La femme

  1. La femme
  2. Histoires de converties

Rayhana: Un compotement exemplaire envers ses parents

Rayhana: Un compotement exemplaire envers ses parents
6826 1068

En Amérique les gens déménagent beaucoup; les statistiques montrent qu’en moyenne chaque  famille américaine change de lieu de résidence tous les cinq ans. Ma famille ne fait pas exception à la règle; car en peu d’années nous avons eu à déménager de Seattle  à Washington, puis de Washington à Los Angeles et enfin de Los Angeles à la Californie. Ici à la Californie notre plus proche voisin musulman était d’origine indienne et s’appelait Abdoul-Wahhab. En plus de nos rencontres à la mosquée, nous nous rendions visite régulièrement. Une fois, Abdoul-Wahhab nous a raconté de ses difficultés avec sa femme avant qu’elle n’embrasse l’Islam.

Il dit: “Lorsque je me suis marié avec Rayhana,  je n’étais pas un bon musulman. Elle n’était pas une bonne chrétienne non plus. J’allais rarement à la mosquée, et elle n’avait jamais mis pied à l’église. Bien après, Allah nous a donné des enfants. Et au fur et à mesure qu’ils grandissaient, je réfléchissais sur leur avenir: comment pourrai-je leurs donner une éducation  islamique  alors que leur maman est chrétienne!? Alors j’ai proposé à ma femme de m’accompagner à la mosquée, mais elle a refusé catégoriquement. Et à ma surprise, elle a commencé à aller aussi à l’église. Chaque fois que je lui parlai de la mosquée, elle se rendait davantage à l’église. J’ai été obligé de trouver un compromis en lui disant que nous irions ensemble à la mosquée une semaine, et une autre à  l’église. Devant cette proposition juste et équitable, elle finit par l´accepter. Mon but principal était de saisir cette occasion pour lui faire découvrir l’Islam et ses enseignements. Je me suis donc décidé d’appliquer moi même ses enseignements plus qu’avant, tant à l’intérieur de la maison qu’à l’extérieur, pour lui faire savoir les bienfaits de cette religion. Il fallait que je change franchement, puisque l’homme et sa femme ne peuvent pas se cacher leurs véritables qualités pour longtemps quels qu´en soient leurs efforts.

Malgré les difficultés rencontrées au début,  j’ai commencé peu après à remarquer quelques aspects positifs sur ma vie et sur celle de ma femme qui, graduellement a compris l’Islam, ses qualités et ses enseignements, à travers les bonnes conduites qu’elle voyait à la maison et dans la société musulmane autour de nous, jusqu’à ce qu’Allah a guidé son cœur à l’Islam. Elle s’est convertie, louange à Allah.

Ainsi Rayhana a changé de caractère et devint une musulmane engagée; elle portait même le voile islamique. Cependant elle ne cachait pas sa surprise de voir beaucoup de  femmes musulmanes de naissance ne se conformant pas à la législation islamique dans leurs façons de s’habiller. Plus que cela, elles se côtoient avec des hommes étrangers à eux. Elle a voulu donner une éducation islamique à nos enfants, et a insisté qu’on les transfère à une école islamique. Et elle m’a demandé de lui enregistrer les cours sur le fikh (jurisprudence islamique) et les conférences présidées par l’Imam de la mosquée pour qu’elle les écoute”

C’est ainsi que les problèmes d’Abdoul Wahhab ont pris fin, alors que venaient de commencer ceux de sa femme. Elle avait eu trop de peine à apprendre l’Islam, et s’efforçait de mettre en pratique tout ce qu’elle apprenait avec plaisir et sincérité. Lorsque ma femme lui rencontrait et causait avec elle, elle sentait une grande différence entre elle et beaucoup d’autres femmes qui, bien que nées dans des familles musulmanes, ne se comportent pas malheureusement comme le recommande l’Islam. Elle rappelait chaque fois les bienfaits de son mari sur elle, après Allah, pour sa guidance à l’Islam.

D’autre part, la nouvelle de sa conversion à l’Islam était un grand choc pour ses parents habitants à Chicago, qui l’ont rejeté, surtout son père qui était très dur et très autoritaire; Ils ont même cessé de lui rendre visite. Mais Rayhana au contraire a vu qu’il était de son devoir de leurs rendre visite, dans l’espoir qu’Allah les guidera un jour à l’Islam; elle prenait la peine de voyager avec ses enfants de Los Angeles pour Chicago pour voir ses parents, et revenait chaque fois fatiguée et déçue. Cependant ces visites ont laissé un effet positif sur ses parents, qui ont commencé à être impressionné du bon comportement de leurs petits fils. Ils ont reconnu que l’Islam n’était pas une mauvaise religion comme ils le croyaient. Ainsi ils ont repris leurs visites à Rayhana. Lorsqu’ils sont arrivés à Los Angeles, c’était une occasion de les appeler à l’Islam. Durant leurs séjours chez leur fille et beau fils, je les ai invités pour le dîner ainsi que la famille d’Abdoul Wahhab, et l’un des frères américains et sa femme nouvellement convertie à l’Islam, respectant le voile et les comportements islamiques.  Notre assise autour d’une même table était importante au point qu’elle a permis de leur faire connaissance de l’Islam et de les inviter à l’embrasser. Mais ils retournèrent à Chicago après un bref séjour, sans afficher leurs volontés de rentrer à l’islam malgré tous les efforts fournis par leur fille. Elle est restée malheureuse, et pleurait beaucoup pour sa mère gravement malade, de peur qu’elle ne meure dans le koufr (infidélité) et aille en enfer. Ce qui fut le cas malheureusement, elle était morte sans avoir embrassé l’Islam.

Après la mort de sa mère, il était désormais très difficile à Rayhana d’aborder le sujet de l´Islam avec son père. Mais malgré cela elle a voyagé avec son mari  plusieurs fois  à Chicago sans aucun résultat. Lorsque j’ai déménagé pour Detroit, j’ai invité le père de Rayhana pour une visite, mais il a refusé mon invitation sous prétexte que l´image de la ville de Détroit ne lui plaisait guère. Il demeure dans cette position  et sa fille essaye toujours de le convaincre. Qu’Allah le guide à la vérité. Amine. !

 

Articles en relation