La femme

  1. La femme
  2. Les compagnons

Les mérites des Compagnons

Les mérites des Compagnons
7930 2330

Louange à Allah, Seigneur de l’Univers ! Qu’AIlah accorde Son salut et Sa bénédiction à notre Prophète Muhammad, à sa famille et à ses compagnons élus.

Combien sont nombreux les mérites des Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux !
Ô combien redevables leur sont tous les musulmans qui sont venus après eux !

En effet, ils ont cru au Prophète () l'ont défendu et ont lutté avec leurs biens et leurs personnes en vue de transmettre la Lumière à tous les hommes de leur temps et la sauvegarder pour les musulmans qui viendraient après eux. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

"Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants" (Coran 7/157).

La lutte des Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, dans le domaine de l'argumentation et de la démonstration allait de pair avec leur lutte sur le champ de bataille. Dans l'une et l'autre, ils auront toujours un avantage par rapport à ceux qui seront venus après eux et qui auront profité de leurs efforts dans le sentier d'Allah, exalté soit-Il. Certains de ces Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, ont fait preuve de davantage de zèle dans l'un de ces deux domaines plus que dans l'autre : ainsi, dans le domaine de la guerre, s'imposent de nombreuses personnalités, dont à leur tête, le chef des martyrs Hamza ibn ‘Abd al-Muttalib, Talha, az-Zubayr, Abû ‘Ubayda, khâlid ibn al Walîd, 'Amr ibn al-'Âs. Grâce aux efforts consentis par ce dernier dans le sentier d’Allah, Allah a fait sortir les habitants de l'Egypte et de toute l'Afrique du Nord des ténèbres à la Lumière.

Beaucoup de Compagnons se sont distingués dans le domaine de la mémorisation et de la transmission de la science religieuse, certains préférant se spécialiser dans les avis religieux, d’autres dans la narration du hadith. A noter que la plupart des Compagnons appartenant à ce dernier groupe étaient de jeunes garçons du vivant du Prophète (). Certains se sont mis à son service, tels que Anas ibn Mâlik, Usâma ibn Zayd et Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait d'eux tous, ce qui leur a donné une occasion magnifique de mémoriser et d'assimiler les paroles, les actes et les approbations du Prophète ().

Par ailleurs, certains d'entre eux ont été entretenus par leur mère, comme Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, pour qu’ils puissent se consacrer au service du Prophète () tandis que d’autres ont volontairement enduré l’amertume de la pauvreté et de la faim, tel que Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, qui était plus souvent affamé que rassasié.

Génération après génération, la communauté musulmane a toujours reconnu les mérites de ces premiers musulmans, conformément à l'ordre divin (sens du verset) :

"Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant : 'Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi'" (Coran 59/10),

Et à l'ordre prophétique :

« « N'insultez pas mes compagnons! Par Celui Qui détient mon âme dans Sa Main, si l'un de vous dépensait une quantité d'or de la taille de la montagne d'Uhûd, certes il n'atteindrait pas (le mérite d’) une poignée d'or dépensée par l'un d'entre eux ni même sa moitié.» (Boukhari).

Et ce, en reconnaissance de leur mérite, car, par la grâce d’Allah, exalté soit-Il, c'est par le biais de leur lutte dans le sentier d'Allah, exalté soit-Il, que l'Islam s’est répandu jusqu'à nous parvenir, et par le biais de leur savoir que la religion a été sauvegardée jusqu'à ce que nous l'apprenions et que nous la mettions en application.

Si les mécréants déclarent à tous leur hostilité vis-à-vis de la religion d'Allah, exalté soit-Il, globalement et en détails, le diable leur a suggéré d’utiliser certains de nos coreligionnaires qui parlent la même langue que nous pour feindre d'aimer le Prophète () alors qu'ils insultent ses Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, et les dépositaires de Sa Charia.

Ce crime odieux a été commis tout d'abord par les chiites, puis les rationalistes, anciens et contemporains, ont ensuite pris la relève.

Nous ne savons pas comment ceux-ci peuvent accomplir la prière prescrite, s'acquitter de la Zakât, jeûner et effectuer le Hadj, alors qu'ils inventent des mensonges sur les Compagnons, qu'Allah soit satisfait d'eux, sans lesquels la Sunna ne nous serait jamais parvenue. Et quand certains d'entre eux ont saisi que leurs mensonges impliquaient un anéantissement total de la Sunna et du Coran, puisque ces deux ne nous ont été transmis que par leur truchement, ils ont commencé à attaquer certains Compagnons, surtout ceux qui ont rapporté de nombreux hadiths, dont Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui.

Cette diffamation sélective a eu pour objet d'atténuer l'impact du crime aux yeux de nombreux musulmans ordinaires, bien que le résultat soit le même pour quiconque réfléchit à la question. Imaginez-vous : si les hadiths rapportés par Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, étaient enlevés d’un quelconque chapitre de la jurisprudence, qu’en resterait-il ?

Articles en relation