La femme

  1. La femme
  2. La vie conjugale et les enfants

L’obstination chez les enfants : Raisons et remèdes

L’obstination chez les enfants : Raisons et remèdes
3333 778

Certains enfants sont particulièrement obstinés. En effet, l’obstination est une des caractéristiques de l’enfance et par conséquent il n’y a pas de raison pour le père ou pour la mère de s’en inquiéter  et d’accuser leur enfant d’agir délibérément. Plutôt ils doivent l’encourager et même l’inciter à adopter un comportement contraire en lui racontant des histoires qui le font dégoûter de l’obstination. Par exemple, on peut lui dire que celui qui s’obstine ressemble à Satan dont l’obstination a été à l’origine de son refus de se prosterner, conformément à l’ordre d’Allah, devant Adam s’attirant, par son acte, le courroux d’Allah devenant ainsi l’un des locataires promis de l’Enfer. C’est donc là une bonne raison pour l’enfant de s’écarter de ce genre de comportement.

 

 

Il est cependant important que le père et la mère s’assurent bien que l’enfant obstiné n’est ni malade, ni désobéissant et que cette obstination corresponde seulement à une phase naturelle de son âge. Lorsque, par exemple, l’enfant monte sur son lit en ayant un pied sale, refuse de descendre et de dormir et qu'il persiste et signe ; s’il se montre indocile vis-à-vis de quoi que ce soit, les parents doivent l’encourager et l’inciter, tout en évitant de l’insulter ou de le punir.

 

 

 

 

Aspect de l’entêtement :

 

 

            Parmi les aspects saillants de l’opiniâtreté de l’enfant il y a le refus catégorique de changer son opinion, le fait d’avoir des idées figées au point  de  déconcerter ou de  rendre perplexes ses parents. Ainsi il arrive que l’enfant ne veuille pas écouter les conseils prodigués par ses ainés, qu'il n’en fasse qu’à sa tête, qu'il s’en foute  du manque de logique ou de raison de son geste ou de sa parole.

 

 

            Il arrive aussi que l’enfant ne soit pas sensible à certaines choses importantes telle la propreté, le lavage des mains, la prise d’un bain ou d’un verre de lait, le sommeil à l’heure fixée. Dans tous ces cas l'enfant peut se montrer coriace et intraitable pour ne tenir aucun compte des conseils prodigués par ses aînés. Si ce genre de comportement est acceptable pendant la période de la crèche, il ne l’est pas dans les phases ultérieures de la vie de l’enfant.

 

 

            Il se peut que certains parents trouvent dans ce comportement un signe de forte personnalité de leur enfant alors qu’en réalité une telle attitude ne correspond nullement à cette interprétation  fausse car l’obstination anormale relève de pratiques négatives qui empêchent l’enfant de s’impliquer positivement dans la société. Autant l’opiniâtreté n’est pas l’expression du respect de soi-même, autant elle  est une attitude exprimant l’entêtement.

 

 

            Aussi il semble que l’opiniâtreté est étroitement liée à la cruauté et à l’agressivité. C’est ainsi que certains cabochards donnent des signes d’agressivité et même de cruauté  qui apparaissent au travers de leur comportement. Parfois on les voit déchiqueter leurs habits, écraser des objets précieux, agresser des animaux, utiliser des écritoires pour salir les murs de la maison ou de l’école. Ces écarts de comportement pourraient faire croire à l’enfant qu’il est devenu fort et qu’il peut s’en enorgueillir. Qu’est ce qui donc conduit l’enfant à recourir à ce genre de comportement ? Cherche- t- il à imiter les adultes dans leur cruauté ou bien  a- t- il un faible pour la domination ou pour l’expression brutale de soi-même.

 

 

            Parmi les raisons qui poussent l’enfant à devenir cabochard il y a l’existence de relations familiales tendues, la cruauté des parents, celle là même qui suscite chez l’enfant le désir de trouver une alternative et de prendre sa revanche en appliquant la réciprocité.

 

 

Le remède :

 

 

-       On ne doit pas répondre à l'obstination de l’enfant par une contre obstination, on doit plutôt chercher à s’entendre avec lui, à le convaincre et à l’encourager à réfléchir pour comprendre et agir dans le bon sens.

-       S’abstenir de recourir à la protection exagérée ou à la gâterie excessive car cela fait habituer l’enfant à l’entêtement.

-       Eviter de forcer l’enfant à adopter des méthodes particulières en matière de repas ou d’habillement ou à observer les règles de bienséance et d’étiquette de crainte de le voir se rebeller quand il se voit soumis à des choses où  son cœur n’y est pas. Cela peut aussi le conduire à tout rejeter.

-       Eviter de marquer sa préférence, s’agissant du père ou de la mère, à l’un ou à l’autre des enfants car cela alimente souvent, chez ceux-ci, la velléité de devenir cabochard.

-       Cultiver l’habitude d’échange d’opinions entre les enfants afin que l’enfant se sente tantôt un leader tantôt un subordonné.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles en relation