La femme

  1. La femme
  2. Actes cultuels

Chère sœur, le Hadj ne s’accomplit pas de cette manière !

8097 1420

Louange à Allah. Paix et bénédictions sur notre Prophète, sa famille et l’ensemble de ses compagnons.

Chère sœur,
Accomplir le Hadj est un grand dessein dans la vie des musulmans et des musulmanes. Le Hadj est générateur de piété celle-ci étant un objectif suprême.
Il initie les âmes à la vraie dévotion et si l’intention est sincère, il éduque les âmes peu enclines à évoquer Allah, Exalté soit-Il. Le véritable Hadj, chère sœur, n’est réalisable que si tu te conforme au port du hidjab, la tenue vestimentaire propre à la femme musulmane, et à la pudeur qu’il implique.
 
Chère sœur, le Hadj n’est pas une excursion ou un passe-temps, et ne ressemble à aucun autre voyage que tu pourrais faire dans ta vie. Le Hadj métamorphose la mentalité et le comportement. Il s’agit certes d’un voyage, mais qui n’a rien de commun avec les autres voyages.
 
Chère sœur, le Hadj est un voyage vers Allah, Exalté soit-Il, le Grand Créateur et le Grand Pardonneur, Celui Qui dissimule les défauts et Qui accorde lesbienfaits lesquels son fonction de la sincérité de Son serviteur.
 
Le Hadj a, certes, un prestige mondain qui, malheureusement,commence à s’enraciner dans les cœurs de certaines d’entre plus que de son véritable objectif qui la félicité dans l’au-delà. Le Hadj est pour nous une occasion en or qui permet de collecter les bonnes actions et non pas de commettre des péchés auxconséquences fâcheuses et qui seront une source de remords.
 
Chère sœur, le Hadj est une période glorifiée, une symbiose entre la majesté du lieu et la sacralité du temps. Mais, prend-tu un engagement devant Allah, Exalté soit-Il, de respecter la pudeur et la retenue lesquelles sont une couronne surta tête? Combien de femmes n’ont aucune réserve dans leur démarche et dans leur propos ? Combien de femmes ne se soucient pas d’éviter autant que possible d’approcher les hommes ? L’indifférence de certaines est devenue tellement flagrante que les unes marchent à vive allure, au point de bousculer certains pèlerins en heurtant leurs épaules jusqu’à les faire chanceler! D’autres traversent les rangs des hommes pendant la prière, alors que ce comportement est illicite, même s’il est justifié. Doucement, chère sœur, où est-ce que tu vas ?
 
Parmi les femmes qui accomplissent le Hadj, il y a celles qui lèvent la voix en invoquant Allah Exalté soit-Il, alors qu’Il connaît les secrets même les plus cachés ; il y acelles qui s’engouffrent dans la foule, près de la Kaâba et qui lèvent les bras – montrant ainsi leur atours – pour prendre des photos comme si elles étaient chez elles ou toutes seules dans un parc ; il y acelles qui dévoilent leurs beaux visages, perturbant ainsi les pèlerins qui font le Tawaf ou le Saây. Ce comportement est-il seyant, alors que vous vous trouvez dans les lieux les plus sacrés ? Où vous vous croyez au marché ? Allah, Exalté soit-Il, n’agrée pas votre conduite, voire la déteste et l’abomine.
Chère sœur, il faut apprendre qu’il y a une éthique, une morale et des valeurs dont tu dois te parer avant de penser à partir au Hadj. Pourquoi ne pas choisir des moments appropriés pour effectuer le Tawaf, le Saây et la lapidation rituelle des trois stèles, au lieu de jouer des coudes avec les hommes ? Combien de femmes portent un hidjab moulant, adoptent une démarche provocante, lèvent la voix et parlent de manière aguicheuse en présence des hommes comme si de rien n’était ! Combien de femmes se comportent d’une manière qui déroge à l’éthique duHadj, qu’elles espèrent pourtant accomplir correctement et avec piété !
 
Le Hadj, chère sœur, est un moyen d’atteindre la piété, et il relève de la piété de se voiler et de préserver sa chasteté. Le Hadj, chère sœur, est une vertu et une source de fierté ; la femme libre n’acceptera jamais de se dévergonder ou de se faire humilier et elle n’imitera jamais les hommes, car il s’agit là d’un comportement illicite et d’un délit qui ne sied pas à celle qui aspire au Paradis du Tout Miséricordieux et au pardon de ses péchés. Seriez-vous satisfaite si vous collectiez les péchés de centaines de personnes en dévoilant votre visage pendant le Tawaf et le Saây ? Les oulémas ont permis à la femme de dévoiler son visage au cours du Hadj, à condition qu’elle soit à l’écart des hommes, même pendant le Tawaf, le Saây et la lapidation rituelle des trois stèles. Sinon, elle est obligée de se couvrir le visage en accomplissant tous les rituels, à moins qu’elle ne se retrouve parmi femmes seulement.
 
Chère sœur, il n’est un secret pour personne que dans notre époque les âmes ont beaucoupchangé, les cœurs sont devenus insensibles, les libertins et les faux pèlerins à la foi faible ont proliféré. Certains m’ont avoué et d’autres m’ont raconté les délits honteux que commettent certains pèlerins avec les femmes, à cause du laxisme de celles-ci et de leurs Mahrams. Chère sœur, méfie-toi de tout ce qui pourrait attirer la Colère d’Allah, Exalté soit-Il, et déroger à la ligne de conduite du Prophète, , et des mères des croyants, qu’Allah soit satisfait d’elles, qui étaient pures, chastes et voilées. Etudiez leur comportement pendant le Hadj, leur ligne de conduite et leur voile, et ne faites pas preuve de négligence à cet égard car, par Allah, c’est une question sérieuse et les péchés commis dans la Mosquée sacrée, sont plus graves que les péchés commis n’importe où ailleurs.
 
Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Quiconque cherche à y commettre un sacrilège injustement, Nous lui ferons goûter un châtiment douloureux » (Coran 22/25). Or l’inobservance du voile islamique, le fait d’exhiber la beauté de son visage et les atours de son corps, de marcher de façon provocante, de porter des vêtements attrayants et de se mêler à la foule sans raison relèvent tous de l’injustice.
 
Chère sœur, accepteriez-vous que votre coreligionnaire, qui a consciencieusement obéi à Allah, Exalté soit-Il, et qui a été soucieuse, autant que faire se peut, de gagner l’agrément de son Seigneur, Exalté soit-Il, de préserver sa chasteté et de se conformer au voile islamique, reparte avec la récompense d’Allah, Exalté soit-Il, et de repartir, quant à vous, vous vous êtes chargée de péchés démultipliés et que, par conséquent, la menace de subir le châtiment d’Allah plane sur vous.
 
Attention, chère sœur, ce qui suit est une mise en garde contre les fréquentes erreurs commises pendant le Hadj : faire le Hadj ce n’est pas se permettre de prier devant les hommes – malheureusement beaucoup de nos sœurs le font – ou, avec la complicité du Mahram, de s’engouffrer dans la foule pour atteindre la Pierre noire et l’embrasser. Non, chère sœur, ce n’est pas cela le Hadj ; le Hadj doit être accompli avec clairvoyance et piété. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et prenez vos provisions; mais vraiment la meilleure provision est la piété » (Coran 2/197).
 
L’accomplissement du Hadj, chère sœur, est une responsabilité que vous devez assumer sans laxisme ni excès, et que vous devez bien comprendre avant de l’effectuer, afin de l’accomplir sans difficulté et sans gêne. Vous vous devez donc, chère sœur, d’être instruite, de faire preuve de décence et d’être accompagnée d’un Mahram connaisseur et protecteur.
 
Veillez à la pureté et à la santé de votre cœur comme vous veillez à celles de votre corps, car les maladies du cœur sont pires que celles du corps, et la mort du cœur, la perte de la foi et de la pudeur sont pires que la mort d’un être qui vous est cher ou l’amputation d’un organe.
 
Chère sœur, si vous méditez le Coran, vous constaterez qu’Allah, Exalté soit-Il, a enveloppé la musulmane d’une auréole de chasteté et de dignité de sorte qu’elle soit empreinte de prestance et de dignité. Par conséquent, l’apparence de la croyante pieuse doit refléter son essence ; sa foi et sa piété doivent se manifester dans ses actions comme dans ses paroles, en vue d’imposer à autrui sa ligne de conduite et de freiner les ardeurs d’éventuels transgresseurs. Si elle se montre sincère avec d’Allah, Exalté soit-Il, alors Il l’entourera de Sa protection.
 
Chère sœur, faire le Hadj, ce n’est pas se permettre, comme disent ceux dont l’avis s’éloigne de la Vérité, de dévoiler son visage, ou de porter des vêtements blancs à l’instar d’une nouvelle mariée, d’accomplir la prière dans la Mosquée sacrée sans égard pour la grande affluence des pèlerins, surtout que la récompense de la prière est également multipliée pour tous ceux qui résident à l’intérieur des limites des lieux saints, et c’est là une grâce d’Allah, Exalté soit-Il – comme l’affirme l’avis prépondérant parmi les deux opinions des oulémas. Par ailleurs, celle qui désire accomplir la prière dans la Mosquée sacrée, doit le faire dans les endroits consacrés aux femmes et qui leur assurent d’être à l’abri des regards.
Chère sœur, les oulémas qui ne sont pas enracinés dans la connaissance s’écartent de la vérité et de la vertu qu’Allah, Exalté soit-Il, agrée. Faites donc attention, ce n’est pas cela le Hadj, réformez-vous donc.
 
Puissiez-vous être l’objet de la protection et de la satisfaction d’Allah, Exalté soit-Il, qu’il vous permette de préserver votre pudeur, et vous en êtes digne, In Chaa’ Allah.
 
Qu’Allah, Exalté soit-Il, vous guide vers ce qu’Il aime et agrée. Que la bénédiction d’Allah soit sur  notre Prophète, sa famille, ses compagnons et sur ceux qui le suivent sur le droit chemin jusqu’au dernier jour.
 

 

Articles en relation