Cherchez-vous le salut ?

Cherchez-vous le salut ?
7805 2672

Lorsque fut révélé (sens du verset) : « Et avertis les gens qui te sont les plus proches. » (Coran 26/214), le Messager () monta sur le mont Safa et se mit à appeler les clans de sa tribu en disant :

«Ô fils de Ka'b ibn Lu'ay, Sauvez vos âmes du Feu. Ô fils de Murra ibn Ka’b, Sauvez vos âmes du Feu. Ô fils de 'Abd Chams, sauvez vos âmes du Feu. Ô fils de 'Abd Manâf, sauvez vos âmes du Feu. Ô fils de Hâchim, sauvez vos âmes du feu. Ô fils de ‘Abd al-Muttalib, sauvez vos âmes du Feu. Ô Fatima, sauve ton âme du Feu, car je ne possède pour vous aucune protection contre le châtiment d’Allah». (Mouslim)

Avec quel majestueux avertissement le Messager d'Allah () commença-t-il sa mission ! C’est un avertissement qui frappe les cœurs, avant d’atteindre les oreilles, qui fait sortir les gens de leur léthargie pour qu’ils se repentent auprès de leur Seigneur et se mettent en marche vers le plus grand bonheur dans cet vie tout comme dans l'autre. Et ceci arrivera lorsque les cœurs auront pris connaissance de la mission pour laquelle ils ont été créés. Ils vivront alors en adoptant la méthode divine, en se vouant à la cause d’Allah, exalté soit-Il, et en se dotant de l’amour d’Allah, exalté soit-Il. Il en est de même pour quiconque veut emprunter le chemin d’Allah, exalté soit-Il. Il se doit de faire ses premiers pas sur ce chemin béni, de se munir de la crainte d’Allah, exalté soit-Il, Connaisseur de tout ce qui est caché, à Lui la Grandeur et la Gloire.

Le voyage vers Allah, exalté soit-Il, est accompli par les cœurs et non pas par les corps et on ne peut pas se mettre en marche vers Allah, exalté soit-Il, avec un cœur insouciant ou régi par les péchés. Comment ce cœur peut-il se mettre en marche vers Allah, exalté soit-Il, alors qu’il est prisonnier de ses passions ?! Et comment peut-il aspirer à se présenter auprès d’Allah, exalté soit-Il, sans se purifier de la souillure de son insouciance ?!

Celui qui cherche le salut a donc besoin d’une très grande foi en Allah, exalté soit-Il, qui le débarrasse de ces chaînes afin que son cœur se libère, s'engage librement dans le droit chemin et se dirige vers son Seigneur, exalté soit-Il. La crainte d'Allah, à Lui la Grandeur, est le meilleur moyen de déclencher cette foi comme le souligne Ibrâhîm ach-Chibânî : « Si la crainte d’Allah, exalté soit-Il, habite le cœur, elle élimine les passions ainsi que les désirs profanes. » (Chu’ab al-Imân, al-Bayhaqî). Ceci représente le principe de base transmis par la meilleure des créatures, le Messager d'Allah () qui nous a guidés en disant :

«Celui qui a peur d’Allah adlaj (se précipite pour accomplir de bonnes actions) et celui qui se précipite pour accomplir de bonnes actions trouvera le salut. Sachez que la marchandise d’Allah est chère. Sachez que la marchandise d’Allah, c'est le Paradis. ». (Al-Albânî: sahîh)

Chers frères, cherchez-vous à être sauvés ? Voulez-vous être rassurés le jour de la Résurrection au moment où les gens seront apeurés ? Voulez-vous gagner le Paradis au moment où d’autres gens iront en Enfer ? Pour atteindre cet objectif, il vous incombe de craindre al-Hayy (Le Vivant), al-Qayyûm (Celui qui maintient l’ordre de la création). Allah, exalté soit-Il, vous annonce la bonne nouvelle et en même temps vous avertit dans ce hadith qudsî rapporté par le Messager d'Allah () :

« Par Ma gloire, Je ne laisserai pas Mon serviteur Me craindre deux fois, ni se sentir en sécurité deux fois : s’il Me craint dans ce bas monde, Je lui accorderai la sécurité le jour de la Résurrection et s’il se sent à l’abri de Mon châtiment dans ce bas monde, Je lui ferai peur le Jour de la Résurrection.. ». (Al-Albâni : sahîh)

Puis vient cette promesse faite par le maître des créatures, le Messager d'Allah () aux gens qui craignent leur Seigneur : « L’homme qui pleure par crainte d’Allah n’ira pas en enfer. Son entrée y est autant impossible que le retour du lait dans le pis de la vache, une fois traite. La poussière soulevée par la marche dans le sentier d’Allah et la fumée de l’enfer ne pourront jamais se mélanger. » (Al-Tirmidhi ; Al-Albânî : sahîh).

Articles en relation