La femme

  1. La femme
  2. Les problèmes sociaux

Déclaration concernant la célébration du jour de l’an (2ième partie)

Déclaration concernant la célébration du jour de l’an  (2ième partie)
2939 977

Nous poursuivons  notre premier article relatif à la Déclaration du Comité Permanent pour les Recherches Scientifiques et la Fatwa  concernant la célébration du jour de l’an 2000 et nous allons citer dans ce passage quelques unes des preuves tirées du Coran, de la Sunna et des propos de nos pieux prédécesseurs interdisant la célébration de ce jour en particulier et de toutes les fêtes célébrées par les mécréants d'une façon générale.

Troisièmement : les preuves du Coran, de la Sunna et des récits authentiques sont extrêmement nombreuses concernant l’interdiction d’imiter les mécréants dans ce qui leur est spécifique, comme le fait de les imiter dans leurs fêtes et festivités. De plus, le terme Aid (fête) est un nom global désignant une journée vénérée par les mécréants, qui se répète et se réitère régulièrement ou bien un lieu sur lequel les mécréants organisent un rassemblement religieux. Et tout acte qu’ils pratiquent en ces lieux ou durant ces journées fait partie de leurs festivités. Ainsi, l’interdiction ne se limite pas à leurs fêtes mais englobe aussi tout ce qu’ils vénèrent comme période ou lieu et tous les actes qui s’y pratiquent, sans aucune origine pour ce sujet dans la religion de l’Islam. Il en va de même pour les jours immédiatement précédents ou suivants qui sont comme des préparatifs sacrés à la fête, ainsi que l’a explicité Cheikh Al-Islam Ibn Taymiya qu’Allah le Très-Haut lui fasse miséricorde.

Comme preuve concernant l’interdiction d’imiter [les mécréants] dans leurs fêtes, on trouve la parole d’Allah le Très-Haut :  « Ceux qui ne sont pas témoins des faux témoignages. »  [Coran 25/ 72] décrivant ainsi les caractéristiques des serviteurs d’Allah croyants.  

En effet, un groupe de Salaf, dont Ibn Sirine, Moudjahid et Ar-Rabiâ’ Ibn Anas a expliqué que le terme faux témoignages désigne les fêtes des mécréants. Il a d’ailleurs été authentiquement rapporté d’après Anas Ibn Malek : lorsque le Prophète Õáì Çááå Úáíå æÓáã arriva à Médine, il remarqua que deux journées dans l’année étaient réservées aux jeux et divertissements. Le Prophète demanda : "Que représentent ces deux jours ? » On lui répondit : " Ce sont deux jours durant lesquels nous nous amusions avant l’avènement de l’Islam. » Le Prophète déclara alors : « Allah les a remplacés pour vous par deux jours meilleurs : le jour de [la fête] Al-Adha et celui de [la fête] Al-Fitr." [Ahmed, Abou Dawoud et Nassai].

Il a été authentiquement rapporté d’après Thabet ibn Dahhak : " Du vivant du Prophète Õáì Çááå Úáíå æÓáã, un homme avait fait le vœu de sacrifier une chamelle en un lieu nommé Bouwana. Il se rendit chez le Prophète Õáì Çááå Úáíå æÓáãet lui a dit : « J’ai fait le vœu de sacrifier une chamelle à Bouwana. » Le Prophète Õáì Çááå Úáíå æÓáã lui a alors  dit : « S’y trouvait-il une idole de la période antéislamique que les gens adoraient ?. » L’homme répondit : « Non. » Le Prophète continua : « Y organisaient-ils leurs fêtes ?. » L’homme répondit : « Non. » Le Prophète conclut alors : « Respecte ton vœu, car il ne faut pas respecter un vœu renfermant une désobéissance à Allah, ni un vœu concernant une chose que l’on ne possède pas. » [Abou Dawoud].

Omar ibn Al-Khattab, qu’Allah l’agrée, a dit : « Ne pénétrez pas dans les temples de polythéistes les jours de leurs fêtes, car le courroux d’Allah s’abat sur eux. » Il a aussi dit : « Eloignez-vous des ennemis d’Allah durant leurs fêtes. »

Abdallah Ibn Amr Ibn Al-As, qu’Allah les agrée tous deux, a dit : « Quiconque construit une demeure en terre mécréante, célèbre leurs festivités, les imite et meurt dans cet état, sera ressuscité avec eux. »

Quatrièmement : il est interdit de célébrer les fêtes des mécréants pour de nombreuses autres raisons dont :

1- Les imiter dans certaines de leurs festivités provoque la joie et le contentement de leurs cœurs et les aide ainsi à se complaire dans leur fausseté.

2- La ressemblance et la similitude dans les choses apparentes engendrent - de manière perfide, graduelle et progressive - une certaine ressemblance et similitude internes, comme la diffusion de croyances erronées

3- Un des dégâts les plus importants causé par la participation à leurs festivités est que l’imitation des mécréants dans l’apparence engendre une certaine forme d’amitié, d’amour et d’alliance dans le coeur à leur égard. Or l’amour et l’alliance des mécréants est contraire à la foi, comme l’a dit Allah le Très-Haut : « Ô les croyants ! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. »[Coran 5/ 55].

Allah, glorifié soit-Il, a aussi dit : « Tu n’en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s’opposent à Allah et à Son Messager... » [Coran 59/ 22].

 

Articles en relation