurs consciences, absous leurs péchés et leurs crimes. Nous implorons Allah de nous choisir parmi eux. Louange à Allah, Seigneur de l’Univers.

Articles en relation

Vertus du Hadj