La femme et le voyage

La femme et le voyage
  • Date de publication:20/06/2013
  • Catégories:La femme
  • Fréquence:
7380 2083

La grandeur et la noblesse de Islam s'expriment clairement dans sa manière de préserver la dignité de la femme et sa volonté de la prémunir contre les diables parmi les hommes et les djinns, qu'elle soit chez elle ou en voyage. Parmi les règles nobles établies par l'Islam figure la suivante : «Il faut se protéger des préjudices avant de réaliser un quelconque intérêt». Partant, l'Islam a interdit que la femme voyage sans être accompagnée d’un Mahram. Le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, a dit :

• «Une femme ne doit voyager qu'accompagnée d'un Mahram et un homme ne peut entrer chez une femme qu’en présence d’un Mahram» (Boukhari et Mouslim)
• «Il n'est pas permis à une femme qui croit en Allah et au Jour Dernier de voyager plus de trois jours, sauf si elle est accompagnée d'un Mahram» (Boukhari et Mouslim)

Il est également rapporté qu'un Compagnon a dit :
«'Ô Messager d’Allah, ma femme est sortie pour accomplir le Hadj et je me suis engagé à participer à telle et telle bataille'.
- Va accomplir le Hadj avec ta femme', lui dit alors le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam» (Boukhari et Mouslim)

La femme et le voyage : une question de grande importance

Bien que le Djihâd aux côtés du Prophète () ait été l'un des actes les plus nobles pour se rapprocher d'Allah, exalté soit-Il, que seul un hypocrite peut manquer, le Prophète () ordonna à ce Compagnon de délaisser le Djihâd pour accompagner son épouse au pèlerinage. Ce récit prouve la grande importance de la question de la femme en voyage, les dangers que cela recèle et les dommages que cela occasionne.
En effet, on entend par voyage la sortie de la femme dans un environnement sans valeurs morales ni conscience. La femme, dans ce cas, peut faire l’objet de convoitises ou subir des mauvais traitements. Au cours de son voyage, elle peut rencontrer des hommes qui ne reculent pas devant la turpitude, qui se soumettent à leurs passions, et qui ont peu de magnanimité.

La finalité de l'interdiction :

Face à ce danger, la Chari'ah a interdit à la femme de voyager seule, non pas parce que l'Islam suspecte la femme ou ne lui fait pas autant confiance qu’à l'homme, mais parce qu'il cherche à préserver sa vertu et à la protéger contre les voyous. L'Islam interdit le voyage de la femme seule, même pour accomplir le pélerinage ou la Oumra, ce voyage spirituel et noble. Qu’en est-il donc d’un voyage moins important que le pèlerinage, le cinquième pilier de l'Islam?

Malgré la clarté de ces vérités, certains supposent que les Hadiths sur le voyage de la femme sans Mahram ne s'appliquent qu'aux époques où les moyens de transport comme les chameaux étaient très primitifs, et où la femme devait supporter fatigue et peine, sur de longues distances, alors qu'avec les moyens de transport modernes, comme les avions et les bateaux, il n'y a plus de telles craintes.

Ces allégations ont mis beaucoup de gens dans la confusion. Mais ces moyens de transport modernes s'ils ont éliminé la fatigue, n'ont pas pour autant mis fin aux tentations et n'ont pas dissuadé les esprits faibles, que l'Islam a veillé à ne pas exciter. L'Islam ne veut pas laisser le champ libre à ces esprits malades pour transgresser les interdits d'Allah, exalté soit-Il. Qu'elle soit à bord d’un avion ou sur un chameau, la tentation de la femme est la même. Même chose pour l'homme corrompu. Il peut se trouver dans le désert, en avion ou sur un bateau. La religion est valable de tout temps et en tous lieux. Ainsi, l'interdiction de voyager seule pour la femme était valable à l’époque du chameau et de l'épée, et demeure valable à l’époque de l'avion et de la fusée. On a souvent entendu parler de ces viols qui ont été commis dans ces moyens de transport modernes, qu'il s'agisse de voitures ou d'avions.

Voyager sans Mahram, avec la mixité que nous voyons aujourd'hui dans les moyens de transport, et avec les programmes télévisés que nous voyons diffuser dans les médias dans les pays musulmans, et qui sont influencés par les valeurs de la civilisation occidentale, ne peut que contribuer à répandre le viol et les enlèvements, ainsi que d'autres maux étrangers à nos sociétés, à nos coutumes et à nos mœurs.

Les familles doivent être très fermes pour éviter les conséquences très graves d'un tel acte. La femme musulmane doit également appliquer les ordres de sa religion et mettre en pratique la tradition du Prophète () cette tradition qui la protège et préserve sa chasteté. A cet effet, Allah, le Très Haut, dit (sens u verset) :

«Ô vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu’Il leur commande, et faisant strictement ce qu’on leur ordonne.» (Coran 66/6)

D'innombrables restrictions :

Le Prophète () a dit : «Chacun de vous a une responsabilité, à propos de laquelle il sera interrogé» (Boukhari et Mouslim)

L'Islam a établi des restrictions valables de tout temps et en tout lieu pour le bien des musulmans, hommes ou femmes, et pour organiser les questions de la vie comme le voyage ou et autres.

Parmi ces restrictions, citons le fait de :

1) Organiser les moyens de transport de manière à empêcher la mixité qui ouvre le chemin à la corruption.

2) Assurer la présence de surveillantes honnêtes et vigilantes lors des voyages scientifiques, mettre l'accent sur l'éducation et fournir les moyens susceptibles de garantir sécurité et stabilité.

3) Répandre la conscience religieuse, ressusciter dans les esprits les valeurs éternelles de l'Islam. C'est ainsi que chaque musulman deviendra le protecteur de chaque musulmane

4) Répandre les instituts d'éducation et d'orientation religieuse un peu partout, afin de raccourcir les distances et d'éviter les suspicions.

5) Chaque individu doit croire fermement qu'il sera rétribué pour chaque acte accompli. Partant, il doit avoir le sentiment permanent qu'Allah, exalté soit-Il, surveille ses actes, pour le protéger et protéger son honneur qui est aussi l'honneur de sa mère, de sa sœur, de son épouse et de sa fille.

Il apparaît donc que le voyage de la femme sans Mahram est interdit, ceci pour la mettre à l'abri des tentations. C'est le critère qui régit sa sortie de chez elle indépendamment de la distance parcourue. Par conséquent, il est interdit à une femme de sortir de chez elle et de parcourir quelques mètres seulement si elle n'est pas en sécurité. C'est le cas par exemple lorsqu'elle sort dans une rue obscure. Pourtant, il lui est permis d'effectuer un long voyage pour se rendre dans une autre ville si elle est à l'abri des tentations. C'est dans ce contexte que certains jurisconsultes ont autorisé le pèlerinage de la femme seule en compagnie de femmes dignes de confiance.

Encyclopédie de la famille musulmane

Articles en relation

Vertus du Hadj