La femme

  1. La femme
  2. Invocation d’Allah

L’honneur de ceux qui parmi cette Oumma s’adonnent à l’évocation d’Allah (dhikr)

L’honneur de ceux qui parmi cette Oumma s’adonnent à l’évocation d’Allah (dhikr)
13484 4423

L'honneur qu’Allah a mis en réserve pour cette Oumma ainsi que les faveurs et les récompenses qu’Il a préparées pour ceux qui s’adonnent à Son évocation (dhikr) sont incommensurables. Cependant, les oulémas ont tenté de les rassembler et ils en citent les exemples suivants :
La personne qui s’adonne à l’évocation d’Allah (dhikr) en tire une faveur si honorable et si précieuse que rien n’égale : il s’agit d’être en compagnie du Tout-Puissant qui, comble de l’honneur, mentionne cette personne dans les Assemblés Suprêmes des Vertueux comme cela est indiqué dans le hadith authentique suivant :
Selon notre maître Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui), le Messager d’Allah () a dit, en rapportant la parole de son Seigneur – à Lui la Puissance et la Majesté – : « Allah, exalté soit-Il, dit : “Je suis tel que Mon serviteur M’estime, et Je suis avec lui lorsqu’il M’évoque. Si donc il M’évoque en son for intérieur, Je l’évoque en Moi-même ; et s’il M’évoque dans une assemblée, Je l’évoque dans une assemblée bien meilleure encore. S'il se rapproche de Moi d'un empan, Je me rapproche de lui d'une coudée ; et s'il se rapproche de Moi d'une coudée, Je Me rapproche de lui d'une brasse et s'il vient vers Moi en marchant, Je viens vers lui en courant. ”» (Boukhari et Mouslim).
Cette aubaine est à la portée de quiconque se tourne vers Allah et s’adonne à Son évocation (dhikr), car, d’après un autre hadith Qudsî cité par Ibn Mâdjah et Ibn Hibbân, le Messager d'Allah () rapporte que le Tout-Puissant a dit : « Je suis avec mon serviteur tant qu’il M’invoque, et que ses lèvres bougent avec mon Nom ». 

Aussi l’évocation d’Allah (le dhikr) est l’œuvre la plus aimée par Allah. C’est ce qu’a fait savoir Mu’az ibn Djabal et 'Abdallah Ibn Busr (qu'Allah soit satisfait d’eux). Le premier a dit : « Les derniers mots que j’ai entendus du Messager d'Allah () quand je l’ai prié de m’indiquer les œuvres les plus aimées par Allah, sont : '' Mourir en ayant la langue humide par le dhikr d'Allah '' » (Ibn Abû Dunya et Tabarânî ; cette version appartient au dernier).
Le second (qu’Allah soit Satisfait de lui) a rapporté l’histoire de ce Compagnon qui dit : “ Ô Messager d’Allah ! Les commandements de l’Islam sont devenus nombreux pour moi. Indique-moi donc une chose à laquelle je pourrai m’agripper. ” Le Prophète () lui dit : “ Que ta langue demeure constamment humidifiée par l’évocation d’Allah ” (Rapporté par Tirmidhî, qui l’a qualifié de hadith hasan.)
En effet, l’évocation d’Allah (dhikr) est de loin la meilleure et la plus méritante de nos œuvres auprès de notre Seigneur. C’est aussi un motif efficace pour notre promotion spirituelle. Elle est même plus méritoire que le combat engagé contre l'ennemi comme indiqué dans le hadith selon lequel le Prophète () a dit : « Voulez-vous que je vous indique quelles sont les meilleures de vos actions, les plus pures auprès de votre Seigneur, celles qui vous élèvent le plus en degré, et qui sont meilleures pour vous que de dépenser or et argent en aumône, et meilleurs pour vous que de rencontrer vos ennemis lors d’une bataille pour les tuer ou pour qu’ils vous tuent ? Ils répondirent : Oui. Certes. Il reprit : Eh bien c’est l’évocation d’Allah le Très-Haut. » Un homme demanda : l’évocation d’Allah est-elle meilleur que le Djihad (la guerre sainte) ? Le Prophète répondit alors : « Même si le mudjâhid (le combattant) frappe avec son épée jusqu’à ce qu’elle se brise et se remplisse de sang, l’évocateur restera toujours meilleur que lui. » Mu’az ibn Djabal (qu’Allah soit satisfait de lui) après avoir rapporté ce hadith fit le commentaire suivant : « Rien ne sauve mieux du châtiment d’Allah que Son évocation, exalté soit-Il ». (Ahmed, Ibn Abû Dunya et Tirmidhî).


L’évocation d’Allah raffine les comportements et rend les caractères moins grossiers. Tabarânî et al-Bazzar rapportent que le Prophète () a dit : « Quiconque parmi vous est trop paresseux pour faire des actes d’adorations pendant la nuit, trop avare pour dépenser son argent, trop poltron pour combattre l'ennemi, il n’a qu’à faire davantage d’évocation (dhikr) d’Allah ».

En fait l’évocation d’Allah (dhikr) constitue une protection contre les suggestions sordides de Satan et un rempart infranchissable contre la perpétration des péchés. Ibn Abû Dunya, Abû 'Alî et al-Bayhaqî rapportent que le Prophète () a dit : " Satan pose son nez sur le cœur du fils d'Adam, lorsque celui-ci évoque Allah, Satan s'éclipse et s'éloigne de lui (khanâs) ; s’il oublie d’évoquer, Satan prend possession de son cœur et lui insuffle son mal ".

L’évocation d’Allah illumine et active le cœur tout en supprimant sa noirceur. Elle guide celui qui s’y adonne vers la Vérité de sorte qu’il devient vivant contrairement à celui qui la néglige et dont le cœur est, de ce fait, en ruine et dans une obscurité totale pour ne pas dire en état de mort. Boukhari et Mouslim rapportent dans leur Sahîh d’après Abû Mûsâ al-Ach'ârî (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Messager d'Allah () a dit : « La différence entre celui qui évoque son Seigneur et celui qui ne L’évoque pas est identique à celle qui existe entre le vivant et le mort ».
Mieux, ceux qui s’adonnent complètement à l’évocation d’Allah suscitent tant de fierté qu’on s’en vantent devant les anges-messagers et, comme le démontre ce long hadith rapporté par Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui) : « Il y a des anges qui font le tour des voies et des chemins sur terre pour chercher les assemblées où on évoque Allah. Dès qu’ils trouvent une telle assemblée, ils s’appellent et enveloppent de leurs ailes cette assemblée jusqu’au ciel inférieur. Ils montent ensuite vers le Seigneur qui les interroge (alors qu’Il sait parfaitement ce qu’il en est) : « Que disent mes serviteurs ? », les anges répondent : « Ils Te glorifient, chantent Tes louanges, évoque Ton Nom et T’implore», Allah, exalté soit-Il, dit alors : « Qu’est ce qu’ils espèrent (demandent) de Moi ?», les anges répondent : « Ton Paradis », Allah dit : « Est-ce qu’ils l’ont vu ? », « non », répond l’assemblée des anges. « Qu’est ce qu’il en sera, s’ils avaient vu Mon Paradis ? » leur dit Allah. Les anges répondent alors : « Leur adoration serait plus vive, leur imploration plus intense, leurs louanges plus nombreuses et leur glorification plus grande », « Qu’est ce qu’ils redoutent en m’implorant ? » leur demande Allah, « Ton Enfer » répliquent les anges. Allah dit : « est ce qu’ils l’ont vu ? », « non », répondent les anges. « Qu’est ce qu’il en sera, s’ils avaient vu l’Enfer ? » leur dit Allah. Les anges répondent alors : « Ils se hâteraient de le fuir et le redouteraient plus ». Allah dit alors : « Soyez témoins, mes anges, que Je leur pardonne ! ». Un ange dit : « Il y a telle personne qui n’est pas des leurs, mais qui est venue pour une raison terrestre (une affaire quelconque) ». Allah, exalté soit-Il, dit : « Je lui pardonne aussi, ne sera guère malheureux celui qui se réunit avec cette assemblée (Ils sont les compagnons, si quelqu’un prend part à leur réunion, il ne sera jamais malheureux) »
Parmi les distinctions qu’Allah donne à ceux qui s’adonnent à Son évocation, il y a le fait qu’Il les appellera le Jour du Jugement au vu et au su de tout le monde. En effet, Ahmed dans son Musnad, Abû 'Alî et Ibn Hibbân dans leur Sahîh et al-Bayhaqî rapportent que le Prophète () a dit : « Allah, exalté soit-Il, dira le Jour de la Résurrection : « Cette grande assemblée sera composée de ceux qui seront dignes d’être honorés ». « Mais », dirent les Compagnons présents, « qui sont ceux qui sont dignes d’être honorés ? » « Ce sont ceux qui assistent aux réunions où on évoque Allah, exalté soit-Il » répondit le Prophète ().

Ces grands mérites ne nous incitent-ils pas à habituer nos langues à l’évocation d’Allah et à tenir à assister aux réunions destinées aux dhikr.

 

Articles en relation