Le Hidjab : vertu et portée

Le Hidjab : vertu et portée
  • Date de publication:24/09/2008
  • Catégories:La femme
  • Fréquence:
6042 1562

Contrairement aux fausses idées qui sont véhiculées depuis un certain nombre d'années, le voile de la femme en Islam (appelé communément "Hidjab" ou "Khimâr" dans le vocabulaire juridique) n'est en aucun cas le symbole d'une revendication politique ou idéologique, ni une marque de soumission et d'infériorité quelconque par rapport aux hommes (comme c'était le cas dans certaines religions) et encore moins un simple vêtement traditionnel, lié à une certaine culture.

En réalité, le "Hidjab" possède une double dimension. En portant le Hidjab, la femme musulmane fait acte de soumission et d'obéissance envers Allah, mais encore de plus agit pour sa protection morale, en préservant sa pudeur et sa chasteté.

Allah, dans le Coran, après avoir ordonné aux hommes de baisser leur regard, s’est adressé aux femmes croyantes en ces termes :

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes...."  Coran, 24:31

Ce passage coranique, nous montre qu'il s’agit d’un ordre divin adressé aux femmes par le biais du Messager (). Donc, le respect d'une tenue vestimentaire bien particulière pour la femme relève de ses devoirs envers Allah. Allah le Très-Haut lui a prescrit cette obligation pour préserver sa vertu, sa pureté et sa chasteté et pour combattre l’indécence, la déliquescence des mœurs et la poursuite des instincts concupiscents dans les relations entre l’homme et la femme.

 Le second verset qui évoque l'obligation de porter le Hidjab est le 59ème de la Sourate 33, dans lequel Allah, Exalté soit-Il dit : "Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux."

Le mot arabe employé dans ce verset et qui a été traduit par "grands voiles ou Hijab" est "Djalâbîb". Et, s'il existe des divergences sur la nature, la forme et la taille exacte de ce Hidjab, il y a cependant unanimité entre tous les commentateurs du coran sur un point : ce Hidjab en question recouvre entièrement la tête et les cheveux.

Les Hadiths qui prouvent son obligation sont très nombreux, nous allons nous contenter d’en citer deux :

1-      Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle) a dit « Lorsque nous étions avec le Prophète, , en état d’Ihram nous couvrions nos visages par nos voiles quand les hommes passent devant nous et quand ils nous dépassent et s’éloignent nous les découvrions. » Il est bien connu que les Oulémas sont unanimes sur le fait que la femme en état de sacralisation rituelle, Ihram, lors du Hadj ou de l'Omra doit se dévoiler le visage. »

2-      Toujours d’après Aicha (qu’Allah soit satisfait d’elle) une fois, sa sœur, Asma (qu’Allah soit satisfait d’elle) entra chez le Prophète () portant des vêtements transparents. Le Prophète se détourna d'elle et lui dit : « Ô Asma, quand la fille devient pubère, il ne convient pas de voir d'elle une autre partie que celles-ci (et il lui indiqua le visage et les mains). » Rapporté par Aboû Dâwoud

Ces références que nous venons de citer prouvent au moins deux choses :

1- Le port du "Hidjab" est bien une prescription divine.

2- Les cheveux de la femme font partie de sa "awrah" (parties intimes), qu’elle est tenue de couvrir en présence d'hommes qui lui sont étrangers, au même titre que les autres parties de son  corps, exception faite du visage et des mains. De là on se pose la question d’un Hidjab parfait.

Les six conditions d’un Hidjab parfait

Selon le Coran et la Sounna, il y a six conditions pour que le Hidjab soit acceptable:

-         La superficie du corps qui doit être couverte: elle est différente chez l'homme et la femme. Ce qui doit être obligatoirement couvert chez l'homme est ce qui se situe entre le nombril et les genoux. Pour la femme, cette obligation s'étend à tout le corps, à l'exception du visage et des mains. Si elle le souhaite, elle peut également couvrir ces parties de son corps. Certains érudits musulmans soutiennent que le visage et les mains doivent obligatoirement être couverts.

-         Les vêtements doivent être amples et ne pas révéler les formes.

-         Les vêtements ne doivent pas être transparents de sorte que l'on puisse voir la peau de la personne.

-         Les vêtements ne doivent pas être séduisants, de façon à attirer le sexe opposé.

-         Les vêtements ne doivent pas ressembler à ceux portés par le sexe opposé.

-         Les vêtements ne doivent pas ressembler à ceux des mécréants, que ces derniers les portent à cause de leurs coutumes ou de leur religion.

Le Hidjab inclut également le comportement

Le Hidjab complet, en plus des six critères vestimentaires, inclut également la conduite morale, le comportement, et l'attitude de la personne. La personne qui ne respecte que les conditions vestimentaires du Hidjab ne l'applique que de façon restreinte. Le Hidjab vestimentaire doit être accompagné du Hidjab des yeux, du Hidjab du cœur, du Hidjab de la pensée et du Hidjab de l'intention. Cela inclut également la façon dont une personne marche, la façon dont elle parle, son comportement, etc.

Le Hidjab constitue une protection contre les offenses

La raison pour laquelle le Hidjab a été prescrit aux femmes est mentionnée dans le Coran sourate 33 verset 59 : "O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voiles; elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux."

Donc le Hidjab a été prescrit aux femmes afin qu'elles soient reconnues en tant que femmes musulmane et modestes, ce qui leur évitera d'être offensées

Pour être complet sur la question, il convient de passer en revue des principales objections qui reviennent souvent au sujet du "Hidjab".

1ère Objection :

Le Hidjab ayant pour objectif de sauvegarder la pudeur, si une femme a un comportement chaste et empreint de modestie et de retenue, pourquoi donc devrait-elle le porter ?

Ce genre de question peut se poser quand on ne se réfère qu'à une des dimensions du "Hidjâb" qui a été évoquée dans le premier message, en oubliant la seconde, qui est beaucoup plus importante : Si le port du "Hidjâb" a effectivement un rôle actif dans la protection de la pudeur, il n'en reste pas moins qu'il s'agit surtout d'une prescription divine et absolue, dont l'application de la part de la croyante doit être inconditionnelle. En d'autres mots, on pourrait dire qu'il y a là deux choses bien distinctes :

La première, c'est un commandement d'Allah de se couvrir les cheveux, qui font partie de la "awrah" de la femme.

La seconde, c'est le devoir pour celle-ci de toujours agir pour protéger sa pudeur.

Il faut cependant se garder de tomber dans l'autre extrême, qui consisterait pour une femme à porter uniquement le "Hidjâb", sans adopter le comportement et l'état d'esprit enseignés par l'Islam qui doivent obligatoirement l'accompagner et qu'il est censé exprimer et manifester.

Autre objection que l'on entend souvent :

Ce qui importe aux yeux d'Allah, c'est la pureté et la sincérité du cœur. L'apparence physique ou la tenue vestimentaire Lui importe peu. Ce n'est pas parce qu'une femme ne portera le Hidjab que cela portera atteinte à la Majesté d'Allah…

Il n’y a aucun tort à Allah et ne porte en aucune façon qui soit atteinte à Sa Majesté. A vrai dire, par sa conduite, c'est à sa propre personne qu'il cause préjudice : seul lui qui aura à rendre compte devant Son Créateur de ses faits et gestes.

Le Hidjab symbole de la pudeur et gilet de sauvetage de la société

Le Hidjab est le symbole de pudeur de la femme musulmane. Lorsque la femme suit le droit chemin [en étant pudique] c’est toute la société qui prend le droit chemin également. C’est pour cela que les ennemis de l’islam attaquent toujours à la femme en premier. Ils cherchent à faire perdre la notion de pudeur à la femme car si elle est perdue, il devient alors facile de dépraver toute la société et de lui faire perdre sa pudeur.

Si le devoir de pudeur est une obligation pour l’homme, pour la femme cette obligation est décuplée et les devoirs sont plus stricts car la nature même de la femme est différente. La pudeur est comme une seconde nature chez elle.

Ne vois-tu pas comment la coquille protège la perle au fond de la mer ? La coquille n’a pas un aspect admirable, mais elle est indispensable pour préserver la pureté de la perle. Le Hidjab c’est pareil.

On pourrait se poser la question suivante, pour faire passer le message avec délicatesse : « Pourquoi le Hidjab n’a-t-il pas été exigé des hommes ? » Est-ce une injustice envers les femmes pour les contrarier ? Non ! C’est tout simplement parce que cent hommes qui essayent de faire en sorte qu’une femme s’attache à eux, à travers leur apparence, n’y parviendront pas ! Tandis qu’une seule femme peut faire en sorte qu’une centaine d’hommes à la fois s’attachent à elle, si elle le souhaite. Elle est la source de l’émoi, et c’est à elle que le Hidjab à été recommandé.

Une chose admirable est à remarquer avant l’arrivée de l’Islam. Le concept de beauté chez les arabes, les romains et les autres nations, était lié à la beauté du corps. A arriver d’Islam, il a placé les critères de beauté à un niveau supérieur (à celui de l’apparence) en invitant l’humanité à purifier ses goûts, et à les adapter à son avancée (Civilisationnelle).

L’islam est arrivé pour dire non ! Le plus important chez une femme ce n’est pas que son corps soit dénudé ! Pas du tout ! L’islam est venu attirer l’attention sur le fait que la beauté des nobles caractères, de la sensibilité et des sentiments constituent l’essentiel des qualités humaines. Pour que l'homme ne réduise pas la « valeur » de la femme à son corps, l'Islam lui dit que le plus important c'est la beauté du joyau! Oublie la beauté du corps, qui n’est réservée qu’à un seul individu, le mari légal.

Ces propos sont-ils raisonnables ? L’Islam n’a-t-il pas honoré la femme ? N’a-t-il pas amélioré sa condition en la considérant autrement qu’à travers son apparence ? Qui a dit que le Coran ne recommande le Hidjab ? Et qui a dit que le Hidjab n’est pas une obligation ? »

Quelques témoignages sur les valeurs du Hidjab

Premier témoignage : Hayyat, jeune femme française d’origine marocaine nous a appris que pour elle : « son voile est simplement un signe d’adoration de Allah  ». Elle revendique ainsi la liberté d’adorer Allah en public et de Le reconnaître comme son seul maître.

Deuxième témoignage : Une autre jeune fille qui s’est voilée à l’aide de ses parents témoignage en disant : « à la grâce d’Allah,  ma vie est devenue vivable dans ma famille et dans la cité. Je priais Allah, préférant en Son nom la paix à la guerre. Mon Hidjab a été un moyen de réduire ma souffrance. Allah nous donne une voie libre pour toutes choses»

Troisième témoignage : Une jeune fille portait le foulard d’une manière plus canonique afin que sa foi musulmane soit reconnue tout comme leur communauté. C’est dans cette communauté qui conserve cette tradition qu’elles désirent se marier.

Ces témoignages manifestent quelques valeurs du voile ; que ce soit pour adorer Allah, pour réduire la souffrance, pour trouver un époux et vivre en sa compagnie ;  pour préserver la femme de la séduction, de la dépravation et de l'égarement.

 

Articles en relation