Le Paradis terrestre

Le Paradis terrestre
6065 2283

Louanges à Allah, Seigneur des univers. A Lui les bonnes louanges et les nobles éloges. J'atteste que nul n'est digne d'être adoré en dehors d'Allah et qu’Il n’a nul associé. C'est Lui Qui dit la Vérité et Qui guide les gens vers le bon chemin. Et j'atteste que Mohammed, , est le serviteur d'Allah et son Messager.

Comme ils sont malheureux ceux qui sortent  de cette vie ici-bas sans avoir goûté à ce qu’elle contient de plus beau. Si les rois et leurs enfants avaient connu les délices dans lesquels nous vivons, ils nous les auraient disputés avec les sabres. Parfois, je dis : si les habitants du Paradis jouissent de ce dont nous jouissons, ils mènent donc une vie agréable, car la vraie vie est celle de l'au-delà ; Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset): « Certes, c’est par l’évocation d’Allah que les cœurs se tranquillisent. » (Coran: 13 /28).
Allah, Exalté soit-Il, dit aussi (sens du verset): « Dis: « [Ceci provient] de la grâce d’Allah et de Sa miséricorde; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. C’est bien mieux que tout ce qu’ils amassent. »  (Coran : 10 / 58).
J'ai constaté quelque chose d’étonnant en essayant d'aider les gens à aborder le mois de Ramadan différemment des autres et le considérer de manière différente, de telle sorte qu'ils puissent réaliser les objectifs pour lesquels ce mois a été institué. La vérité a-t-elle besoin de toutes ces preuves ? Est-elle cachée à ce point aux hommes raisonnables ? Y a-t-il un homme raisonnable qui a besoin qu'on lui dise que l'obéissance à Allah, Exalté soit-Il, est très belle ?! Qu'il est bon de vivre en compagnie d'Allah ! Que l'évocation d'Allah est délicieuse ! Que les gens obéissants sont heureux ! Est-il besoin de dire à un homme raisonnable qu'il n'a de refuge qu'auprès d'Allah et qu'il n'a d'espoir que dans l'obéissance à Allah, à cette époque où la vie matérielle et sa cruauté soumet à rude épreuve les nerfs des gens, à tel point que la dépression s’est généralisée ?! Alors que ce bas monde a prouvé à notre époque à ceux qui y recherchent le bonheur qu'il n’en vaut pas la peine et qu’au contraireil ne fait qu'augmenter les soucis et les chagrins de ceux qui courent après lui ! Une personne sensée a-t-elle besoin qu’on lui dise qu’elle n’a d’autre refuge que son Seigneur, qu’elle n’a d’autre espoir qu’en Lui obéissant, et d’autre issue qu’auprès de Lui ?
Qu’ont gagné les génies du football, les stars du cinéma,  de la chanson et de la mode? Qu'ont-ils récolté ?
Ah ! Si les êtres humains avaient goûté à la suavité du droit chemin, ils n'auraient pas flanché ni dévié, même entaillés par des cisailles. Si les êtres humains avaient goûté à la douceur de la prière, ils auraient répété la parole de cet homme de la belle époque (époque du Messager () : « Chaque fois que le moment de la prière vient, j'aspire ardemment à l'accomplissement de cette prière » et ils auraient peut-être dit : « Permets-nous de nous reposer grâce à elle, ô Bilal ! ", ils auraient peut-être compris le sens suivant : ' La fraîcheur de mon œil (Qourratou ‘ayni : expression idiomatique arabe signifiant ce que l’on aime par-dessus tout et qui fait parvenir au bonheur le plus complet) réside dans la prière". Et ils auraient peut-être dit : « J'ai le désir d'accomplir la prière nocturne jusqu’à l’épuisement. »
Si les êtres humains goûtaient au bonheur que connait celui souffre de la soif en jeûnant ou qui fait l'aumône de ses biens les plus précieux pour l’amour d'Allah, ils changeraient complètement.
Que le but du jeûne du mois de Ramadan soit de goûter à la suavité de la prière, du jeûne, de la récitation du Noble Coran, de l'intimité avec Allah, Exalté soit-Il, à l’aube, de l'abandon de la médisance, du fait de baisser son regard, de contenir sa colère, de garder le silence et d’évoquer Allah, Exalté soit-Il, en permanence.
Que le mois de Ramadan soit une tentative de goûter aux meilleures choses de ce bas monde. Certes, ceux qui sont sortis de ce bas monde sans goûter à ses meilleures choses sont malheureux. Imaginez, cher coreligionnaire, un homme qui est décédé à l'âge de soixante-dix ans après avoir goûté à tous les délices de la terre, celui d’un poste important, de l’argent, de la progéniture, de la renommée, de l'épouse, mais qui enest sorti sans jouir de la prière ne serait-ce qu’une seule fois, voire sans comprendre la raison de la prière ! Il est sorti de ce bas monde sans jouir de la douceur des pleurs par crainte d'Allah. Et il n'y a de force et de puissance qu'en Allah.
Mes nobles coreligionnaires, je vous appelle ainsi que moi-même à transformer la difficulté qu’engendrent les obligations religieuses durant le mois de Ramadan en une jouissance, à transformer la difficulté de l'obéissance à Allah, Exalté soit-Il, en un délice et à transformer le désir de jouir du mois de Ramadan en un désir impétueux.
Je vous appelle, ainsi que moi-même, à vivre les jours de Ramadan comme si nous vivions trente jours au Paradis car il existe dans ce bas monde un paradis et celui qui n'y entre pas n'entrera pas au Paradis de l'au-delà.

Articles en relation